Paestum, l'antique cité grecque de Poseïdonia devenue romaine

A 77 kilomètres de Pompéi et à une cinquantaine de kilomètres de Salerno, l'antique Paestum élève sa figure gravée par les siècles.
6

Sur le littoral du golfe de Salerno, séparée de la mer par une belle pinède, l’antique Poseïdonia, Paestum pour les Romains, profite d’une position enviable. Station balnéaire très fréquentée dès le printemps par les habitants de Campanie, elle fait partie de ces lieux de villégiature privilégiés de la côte italienne.

Fondée en 600 avant J.-C. par les Grecs de la ville de Sybaris, en Calabrie, elle subit les assauts des Lucaniens en 400 avant J.-C. Ce peuple de la région méridionale de Basilicate abandonne cependant ses droits sur la ville après la guerre qui l’oppose à Rome, en 273 avant J.-C. Patrimoine de l’humanité depuis 2000, Paestum est jumelée avec la ville romaine de Volubilis, au Maroc.

Visite de la ville de Paestum

Pour profiter au maximum du site de Paestum, 2 heures sont nécessaires. Il est également indispensable de découvrir le musée, installé à la sortie du site, pour mieux comprendre la ville grecque, puis romaine (lire, entre autre, le Guide Michelin Italie).

Dès l’entrée du site, il est possible de se faire une idée de l’étendue que recouvrait autrefois la ville, et de son faste. Temples, basilique, forum, théâtre, occupent un vaste domaine. Les murailles qui l’entourent, sur près de 5 km, sont également un excellent témoignage de ses ouvrages défensifs.

Au milieu de la végétation locale – pins, lauriers roses et herbe rase –, les temples se dressent avec majesté. Leur couleur claire, due au matériau utilisé – le calcaire –, fait ressortir les puissantes colonnes qui s’élèvent: le temple de Cerere, de la fin du VIe s avant J.-C., le temple d’Hera – à moins que ce ne soit d’Apollon –, communément appelé temple de Neptune, datant du Ve s avant J.-C., le forum, l’amphithéâtre, la basilique – appelée ainsi par les archéologues, en réalité un temple dédié à Hera. Cette promenade intemporelle dans la ville est aujourd'hui possible grâce à sa découverte au XVIIIe siècle et sa renaissance grâce aux Bourbons, comme ce fut le cas pour Pompéï.

Le musée

Bas-reliefs, nombreuses reconstitutions de tombes et de leurs superbes décorations (notez le détail de la célèbre tombe du plongeur notamment), poteries, bronzes, etc., tous ces éléments sont un vivant hommage aux artisans grecs et romains qui ont travaillé sur le site de Paestum.

Paestum au XXe siècle: la seconde guerre s'invite dans le passé de cité antique

Le 9 septembre 1943, le 4e beach battalion de l’armée américaine, surnommé les knee-deep sailors , en provenance d’Oran, débarque dans la baie de Salerno lors de l’opération amphibie Avalanche: le mont Soprano s’élève à sa gauche, le mont Sottane à sa droite, et Paestum se dresse un peu en retrait, au-delà des dunes.

Pris sous le feu des troupes allemandes, qui ont miné les abords des plages, le bataillon doit couvrir, aidé par quelques membres de la 36e division d’infanterie et des ingénieurs de la 531e, le secteur américain allant de Salerno à la ville de Agropoli, située à 10 km de Paestum, en descendant le bord de mer.

Le rôle du bataillon est de servir de lien entre les troupes terrestres et les bateaux de guerre restés au large, et de maintenir la sécurité de la côte (déminage, réparations, hôpital de campagne et évacuation des blessés, etc.) http://www.historynet.com/operation-avalanche-us-navys-4th-beach-battalion-assault-on-salerno-during-world-war-ii.htm .

Le documentaire et les pièces d’archives du musée rappelle cet épisode historique et nous fait revivre ses moments d’angoisse et de guerre, un passé moins connu de Paestum.

Sur le même sujet