Tron legacy, sortie nationale le 9 février

Une suite attendue depuis 28 ans par les passionnés de Tron. Différente mais fidèle à la première version, elle ravira la nouvelle génération.
6

Un héritage - legacy - qui a tardé à rejoindre le grand écran. Car voilà plus de 28 ans que les fans attendaient cela ! Aux Etats-Unis, Tron legacy était premier dans le classement des sorties, avec 43.6 millions de dollars, un succès jamais atteint son prédécesseur…

Mais le résultat est là, toujours aussi bluffant et passionnant. 3 sortes de programmes essaient encore et toujours de se damer le pion dans des jeux et des interactions numériques échevelées : les bleus, les rouges et les blancs.

Il est à regretter le côté moins technique de cette nouvelle version, plus adaptée au grand public, et certainement plus vendeuse que le précédent film, novateur, le tout premier long métrage sur le monde virtuel, et datant de 1982. Un film culte, d’ailleurs jamais égalé, et jamais imité, produit par les studios Disney (une petite anecdote : dans Tron (trailer sur http://www.youtube.com/watch?v=BEndyAOpI8A&feature=related et http://www.youtube.com/watch?v=40jX-9zc7Ec&feature=channel ), la tête de Mickey apparaît lors de la fuite en Solar Sailer…) :

A futuristic adventure motion picture… Journey now into a startling new world, where energy lives and breathes, a world inside the computer, where man has never been… never before now ! (un film d’aventure futuriste… Voyagez dès aujourd’hui dans un nouveau monde, suprenant, où l’énergie vie et respire, un monde au cœur de l’ordinateur, où l’homme n’est jamais entré… jamais avant aujourd’hui).

Les réalisateurs

Aux commandes de Tron Legacy, un jeune réalisateur américain, grand spécialiste de l’infographie et de l’imagerie générée par ordinateur, Joseph Kosinski. Tron Legacy lui a donné l’occasion de travailler la 3D, version la plus courante sous laquelle sort le film à l’international. Les détails, les trucages et autres « magic touches » du réalisateur sont là pour apporter à cette nouvelle édition du film culte de Steven Lisberger une seconde jeunesse. Nul doute que la jeunesse actuelle, mais aussi les fans du Tron de 1982 sauront apprécier les changements et les trouvailles.

Joseph Kosinski reste le réalisateur des nouvelles versions. Il réalisera en effet la nouvelle version d’un autre film phare de la science-fiction, toujours des studios Disney, Le Trou Noir, datant de 1979, et dont les puristes se souviendront.

Steven Lisberger, grand passionné de Star Wars, réalisateur et scénariste en 1982 de Tron (nommé aux Oscar dans la catégorie du Meilleur costume et du Meilleur son, et malheureusement oublié pour les effets spéciaux pourtant uniques et innovateurs pour l’époque), est devenu producteur pour Tron Legacy. Il reste ainsi, en quelque sorte, aux commandes de sa création.

Les différences

Si Tron Legacy est le digne héritier du Tron des années 82, on notera cependant quelques concessions faites au grand public. Le film est en effet plus abordable pour les cinéphiles, moins technique que son aîné.

On notera aussi quelques changements, telle la disparition de certains personnages comme l’entité du Master control program, Lora/Yori… (trailer du film de Lisberger sur http://www.imdb.com/video/screenplay/vi3405709593/ ).

Les lightcycles, ces motos futuristes, ne font plus des virages bourrés d’adrénaline, à angle droit, ce qui nécessitait une hardiesse et adresse incroyable de la part des programmes. Les lightcycles d’aujourd’hui sont toutes aussi futuristes, plus volumineuses, mais leurs cascades sont différentes. Elles n’ont cependant rien à envier aux modèles 1982 et, tout en gardant une rapidité échevelée, gagnent en agilité.

La tenue blanche des héros de Tron devient noire dans cette nouvelle version. Ce qui renforce le caractère sombre de Tron Legacy.

Les scénaristes sont aujourd’hui Edward Kitsis et Adam Horowitz, plus connus pour leur participation à de nombreuses épisodes de la séries américaines Lost.

Le budget alloué au film : des 17 millions du film de Lisberger, les studios Disney sont passés à 170 millions, et une durée également rallongée : des 96 minutes originales, nous passons pour Tron Legacy à un film de 127 minutes, mais qui passent à toute vitesse.

La bande originale

La très originale musique alternative de Tron était due à l’américaine Wendy Carlos, compositeur de musique électronique. L’orchestre était accompagné d’un chœur et de l’entêtante présence de l’orgue, qui ajoutait au caractère noir et inquiétant du film. Les synthétiseurs analogiques et numériques (dont le premier modèle fut lance par la marque Yamaha en 1982) surent faire le reste.

Tron Legacy compte quant à lui avec une BO impressionnante du groupe français Daft Punk, qui réalise ici un excellent travail ( http://www.youtube.com/watch?v=_rvtXUuiwDY ) . Tout en rappelant la BO de 1982, elle est à part entière une œuvre différente et pleine de surprises. Un véritable succès pour le duo parisien, composé de Thomas Bangalter et Guy-Manuel de Homen-Cristo. Petite note d’humour : le duo est présent dans le film, sous la forme de DJ masqués, dans la scène où les héros essaient de rencontrer un programme ami, Zeus… Spécialisés dans la musique électronique, Daft Punk allie avec maestria rock, funck, house, hard-rock, synthpop et indie ( http://www.daftpunk.com/ et http://fr.wikipedia.org/wiki/Daft_Punk ).

Les acteurs

Les vétérans Jeff Bridges alias Kevin Flynn/Clu et Bruce Boxleitner alias Allan Bradley/Tron reprennent du service. Ils sont rejoints dans ce nouvel opus par Garrett Hedlund alias Sam Flynn (que l’on a vu notamment dans Troie et Eragon, etc), Olivia Wilde alias Quorra (qui a joué dans les Frères Donnelly et House, etc), James Frain alias Jarvis (Les Tudor, True Blood, etc), Michael Sheen alias Castor, Jeffrey Nordling alias Richard MacKey (qui remplace le personnage noir qu'interprétait le comédien britannique David Warner dans son rôle de Dillinger/Sark), et l’apparition de Belinda Montgormery et Donnelly Rhodes, qui jouent les grands-parents de Sam Flynn. Steven Lisberger apparaît également en clin d’œil, quelques minutes, dans le rôle de Shaddix.

Lexique et précisions :

Le personnage de Tron fit ses premiers pas dans un logo animé réalisé par Lisberger, qui utilisait encore l’animation traditionnelle. L’idée du film Tron remonte à1979. Il ne fut réalisé quand 1982, grâce notamment à des images retro-éclairées, aux couleurs saturées. Les comédiens, en costumes gris blancs surlignés de noir, jouaient devant un fond noir. Filmé sur Kodalith, la réalisation finale des effets spéciaux et des décors dut beaucoup à la contribution des dessinateurs Jean « Moebius » Giraud et Syd Mead. Pour 4 mètres de film dans l'ordinateur, plus de 600 dessins réalisés à la main furent nécessaires (numéro 1012 du magazine ACCION).

Infographie, « A la croisée entre les arts et la technologie, l’infographie combine l’art du graphisme à l’utilisation de l’outil informatique et des logiciels adaptés pour un travail en 2D et en 3D. L’infographie vise à la production de contenus visuels statiques (images et mises en page), animés (film et animation),interactifs (web design et multimédia) voire interactifs et animés (le jeu vidéo) ( http://www.infographie-sup.be/infographie/disciplines ).

Image générée par ordinateur, « Cela ne signifie par qu'elle a été créée de toutes pièces par un ordinateur, seulement que des ordinateurs ont été impliqués à différentes étapes de sa conception. Une grande partie des talents nécessaires à l'art "traditionnel" sont aussi requis pour faire des images de synthèse » ( http://www.oyonale.com/iss.php?lang=fr&page=4 ).

Histoire du synthétiseur, de l’analogique au numérique sur http://pianoweb.free.fr/histoire-du-synthetiseur.html

Sur le même sujet