La sociologie des organisations

Le sociologue P. Bernoux a élaboré un schéma, dans son ouvrage "La Sociologie des entreprises", qui explique le fonctionnement des entreprises.
6

La sociologie des organisations a pour objet d’étudier les entreprises et leur fonctionnement. Elle traite notamment des stratégies d’intégration des entreprises vis-à-vis des individus et des évolutions de ces stratégies. P. Bernoux explique le fonctionnement des entreprises à travers une approche systémique.

Présentation des éléments du schéma

Le schéma de P. Bernoux est construit sur une logique systémique, où l’individu est considéré comme un acteur. Ce schéma est structuré en trois parties: l’entreprise, les individus et l’environnement ou système sociopolitique. Bernoux montre que ces deux éléments, l’individu et ses déterminations ainsi que l’environnement, influent sur le fonctionnement de l’entreprise. Ce qu'il qualifie de «déterminants individuels et collectifs» des individus se rapproche du concept d’identité défini en sociologie des professions, il s’agit de ce qui fait l’individu, son histoire personnelle et ses origines sociales, soit l’identité pour Soi et l’identité pour Autrui. Ces déterminations de l’individu sont donc le fruit de la socialisation antérieure de l’individu. L’auteur identifie les motivations de l’individu qui influent sur le fonctionnement des groupes professionnels dans l’entreprise, ce qui correspond à l’identité visée. Cette identité visée peut être considérée comme la synthèse des deux identités de l’individu. Or l’individu élabore des stratégies d’intégration à l’entreprise en fonction de ses motivations, il intègre un groupe professionnel dans lequel il trouve un rôle à jouer.

Les processus à l’œuvre dans l’entreprise

Le fonctionnement de l’entreprise s’articule autour de quatre composantes.

Des logiques d’acteurs interviennent dans le sens où chaque groupe professionnel a sa logique propre. En effet, P. Bernoux identifie différentes logiques de métier qui se définissent par rapport aux autres groupes professionnels.

L’auteur souligne également l’existence de normes professionnelles des groupes. La sociologie des professions insiste également sur l’importance de l’éthique du groupe comme élément de définition d’une profession.

Une autre composante de la société est sa hiérarchie et la hiérarchie interne des groupes professionnels, puisqu’elle détermine le rôle que chaque individu a à jouer. Ces hiérarchies sont à l’origine des rapports de pouvoir dans le travail quotidiens que P. Bernoux met en lumière.

Enfin, la dernière composante est l’organisation en soi, sa structure et ses opportunités, qui déterminent le comportement des groupes.

Ces éléments sont en interaction les uns avec les autres. Dans une logique systémique, cela implique que le changement d’une des composantes influe sur toutes les autres. Cette situation correspond à la définition d’un système complexe de Von Bertallonfy (1968). Par exemple, l’organisation a un projet important qui sera sous la responsabilité d’un groupe de travail. Pour saisir cette opportunité, soit le groupe professionnel augmente sa cadence de travail, soit il modifie ses normes de fonctionnement. Cela entraîne une modification de la hiérarchie du groupe adaptée au projet.

L’importance de l’environnement de l’entreprise

Enfin, ce que P. Bernoux qualifie de système sociopolitique, soit la société, influe sur la totalité du système considéré, l’individu et l’organisation. On retrouve cette thèse dans la définition des modifications d’un système de March et Simon: le comportement de l’organisation dépend avant tout du comportement de son environnement, qui impulse les changements internes à l’entreprise. L’étude de cette théorie montre que la sociologie organisationnelle s’intéresse aux groupes professionnels.

Sur le même sujet