Marcel Pagnol, un souvenir populaire

Plus de trente-cinq ans après son décès à l'âge de 79 ans, l'héritage de Marcel Pagnol reste immortel, fixé à jamais sur pellicule et par écrit.
6

À la fois romancier, homme de théâtre et cinéaste, Marcel Pagnol a fait connaître au monde entier Marseille et sa Provence natale à travers son œuvre colorée traduite en sept langues. En un temps où l’on disait que Marseille n’était pas une ville de culture, Pagnol a créé des films populaires, sans trucages ni artifices, des films que l’on peut revoir à l’infini.

Souvent critiqué par les intellectuels ou proclamé génie par d’autres, Marcel Pagnol n’a jamais laissé personne indifférent. Malgré les accusations de « théâtre filmé » et le mépris envers son écriture considérée trop simpliste, il tient toujours une place privilégiée dans le cœur des Provençaux. Chaque année en France, ses films passent à la télévision, ses pièces sont reprises par diverses troupes de théâtre, sans oublier les musées et expositions qui lui sont consacrés.

Les Amis de Marcel Pagnol

Depuis 1976, l’Association « Les Amis de Marcel Pagnol » veille sur l’œuvre de l’écrivain et cinéaste en organisant entre autres des visites aux alentours de Marseille. Parmi la cinquantaine de membres, l’Association compte Jean-Baptiste Luppi, historien à Allauch et Louis Del Rosso, guide dans les collines ainsi que Jacqueline Pagnol (veuve de Pagnol), membre d’honneur. Un projet leur tenait particulièrement à cœur; celui de la création d’un musée à la gloire de Pagnol au « Château de ma mère » à la Buzine qui vient récemment d’être inauguré suite à de nombreux travaux entrepris en 1998.

*L'ouverture de ce musée n'aura malheureusement pas lieu à la Buzine, mais peut-être au village d'Allauch dans le futur.

Pagnol… au Québec

Même si Pagnol rime avec Provence, le Québec a aussi compté parmi sa communauté artistique une Marseillaise qui a joué dans un des plus célèbres films du cinéaste. Bien avant de fonder sa célèbre boîte à chansons, Clairette Oddera avait joué le rôle d’Amanda Amoretti aux côtés de Josette Day, Fernandel et Raimu dans La Fille du Puisatier en 1940. À l’époque, la jeune femme s’appelait encore Claire Oddera. C’est Pagnol lui-même qui la surnomma « Clairette », prénom qu’il trouvait rempli de fraîcheur. C’est avec émotion que Mme Oddera me confiait en 2002 (lorsque je l’avais rencontré pour mon mémoire de maîtrise consacré au cinéma marseillais), ce que Pagnol lui avait dit à cette occasion : « tu verras quand tu seras vieille et qu’on t’appellera Clairette, tu te sentiras toujours jeune ». Agissant à titre de Présidente d’honneur de l’Association « Les Amis de Marcel Pagnol », Clairette est décédée le 28 octobre 2008 à Montréal.

Sur les traces de Marcel Pagnol

Marcel Pagnol a largement contribué à l'attrait touristique de la Provence qui est devenue une destination très en vogue, tout en conservant son caractère pittoresque. Le voyageur, en se rendant dans le sud de la France, a l'impression de pénétrer dans son univers et d'aller à la rencontre des personnages de ses films. Bien entendu, la Provence que Pagnol a imaginé a aujourd'hui disparu (a-t-elle vraiment déjà existé ?), c'est-à-dire celle d'avant les HLM et la télévision, celle de la bonne humeur. Le Marseille calme où il était agréable de vivre au milieu des apéritifs, du pastis, des cris des poissonnières, des marchands de tapis et de l'univers convivial des bistrots a laissé la place à une réalité industrielle plutôt morose. Malgré tout, le folklore marseillais qui constitue toute une imagerie méridionale demeure très présent et est même encouragé.

Plusieurs chercheurs s'accordent à dire que les films de Pagnol, en véhiculant une certaine image de la Provence, auraient poussé les Marseillais et Provençaux à se conformer à cette représentation pour ne pas décevoir les étrangers qui les imaginaient tels qu'à l'écran. Comme un système de vases communicants, Pagnol se serait inspiré de la manière de vivre de ses compatriotes et ceux-ci auraient été influencés à leur tour par les César, Honorine, Panisse et compagnie. Il n'est donc pas étonnant que Pagnol soit à l'honneur un peu partout en Provence et que l'industrie touristique soit associée à lui. Il fait partie de l'identité collective de toute une population. À ce sujet, Josée Boutin, Présidente de l'Association « Les Amis de Marcel Pagnol », m'a confié que le cinéma de Marcel Pagnol lui donnait l'impression de regarder des photos de famille : « Nous comme Marseillais, quand on voit des films de Pagnol, on voit nos parents, nos grands-parents vivre », d'où l'importance de perpétuer cette mémoire si précieuse.

Pagnol et la région d'Aubagne

En plus du « Petit Monde de Marcel Pagnol » et de la maison natale de Marcel Pagnol (16, cours Barthélémy à Aubagne) transformée en musée, l’Office de Tourisme d’Aubagne vous propose de découvrir la Provence dans les pas du maître. La visite guidée et commentée du circuit vous permettra de voir notamment Le Château de ma mère, le Bar des Quatre Saisons, le village de la Treille et la fontaine de Manon, la Pascaline et le chemin des Bellons, le cimetière de la Treille où est enterré Pagnol ainsi que le Tabac Alimentation du Schpountz. Il est à noter qu’en été (juillet et août), un Arrêté préfectoral interdit l’accès aux massifs en raison des risques d’incendie.

Mais vous n’avez pas besoin de vous rendre en Provence pour célébrer la mémoire de Pagnol. Ses nombreux films et livres suffiront à vous transporter au pays de la cigale, car comme le disait si bien Pagnol « l’universel on l’atteint en restant chez soi ».

Sur le même sujet