Enseigner la philosophie aux enfants avec "les Gouters philo"

Initier les enfants d'âge primaire au débat philosophique pour former l'esprit critique. Une ineptie pour certains, une petite révolution pour les autres.
30

Difficile en effet d’imaginer un groupe d’élèves de cours élémentaire en train de philosopher autour de questions existentielles comme les droits et les devoirs, l’amour et la haine, les garçons et les filles… Et pourtant, c’est le pari réussi de bon nombre d’enseignants qui n’hésitent pas à initier très tôt les enfants au débat philosophique.

Et les éditeurs de littérature de jeunesse ne s’y sont pas trompés. Ils se mettent en quatre pour offrir des collections attrayantes et illustrées, prenant pour point de départ, un conte ( Les Contes philosophiques , chez Actes Sud), une fable ( Les Philo-fables , chez Albin Michel) ou une situation concrète ( Les Petits Albums de Philosophie , éditions Autrement), un débat argumenté, un exposé ( Les Petites conférences, chez Bayard) ou des questions que se posent déjà les enfants sur le monde qui les entoure ( Philozenfants, chez Nathan).

La plus ancienne d’entre elles, Les Goûters Philo chez Milan jeunesse, vient de fêter ses dix ans.

Les gouters philo, une idée qui fait son chemin

Nés de la rencontre en 1999 de Brigitte Labbé, mère de famille, et de Michel Puech , professeur de philosophie à la Sorbonne, les Gouters philo aident les enfants d’âge primaire à réfléchir sur les questions importantes qu’ils se posent, en rendant les grandes questions philosophiques accessibles à tous.

Conçus comme de véritables «boites à outils», chaque ouvrage invite les enfants dialoguer autour de leur vision du monde et réagir à des situations du quotidien.

Traduits dans le monde entier et disponible en braille, les Goûters philos continuent à faire de plus en plus d’adeptes, malgré l’abandon de Michel Puech relayé par P.F. Dupont-Beurier, professeur agrégé en philosophie.

Organiser un débat philosophique entre enfants

En premier lieu, trouver un endroit confortable où les participants pourront s’installer à même le sol et sans contrainte ( la parole est d’autant plus libre que l’on peut s’installer comme on le souhaite ). Limiter les invitations à 10 enfants pour un adulte, qui se borne à reformuler ou à relancer les débats si nécessaire.

Choisir alors un thème ou une question restée sans réponse. Si les idées manquent (ou prolifèrent), un vote ou tirage au sort, a lieu en début de séance pour déterminer ensemble le sujet du jour.

Le livre peut alors servir de point de départ pour lancer le débat: un enfant (ou l’adulte pour les premières séances) ouvre la discussion en lisant tout haut un passage ou une des petites histoires du quotidien racontée dans l’ouvrage.

De remarques éclairées en commentaires plus ou moins avisés, on peut se rendre compte quelquefois qu’il n’existe pas de véritable réponse à la question posée. Et c’est bien en cela que réside la philosophie, la confrontation des idées et la formation de l’esprit critique. L’essentiel est que les enfants aient tous pu s’exprimer sur la question, en ayant été écouté par les autres, sans agression ni raillerie d’aucune sorte.

Un bon goûter permet de clôturer les débats en douceur et dans la bonne humeur.

Des outils pour les enseignants de l’école primaire

Si la philosophie ne figure pas au nombre des matières à enseigner à l’école primaire, les programmes de l’Education Nationale encouragent les professeurs du premier degré à développer très tôt les compétences sociales et civiques des enfants, dans lesquelles figurent notamment l’aptitude à participer en classe à un échange verbal en respectant les règles de la communication.

Dès 7-8 ans, c'est-à-dire l’entrée au cycle 3 (cycle des approfondissements), les élèves sont expressément invités à participer à des débats dans lesquels ils devront respecter tours de parole et règles de politesse, avec des interventions à bon escient, et prise en compte de ce qui a été dit. Autant d’occasion d’apprendre à mobiliser ses connaissances, formuler un point de vue motivé, et questionner afin de mieux comprendre, les notions de droits et de devoirs, de dignité humaine, d’égalité, d’intégrité, de liberté et de fraternité, de respect (respect des autres et des règles de la vie collective) … Notions «philosophiques» inscrites au programme de l’école primaire et débattues dans les Gouters philo .

A noter que les Gouters philo «nouvelle version» se présentent en couverture rigide, avec un cahier philo destiné aux enfants, aux parents et aux enseignants, contenant des conseils pour réussir un débat d’idées entre enfants.

Philosopher en famille

Les Gouters philo peuvent aussi servir de supports pour débattre en famille autour de la table, spontanément au hasard d’une discussion, en réponse à un fait d’actualité ou d’une évènement vécu par un ou plusieurs membres d’une même famille, ou organisé pour créer une nouvelle occasion de partager des idées et maintenir le lien entre les générations.

Comme le rappelle Michel Puech, Les adultes qui n’ouvriraient jamais un livre sur "la vie et la mort" ou "l’être et l’apparence", parce qu’ils ont derrière eux une longue histoire d’humiliation culturelle, pourraient s’y intéresser s’il s’agit de livres "pour enfants", donc garantis accessibles.

A lire Quand la philosophie nous permet de vivre mieux

Sur le même sujet