Se débarrasser des acariens et autres germes pathogènes

L'air ambiant abonde d'ennemis invisibles contribuant au développement d'allergies et maladies ORL. Voici quelques astuces pour vivre dans un air purifié.
54

Des ennemis invisibles s’installent dans nos foyers sans y être invités: des inévitables microbes plus ou moins pathogènes aux bactéries, en passant par les acariens qui prolifèrent dans nos tissus et moquettes, principaux responsables de maux divers tels qu'allergies, rhinites, conjonctivite, eczéma, toux et asthme...

Renouveler et purifier l’air s’avère donc être indispensable pour rester en bonne santé.

Une bonne hygiène pour une maison saine

Nos logements sont aujourd’hui mieux isolés, mais l’air s’y renouvelle moins bien. Pourtant le renouvellement de l’air ralentit la prolifération des germes, y compris des moisissures qui se développent aisément dans les milieux confinés et humides. Aérez donc votre maison chaque jour, même en hiver, en moyenne cinq minutes par heure, ou au moins une demi-heure le matin, une demi-heure le soir. Mieux, laisser une fenêtre entrouverte toute la journée, l’idéal étant d’ouvrir deux fenêtres pour créer un courant d’air.

Penser à nettoyer vos fenêtres et essuyer la poussière. Nettoyer les circuits de ventilation et dépoussiérez régulièrement toutes les pièces de la maison et les literies. Évitez le balai qui repousse une partie de la poussière et optez pour l’aspirateur, à la condition expresse de changer régulièrement le sac de votre appareil dans lequel les germes et bactéries continuent à proliférer. En effet, la plupart des aspirateurs traditionnels, à cause de leurs systèmes obsolètes de filtrage et de nettoyage, rejettent dans l’environnement, une bonne partie de la poussière qu’ils ont aspirée, en remettant en circulation la saleté, les germes et les bactéries. Vous trouverez en grandes surfaces des désodorisants dits "assainissants", à aspirer qui limiteront cette prolifération.

L'option plus onéreuse mais plus efficace contre les germes consiste à acquérir un aspirateur avec un filtre à eau. Ce dernier aspire en retenant la poussière. Il suffit alors de jeter l’eau à la fin du ménage et, avec elle, poussières et saletés. Enfin, puisque l’efficacité de la vapeur contre les acariens a été rigoureusement prouvée par de nombreuses études scientifiques, vous pouvez user de votre appareil à vapeur pour l’entretien de vos sols, tapis, tentures et literies. Les acariens n’y survivront pas.

Si des précautions d'hygiène restent indispensables (ventilation quotidienne, nettoyage régulier des couettes, matelas, tapis...), les huiles essentielles peuvent également constituer un atout de taille pour lutter contre ces parasites.

Des huiles essentielles, pures et naturelles

Si vous disposez d’un diffuseur d’huiles essentielles, optez pour des huiles essentielles spécifiques telles que les huiles de cyprès, pin des Landes, sapin et citrus, très prisées pour leurs vertus assainissantes. Leur efficacité est immédiate, et le nombre de microbes est considérablement réduit avec l’avantage d’être totalement naturelles. Vous profiterez en outre de leur parfum subtil et exquis.

Pour plus de sécurité, il est recommandé d’utiliser des «huiles essentielles botaniquement et biochimiquement définies» ou H.E.B.B.D, aux propriétés assainissantes et purifiantes.

Utilisez les huiles essentielles en sprays, prêts à l’emploi, disponibles en pharmacie et parapharmacie. Pulvérisez régulièrement dans toutes les pièces de la maison. Deux fois par an, en début d’hiver et d’été, vaporisez toute la literie, les meubles tapissés et les tapis.

Si vous disposez d’un diffuseur d’huiles essentielles, voici une recette particulièrement efficace: 4 gouttes de Citrus reticula , 2 gouttes de Citrus limonum , 2 gouttes de Citrus sinensis et 2 gouttes de Cupressus sempervirens .

Si vous souhaitez investir, comptez 10 euro pour l’achat d’un diffuseur basique, de 60 à 100 euro pour les diffuseurs électriques.

Pour assainir l’atmosphère, faites confiance à la nature

La bioépuration est un terme générique qui signifie "purification par le vivant". Dans le cas présent, ce sont les plantes qui purifient l'air en stockant dans leurs cellules ou en transformant les produits chimiques toxiques. La plante absorbe les polluants de l’air par les feuilles.

Le lierre ou lierre anglais débarrasse des composés organiques volatils (COV) toxiques de la fumée cigarette ou des solvants et des feutres… Mieux, vaporisez-le contre les attaques d’acariens.

L'aloe vera (liliacées) est une plante dépolluante efficace contre le monoxyde de carbone, le benzène, le toluène et divers allergènes, surtout les acariens. Elle lutte aussi contre les ondes électromagnétiques. Cette plante verte grasse se plaira donc dans la chambre, près d'une télévision ou d'un ordinateur.

Contrairement aux idées reçues, on peut tout à fait dormir dans une chambre où se trouvent des plantes. Bien que les plantes respirent comme les être humains, les quantités en jeu sont trop faibles pour avoir une incidence. En outre, même si la plante rejette du CO2 durant la nuit, elle l'absorbe pendant la journée et rejette de l'oxygène grâce à la photosynthèse. L'air intérieur est alors régénéré, naturellement.

Sur le même sujet