Mix profit - non profit

Owni réinvente l'économie de l'information, où la diffusion d'informations de qualité profite à la notoriété de l'entreprise de service rattachée.
12

On ne peut parler du site Owni sans mentionner également sa société éditrice, 22 mars. Ce sont les deux parties d’une société hybride imaginée par un jeune et talentueux blogueur, Nicolas Voisin. OWNI, surnommé "la soucoupe", est la partie émergée et non lucrative, 22 mars la partie lucrative, finançant la première grâce à la vente d’applications et de conseils. Une structure innovante permettant à la plateforme d’information de proposer des contenus en ligne de grande qualité et d’offrir une vitrine pour les expérimentations du laboratoire journalistique. Le site invente et propose un nouveau modèle économique répondant à la crise de la presse. Mais qu’en est-il véritablement ?

OWNI ?

Le nom du site OWNI (qui est évidemment un jeu de mot sur UFO-OVNI) cristallise bien cette volonté de faire preuve d'originalité mais aussi d’explorer et de s’intéresser aux nouvelles technologies, à l’engagement social et au journalisme. Innovant tant sur la forme que sur le fond, Open source, publié sous Licence Creative Commons, la plateforme collaborative est devenu pionnière dans le journalisme à partir des bases de données (Datajournalisme).

Ainsi Owni, tout en ne vivant pas de l’information qu’il produit ou propulse, et en étant libre de tout contrats publicitaires ou d’exigences de partenaires, a tout de même réussi à être rentable grâce aux prestations de service de 22 mars. Nicolas Voisin, très satisfait de son modèle, estime que 80 % du chiffre d’affaires de 22 mars est lié à la visibilité offerte par la vitrine OWNI.

Comment se finance Owni ? Comment tout cela se met-il en place ?

Pour soutenir son projet éditorial et favoriser la synergie entre 22 mars et OWNI, Nicolas Voisin a créé une association OWNI editors et bientôt un fonds de dotation, OWNIPEDIA , qui servira à financer les nouveaux projets innovants. Le fonds permettant également de financer la rédaction d’articles par les éditeurs d’OWNI.

Un subtile mélange lucratif et non lucratif

Pour se donner les moyens de ses ambitions et après les premiers tests concluants, Nicolas Voisin a décidé d’ouvrir le capital de 22 mars. Souhaitant tout de même maîtriser le navire, ils ont tout de même réussi à lever 340 000 eurs, pour 12 % du capital (source Adriano Farano ).

L’équipe composée de journalistes, de développeurs, de graphistes et de community editors s’est agrandie et compte désormais 20 personnes, dont l’unique mission est d’informer sans souci de rentabilité fnancière.

Et s’appuyer sur tous les avantages fiscaux possibles.

La société s’appuie sur tous les avantages fiscaux que peuvent proposer la loi française. Les investisseurs dans une limite de 50 000 euros peuvent déduire 75 % de leur impôt sur la fortune en vertu de la qualité de PME de 22 mars. En outre, ensuite, si dans 5 ans, ils font dons de leur part à OWNI Editors, le fonds de dotation, ils pourront bénéficier d’un allégement fiscal supplémentaire de 66 %. Le modèle est une réponse opportune à la crise de la presse. Il existe en France de nombreux outils sous exploités, comme le fonds de dotation, dont ont pris conscience intelligemment les membres d’OWNI.

L'ambition de Nicolas Voisin à travers OWNI et son nouveau modèle économique. ( source : OWNI, horloger de l'information ) est claire : " Nous comptons bien démontrer qu’un groupe de média européen né d’une vision partagée qui a permis de réunir des talents issus du web, non seulement peut être viable – c’est notre cas – mais n’a également aucune raison de ne pas considérer que son modèle originale est une réponse, parmi d’autres (cf. l’article de lancement de la V2 ) à la recherche de sens et d’intérêt public tout autant qu’à celle de valeur ajoutée, économique et sociale. "

cont 12.

Sur le même sujet