...Et les groupes soufis traditionnels, chrétiens néo-cathares, rosicruciens etc sont-ils les derniers vestiges de la pensée de Marcion de Sinope?

Non car le marcionisme en lui-même n'a en fait jamais disparu et depuis plus d'un siècle, il s'exprime à nouveau plus librement

   Le gnosticisme est un concept philosophique et spirituel selon lequel la libération du monde matériel passe par une Connaissance (expérience ou révélation) directe du Divin.

Mazdéisme; manichéisme; mandéisme (religions d'origine perse, kurde, babylonienne...); kabbale (idem et de source égyptienne et qui influença une partie du judaïsme mystique, de l'angéologie ou de la magie antique); christianisme marcionite ou cathare; soufisme, ismaélisme et alévisme musulman(s) sont quelques exemples des différentes expressions de la Gnose.

Celle-ci peut être polythéiste et/ou païenne, dualiste et/ou dithéiste/bithéiste ("deux dieux différents, de puissance égale ou non"); moniste ("tout unique") voire monothéiste selon certains.

Le Petit Larousse illustré de 1981 définit le gnosticisme dans son entièreté et non uniquement le marcionisme comme les  "spéculations cosmologiques et théosophiques refusant le Dieu de l'Ancien Testament et l'Incarnation de Jésus-Christ".

Un des courants chrétiens les moins gnostiques mais cependant le plus interpellant est le marcionisme car c'est le christianisme non-monothéiste le plus ancien connu à ce jour.


Fondée par Marcion, né vers l'an 85 de l'ère commune à Sinope (cité d'Asie mineure, ancienne région de l'Empire perse, du Royaume de Pont hellénophone puis de l'Empire romain et aujourd'hui en Turquie) puis décédé vers l'année 160; son école de pensée se propage principalement en Asie et Orient (Mésopotamie, Perse, Arabie etc) mais aussi en Occident jusqu'au Ve siècle au moins pour être finalement restaurée ces derniers siècles.

Marcion est l'inventeur des expressions "Ancien Testament" et "Nouveau Testament" reprises même par ses opposants tout comme celle de "bon dieu" qui est restée dans le langage populaire. Il est aussi celui qui apporte le premier évangile connu : "l'Evangelion" et la plus vieille église (encore appelée "synagogue" à l'époque) découverte à ce jour est une église marcionite localisée non loin de Beyrouth dans le village de Lebaba en Syrie du Sud.

Il est l'un de ceux qui influence fortement sur le plan religieux non seulement plusieurs courants chrétiens postérieurs mais aussi musulmans mystiques (soufis, ismaéliens, druzes...) ou musulmans dans leur ensemble (non-croyance à la crucifixion de Jésus-Christ, cette dernière n'étant qu'apparence comme le pensaient aussi entre autres les chrétiens dolciniens).

Bien que cette thèse ne soit pas partagée par tous, certains penseurs spirituels tel Rudolf Steiner (1861-1925) affirment que son enseignement réussit à renouer le lien entre les principes du dualisme religieux exprimé par le mazdéisme persan (principes d'un dieu bon : Ahura Mazda (le "Christ Cosmique" pour Steiner) ou Ormuzd opposé à un dieu mauvais : Ahriman ou Angra-Mainyu) avec l'enseignement de (Saint) Paul de Tarse (né vers 8 de l'ère commune à Tarse, en Cilicie, actuellement Tarsus, en Turquie et mort v. 64 - 68 à Rome). 

Des historiens des religions pensent par contre que le marcionisme est plutôt un rameau du paganisme hellénistique et qu'il présente une critique de l'Ancien Testament selon une lecture platonicienne (Platon est l'un des plus grands philosophes grecs, né à Athènes en 428-427 et décédé en 348-347 avant l'ère commune).

Dualiste radical et dithéiste, Marcion oppose le "Dieu étranger", "bon", "lointain", "supérieur", de "bonheur et d'Amour" du Nouveau Testament représenté par son émanation éthérée Jésus-Christ à l'autre dieu, "de lois", "cruel", "colérique et jaloux" de l'Ancien Testament.

Pour autant, Marcion n'est pas antisémite car jamais il ne rejette les Juifs en tant qu'individus mais considère cependant leurs livres religieux comme "périmés" bien qu'ayant été authentiques.
D'ailleurs, Paul de Tarse qui est sa référence centrale est d'origine juive sans compter les nombreux Juifs qui se joignent à l'Eglise marcionite soit du vivant de son fondateur soit après auprès de ses continuateurs (ce qui n'empêche pas hélas encore aujourd'hui trop souvent des accusations totalement infondées et calomnieuses d'antisémitisme par les milieux de l'intégrisme juif et chrétien ou des récupérations politiques parfois discutables comme vis-à-vis des Sagesses païennes et symboles religieux d'Inde ou d'Europe).

Marcion développe un canon rassemblé de divers extraits de l'Ecriture mais qui ne retient que l'Evangile selon Luc et les dix épîtres de Paul de Tarse débarrassés des ajouts mis dans ces textes par d'autres dans le but de les faire corroborer à l'Ancien Testament.

Le marcionisme considère Jésus comme le Fils au sens d'émanation visible du Dieu bon mais non comme le Messie des Juifs; humain seulement qu'en apparence donc, au corps subtil, immatériel et non né de la Vierge Marie car un "dieu ne peut avoir un corps physique". 
Dès les débuts, l'Eglise marcionite permet aux femmes d'occuper certains offices et même de faire des baptêmes car Marcion affirme comme Paul de Tarse qu'il n'y a "ni mâle ni femelle en Christ".

Les marcionites manquent de disparaître à cause des persécutions des églises officielles lors des IVe et Ve siècles qui préfigurent celles du génocide resté impuni contre les Cathares dans le Languedoc en France au XIIIe siècle. Un énorme obstacle aussi est l'opposition de certaines religions officielles qui rabaissent Jésus au rang de simple prophète humain. 

Les marcionites commencent cependant à retrouver de la vigueur par après et le marcionisme réapparaît au grand jour fin XIXe et début XXe siècle. Celui-ci s'exprime principalement dans des ouvrages historiques et théologiques très renommés comme ceux du grand théologien allemand et militant pour la démocratie d'entre-deux-guerres (République de Weimar) : Adolph Von Arnack (1851-1930) qui passe du luthéranisme au protestantisme progressiste et finalement au néo-marcionisme.  Sans compter plusieurs célèbres écoles artistiques, littéraires, poétiques (Romantisme, Symbolisme, Surréalisme...) et leurs écrivains inédits tels Charles Baudelaire (1821-1867), Arthur Rimbaud (1854-1891) ou nouvelles spiritualités contemporaines qui s'en inspirent.

De nos jours, certains voient en Marcion, un des précurseurs du néomalthusianisme qui est la doctrine trouvant sa source auprès de celle du pasteur économiste anglais Thomas Robert Malthus, né en 1766 puis décédé en 1834 et qui promeut aujourd'hui une planification des naissances afin d'éviter d'une part la souffrance humaine due à la misère, les famines nées de la surpopulation mais aussi d'autre part la destruction de la nature et de la faune par une Humanité trop nombreuse. 

Il est aussi un des principaux pionniers du pescétarisme (régime alimentaire très sain car composé que de poissons, crustacés, fruits, légumes et bénéfique pour l'environnement sauf quant il y a surpêche ou élevage industriel). Ce mode d'alimentation est pratiqué notamment aussi par les Cathares au Moyen Âge. 

Et aujourd'hui, certains historiens contestent ne fut-ce que l'existence humaine de Jésus en se basant sur le fait qu'il n'y a aucune trace de récits historiques extérieurs à la Bible officielle sauf sur ses adeptes; traces archéologiques incontestables et écrits historiques avérés du vivant-même d'un être humain dénommé Jésus-Christ, matériel ou corporel, donc.

Enfin, d'autres chercheurs défendent la thèse d'une croyance en une divinité ayant été humanisée avec le temps à des fins politiques (les marcionites considèrent Jésus-Christ uniquement que d'essence exclusivement divine).


"Il n’y a point de bon arbre qui produise de mauvais fruit, ni de mauvais arbre qui produise de bon fruit. Car chaque arbre se connaît par son propre fruit. On ne cueille pas des figues sur des épines, et l’on ne cueille pas des raisins sur un buisson." 

Evangile de Luc 6.43-44


"...De faux frères ont infiltré nos rangs pour épier la liberté que nous avons en Jésus-Christ et pour faire de nous des esclaves."

Marcion de Sinope (85 -160)


"Marcion a été mon premier amour dans l'histoire de l'Eglise, et cette inclination et cette vénération n'ont pas été atténuées, même par Augustin, dans le demi-siècle que j'ai vécu avec lui." 

Adolph Von Harnack (1851-1930)


"- Maître, si le Christ avait un corps éthéré, Il n'a donc pas souffert ? Il n'est pas mort sur la croix ? - Il a souffert en " Esprit ". Il a eu les tortures de l'âme, l'agonie de Gethsémani. Mais Il n'est pas mort ! Un Dieu ne peut pas mourir ! "

Antonin Gadal (1877-1962)


"Pour Paul, le Christ n'est pas un homme qui a vécu et enseigné, c'est un être tout divin" .

Ernest Renan (1823-1892)


Sources et liens 

  • Adolf von Harnack,  Marcion, l'Évangile du Dieu étranger , Cerf,‎ 2003

  • Hans Jonas,  La Religion gnostique. Le message du Dieu étranger et les débuts du christianisme , Flammarion, Paris, 1978

  • Serge Hutin,  Les gnostiques  (1958), Presses Universitaires de France, collection "Que sais-je ?", 1958

  • Jacques Lacarrière,  Les Gnostiques , Gallimard, collection "Idées", 1964 

  • Louis Gernet et André Boulanger,  Le génie grec dans la religion , collection L'évolution de l'Humanité, Albin Michel, 1970
  • Umberto Eco,  Le Nom de la rose , roman historique, 1980, Prix Médicis étranger 1982, traduction de Jean-Noël Schifano; nouvelle édition revue et augmentée Grasset, 1990 (adapté en 1986 au cinéma par Jean-Jacques Annaud, César du meilleur film étranger)
  • Andy et Larry Wachowski, Matrix , Matrix Reloaded  et  Matrix Revolutions, 1999, 2003 (films)
  • Communauté des amis et sympathisants de Marcion de Sinope (groupe marcionite francophone) : goelandenvol @ hotmail.com   
  • http://www.cafepress.fr/mf/43135456/proud-pescetarian_tshirt?productId=461783132  (objets contemporains pescétariens; anglais et français)                                                                                                                                                                                                                                                                                         

Sur le même sujet