user_images/59737_fr_17435_1364.jpg

ODILE PENET

Publié dans : Les articles Santé & Médecine de Odile Penet

Comportements et placentophagie

Pourquoi utiliser son placenta pour le consommer après l'accouchement ?Les bienfaits méconnus de la placentophagie.

Le mot placentophagie vient de Placento "placenta" et de Phagie, "manger une substance spécifique". C'est-à-dire, « manger » son placenta après l’accouchement.

Pas de fourchettes ni de couteaux ; le placenta est déshydraté et préparé par un professionnel, qui ensuite le mettra en capsule. Une centaine seront alors à la disposition de la nouvelle maman. Les vertus de ce phénomène sont multiples : hormones, fer, vitamine B, opioïdes naturel, prévention de la dépression postnatale, aide à l’allaitement, etc.

Ce concept commence à être connu du grand publique grâce à la publicité faite par certaines personnalités d’Hollywood ayant eu recours à la placentophagie.

Pourtant, en général, la placentophagie fait toujours froncer les sourcils de dégoût, génère des peurs et des répulsions, bien que ce phénomène soit accepté comme un comportement animal normal chez les mammifères, à l’exception de l’être humain.

Malgré le manque de recherches, nous pouvons nous baser sur des évidences spécifiques, particulièrement celles du Dr. Mark Krista Placentophagia: A Biobehavioral Enigma, pour mieux comprendre ce comportement des mammifères. Cette publication permet de mieux comprendre le comportement de la placentophagie, basée sur des observations sur des rats et d’autres espèces animales.

Ces études ont démontré que l’envie de viande rouge ou un sentiment incontrôlable de faim ne sont pas les raisons qui expliquent la placentophagie, malgré la racine latine du mot Placenta, qui veut dire gâteau.

Certains pensent que la placentophagie peut s’expliquer par un besoin de nettoyer le nid où les petits sont nés, afin de ne laisser aucunes traces ni odeurt, pour d’éviter d’attirer d’éventuels prédateurs. Cette explication n’est basée que sur des faits et non sur des preuves. En observant le comportement de certains mammifères les scientifiques ont pu démontrer que certains animaux n’ayant pas de prédateurs directs, ingèrent leur placenta après l’accouchement.

Le Dr Kristal s’est consacré à l’étude de l’évolution et aux effets biologiques du placenta. Le système immunitaire de la femme à la faculté de créer des anti corps contre la présence d’antigènes dans le système sanguin du bébé à naître, en cas d’incompatibilité rhésus :

En effet, pendant la grossesse, une simple prise de sang permet de détecter le groupe et rhésus sanguin de la future mère. Si une femme est rhésus négative et que le futur père est de rhésus positif, une incompatibilité rhésus est possible entre la mère et l’enfant. A la naissance du premier enfant, la mère se met à créer des anticorps anti-rhésus, comme système de défense envers les grossesses à venir. Si les futurs foetus sont d’un rhésus différent de la mère, ces anticorps anti-rhésus provoqueront probablement une fausse couche ou un enfant mort-né.

De nos jours, ces mères reçoivent une injection après le premier enfant, pour protéger les grossesses. Il est intéressant de constater que la consommation du placenta peut permettre d’arrêter de façon naturelle la création d’anticorps anti-rhésus.

À propos de l'auteur

user_images/59737_fr_17435_1364.jpg

ODILE PENET

Passionnée par la vie et les différences culturelles, mon
  • 69

    Articles
  • 8

    Séries
  • 0

    Abonnés
  • 0

    Abonnements

Poursuivez la discussion!