Effets de la péridurale sur les bébés

Comment la péridurale affecte-t-elle la santé et le comportement des bébés ? Que savons-nous vraiment des effets de cet analgésique sur les nouveau-nés ?
731

L’anesthésie régionale, appelée également péridurale, est administrée à un nombre croissant de femmes pendant l’accouchement et provoque l’insensibilité du bas du corps, à partir de la taille, afin de diminuer ou de supprimer la sensation de la douleur, liée aux contractions utérines. Elle est aussi utilisée pour éviter l'anesthésie générale en cas de césarienne.

L’une des questions qui revient le plus souvent est de savoir si cette procédure médicale aura un impact sur le bébé à venir.

Les statistiques les plus récentes confirment qu’en France, 60 à 70 % des femmes choisissent la péridurale comme méthode de prise en charge de la douleur pendant le travail (80 % aux États-Unis). La péridurale est considérée comme la « Cadillac » des médicaments puisqu’elle réduit considérablement, dans la plupart des cas, la douleur des contractions. Cependant et comme dans beaucoup de situations médicales, la controverse existe. Qu’en est-il des effets de cet analgésique sur le bébé à naître ?

La péridurale peut avoir des effets sur le bébé de deux façons : soit directement en passant à travers la paroi du placenta jusqu’au système sanguin du bébé et/ou indirectement, en affectant l’état de santé de la mère (réactions et effets secondaires).

Les effets indirects

L’une des façons dont la péridurale affecte les bébés, est due aux effets secondaires, ou réactions, ressenties par la mère et en corrélation avec la péridurale. La péridurale tend à dilater les vaisseaux sanguins, entraînant parfois une chute soudaine de la tension artérielle chez la mère. Le risque est plus grand si la femme a déjà tendance à avoir une pression artérielle basse. C’est pourquoi, quand une femme a reçu une péridurale, sa tension artérielle doit être constamment contrôlée. Le bébé est sous moniteur fœtal, car son rythme cardiaque ralentit quand la pression artérielle de sa mère baisse.

La péridurale peut empêcher la mère de ressentir les sensations nécessaires envoyées naturellement par le corps, au moment de la naissance et de la délivrance. La femme qui accouche perd alors le contrôle de la sensation de pousser et doit être guidée. Les femmes sont couchées sur le dos et la gravité naturelle ne joue plus en leur faveur. Les recherches ont montré que les mères poussaient plus longtemps lorsqu’elles avaient reçu une péridurale. L’épuisement et le manque de contrôle conduit souvent à l’usage d’interventions médicales (forceps ou ventouse). Ses instruments d’extractions laissent souvent des ecchymoses ou des enflures sur la tête (ou visage) du bébé. Le traumatisme et la douleur physique chez le bébé ont malheureusement jusqu’à présent fait état de peu de recherches. La douleur chez le nouveau-né est un sujet récemment pris en considération.

Un autre effet connu du corps médical, de la péridurale, est le risque de l’élévation de la température corporelle de la femme. Dans ce cas, ce symptôme est souvent traité comme le signe d’une possible infection. Indirectement et dans le doute d’un autre diagnostic, la péridurale est responsable de potentiels examens médicaux sur le nouveau-né et de l’administration d’antibiotiques. Le bébé est parfois alors séparé de des parents à la naissance, pour les soins et examen, mettant en péril, l’allaitement et la mise en place des liens familiaux.

Les effets directs

Il est bon de rappeler que les produits analgésiques et anesthésiques passent la barrière placentaire. Les médicaments se diffusent rapidement à travers les membranes des cellules, traversent le placenta et pénètrent le système sanguin du bébé. Des études (prélèvements sanguins) ont été effectuées sur les nourrissons à la naissance.

Il est relativement facile d’évaluer les effets directes de la péridurale sur un nouveau-né par une simple observation de son comportement à la naissance. Dans les premières heures de vie, les bébés ont plus de difficultés à se familiariser à l’allaitement maternel, en comparaison avec des bébés nés « sans péridurale ». La succion-déglutition est l’un des cinq réflexes archaïques à la naissance.

La péridurale semble déranger l’ordre paisible établi par la nature et retarder les premiers moments interactifs entre la mère et son enfant. Les pleurs sont plus fréquents.

Quoi qu’il en soit, il revient à chaque femme, en connaissance de cause, de choisir de demander la péridurale. Nous ne savons toujours pas avec exactitude comment la péridurale affecte le bébé: cela dépend de chaque situation, de chaque mère et de chaque enfant.

Références :

-Résumé : L'anesthésie comme cause de souffrance fœtale ? h ttp://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0750765807001955

-Lieberman E & al. Epidural analgesia in labor: an evaluation of risks and benefits . BIRTH 23(2). 1996

Lecture : « Pour une naissance sans violence » Frédérick Leboyer

Sur le même sujet