Le rock burtonien de Hors La Loi

Né en 2007, Hors La Loi évolue dans un univers qui lui est propre, teinté de rock, d'électro, de magie et d'une poésie imprévisible, à la Tim Burton.

Un univers scénique foisonnant

La formation actuelle , composée de Guillaume Druel (chant, clavier, guitares, basse, auteur et compositeur), Renaud Druel (guitares, chœur, machines), Tibo d'Abo (violon, alto, basse), Quentin Prud'homme (batterie, percussions), affiche un style percutant et efficace. D’instruments en instruments, le groupe «surfe»sur une musique emplie d’ambiances, d’atmosphères et sur des textes ciselés qui traitent tant de thèmes de société et de politique que d’imaginaire et d’onirisme. Souvent, les morceaux nous emmènent au travers d’un univers excentrique, passant de distorsions énervées au lyrisme solennel des cordes. Il n’est donc pas étonnant que les membres d’Hors La Loi prennent leur inspiration auprès d’artistes comme Jim Morrison, Michaël Jackson, Bjork, Noir Désir ou Nirvana, ou puisent leurs références auprès d’écrivains de l’imaginaire (fantasy, fantastique et science-fiction) tels J.R.R. Tolkien ou Franck Herbert. De ce fait, leur musique transcendée crée un véritable univers, cohérent, imaginatif. Pas surprenant non plus – et grâce au bagage littéraire des frères Druel – que les textes soient essentiellement en français. De plus, Hors La Loi bénéficie d’un réel visuel scénique et graphique par la présence de Quentin Prud’homme (puisqu’ayant une formation d’infographiste). Quant à Tibo d’Abo qui a étudié au conservatoire d’Orléans et donc a acquis une formation classique, il compose, arrange, joue au sein de plusieurs groupes (Nil’s Experience, Collection d’Arnell Andrea, Lili Künst, Gontäk), mais aussi pour divers metteurs en scène et cinéastes. Riche de toutes ses expériences et de ce savoir-faire, nos quatre instrumentistes ont su se forger une telle identité propre et créer une musique si visuelle qu’il est aisé de reconnaître leurs compositions. Dans tout cet univers au rock coloré et fantasque, nous pouvons également ressentir des impressions puisées auprès de Charles Baudelaire ou de Lewis Carroll, d’Ange ou de Pink Floyd.

Déjà des lettres de noblesse

Fort de tous ces bagages artistiques, culturels et musicaux, il n’est donc pas étonnant que le groupe ait sorti trois albums, Pierrot La Lune, un Maxi/EP et le Monde de Sylvia (lauréat du concours «Envie d’Agir», sponsorisé par la région Centre et le pôle des musiques amplifiées, Caïman). Enfin, nos Hors La loi se sont produits tant en France qu’à l’étranger (Belgique et Allemagne) et écument salles de concerts et festivals (Le Printemps de Bourges, Terres du Son, Les Courants, Rurarock, Les Expressifs, Gobart, M comme Musique, …). Ils ont même partagé des scènes avec Arthur H, Graeme Allwright, Karpatt ou Les Caméléons, …), ce qui ne fait qu’enrichir leurs lettres de noblesse déjà assez copieuses. Et peut-être rencontreront-ils la gloire lors de leur prochain passage à l’Olympia, si vous répondez à l’appel qu’ils viennent de lancer sur leur blog.

Ainsi, Hors La Loi rejoint la horde poético-provocatrice des Poètes électriques qui prit sa source dans les «Seventies».

Sur le même sujet