Kinect Disneyland Adventures, la magie virtuelle.

Désormais, que votre incursion dans l'univers de Disney soit réelle ou virtuelle, elle vous réservera toujours de bonnes surprises. La preuve en est...

Outre le plaisir du moment présent, un séjour à Disneyland génère aussi deux périodes distinctes : l’impatience du départ et l’aphasie du retour. Depuis novembre dernier, Kinect : Disneyland Adventures est l’occasion pour Microsoft de nous offrir la possibilité de passer le temps plus agréablement qu’en décomptant les jours qui vous séparent de votre séjour ou de remonter progressivement les paliers qui vous libèreront de l’emprise de votre dépression post-vacances. Tout reste à savoir si la recette est efficace…

Contre mauvaise fortune…

Même si tous les fans de Harry Potter n’ont pas systématiquement adhérés à l'ensemble des productions vidéoludiques sorties, il paraît évident que le penchant pour Disney et son univers est un prérequis indispensable pour apprécier l’expérience en question. Loin de l’idée du prétexte commercial qui émanait du projet à son annonce, il est rassurant de constater dès les premières minutes d’exploration que le résultat est complètement différent de ce qui pouvait en être attendu. Titre à part entière, toute frayeur écartée par les préjugés hâtifs formulés, Kinect : Disneyland Adventures ne représente ni plus, ni moins qu’une immersion au cœur de la magie dans votre salon.

Et pour pouvoir avancer de telles certitudes, il faut reconnaitre le travail qui a été fourni sur le plan technique pour assurer ce plongeon tant sur au niveau graphique qu'interactif, suffisants pour permettre à tous de passer un bon moment à chaque fois que la console s’allume. Représentation du parc, fidélité des attractions phares, rencontres avec les personnages, participation à des mini-jeux sympathiques, exploration rythmée sur fond de scénario ou encore achats divers en boutique sont autant d’éléments qui ont bénéficié d’un soin particulièrement soutenu pour le genre de production qui était attendue à l’origine. L’évolution, quoi qu’un brin dirigiste, est agréable au milieu d’une foule qui, pour une fois, ne vous dérangera pas le moins du monde, bien au contraire. La superficie à arpenter, l’organisation thématique et l’éventail des opportunités collent au plus près de la réalité et vous transportent littéralement dans l’enceinte du parc d’attraction le plus célèbre du monde.

Bon cœur !

Au programme donc, 18 attractions réparties dans les différentes sections bien connues comme Frontierland, Adventureland, Fantasyland, Tomorrowland et Main Street U.S.A., mais également Critter Country, New Orleans Square et Mickey’s Toontown dans lesquelles vous aurez le plaisir d’interagir avec pas moins de 35 personnages, Mickey, Minnie, Pluto, Donald, Daisy, Dingo en tête. Ils vous entraîneront dans une centaine de petites quêtes à l’occasion. En bref, il y a de quoi faire entre l’accès à certaines attractions virtuelles comme si vous y étiez et la participation à des mini-jeux qui rivalisent de diversité les uns envers les autres. Bien entendu, la manette, c’est vous. Et c’est d’ailleurs le moteur de cette aventure qui vous transporte dans un rêve quasi-éveillé. Vous utiliserez alors votre corps comme il se doit pour répondre aux challenges qui vous seront proposés. La petite contradiction de ce Kinect : Disneyland Adventures reste pourtant la difficulté d’appréhension de certaines commandes (à travers des mouvements spécifiques) pour les plus jeunes, notamment ceux qui régissent les déplacements. Cette incohérence les prive alors de toute autonomie et les place dans un rôle de spectateur relativement frustrant, tandis que quelqu’un de plus apte s’occupera des phases de transition entre les activités. De la même manière, quelques parties manquent cruellement de calibration, soit dans la précision de la détection, soit dans l’organisation trop chargée et/ou trop brouillon qui nuisent au bon déroulement et au plaisir. Si les plus petits auront besoin d’un accompagnateur (comme dans la vraie vie en fait !), les plus âgés (de 7 à 70 ans) sauront apprécier l’expérience.

De la magie à domicile

Kinect : Disneyland Adventures n’est pas le désastre annoncé. Très loin de l’outil promotionnel, il reste un jeu intéressant qui emploie à merveille les capacités de l’accessoire. Suffisamment travaillé, mettant en avant une réalisation correcte et des idées sympathiques, il vous fera passer d’excellents moments en famille, tant dans le rôle d’acteur que de spectateur. Mais avant toute chose, la réussite du titre tient dans ce condensé de magie qu’il est capable d’apporter comme tout séjour d’exception dans le parc Disney. Au regard du prix de vente à neuf (40 €uros), le jeu bénéficie d’un rapport qualité/prix indéniable. Toujours dans la moyenne, le plaisir de retrouver nos personnages préférés, de pouvoir interagir avec eux et d’évoluer dans leur univers n’a pas de pareille saveur. L’intention est honorable, le résultat l’est tout autant.

Un petit aperçu ?

Remerciements sincères à Microsoft et Yannick Louis-Ferdinand en particulier.

Sur le même sujet