Pokémon Nouvelle Génération

Après le rubis, le saphir, l'argent, l'or... Qui aurait pu croire que la version ultime de Pokémon trouverait le salut à travers le noir et blanc ?
7

S'ils avaient pu exister à l'époque d'Aristote, il ne fait aucun doute que les Pokémons auraient pu lui sauver la vie ou, tout du moins, soutenir sa théorie. Un simple coup d'oeil à l'évolution vidéoludique de la licence aurait alors convaincu n'importe qui que cet univers commençait à tourner en rond. C'était sans doute sans compter sur cette nouvelle génération aux versions noire et blanche, prête à retracer un nouvel horizon dans les aspirations des dresseurs...

Pokémon est mort. Vive Pokémon ?

Attendu comme une révolution profonde, célébré comme le renouveau de la série, Pokémon Version Blanche et Version Noire se permet le luxe de dépasser le cadre de l'excellence de la filiation. Non seulement il s'impose comme la référence ultime de la série, mais il s'attire les éloges pour son aspect RPG frôlant la perfection. A la lumière de la richesse de cet opus, il serait bien difficile de refroidir les ardeurs de la presse. Reposant sur un scénario original et approfondi comme des mécanismes de jouabilité revus et corrigés, le jeu quitte les rivages de la collection ultime pour proposer une aventure plus travaillée, plus fournie, plus réfléchie, plus stratégique. Mieux équilibré, la difficulté du titre à la hausse favorise donc la réflexion sur les rapports de force entre pokémons. Mais il est également question de contenu avec des villes, des régions et des saisons traversées qui ne sont pas décidées à livrer leurs secrets aussi facilement. Cédant à son tour à la mode communautaire, des modes viennent se greffer à l'aventure pour décupler le potentiel. Via son Pokemon Global Link, son Hi-Link et son C-Gear, il sera possible d'accéder à un social network sauce Nintendo (où se consultent et se partagent moultes goodies et statistiques), développer les expériences entre joueurs comme en plein jeu (notamment avec l'exploration du monde des dresseurs et des rêves de pokémon), combattre, échanger... Il est même question d'un (faux) chat vidéo. Il était déjà difficile de résister au rouleau compresseur de cette licence. Avec un contenu d'une telle ampleur, autant ne pas s'infliger la perte de temps de vouloir résister face à ce qui ne peut être autre chose que le meilleur épisode jamais développé à ce jour.

La terre est ronde comme une PokéBall

Plus riche, plus beau, plus ergonomique, plus efficace, moins niais... Difficile de trouver à redire. Et pourtant ! Une fois n'est pas coutume, les éloges ne veulent bien voir que ce qu'elles veulent. Rien de bien grave si ce n'est l'amalgame entre révolution et évolution. Ces versions Blanche et Noire proposent une nouvelle expérience de jeu, certes, mais elle persiste à reposer sur les mêmes rouages, les mêmes principes. Les améliorations apportées ne constituent pas une réelle fracture dans la tradition. Même si le nombre se montre à trois pokémons simultanément, les combats sont régis par les mêmes règles. L'exploration et le scénario vous pousse à traverser les villes, remplir le pokédex et collectionner les badges comme habituellement. S'il est indéniable que le jeu regorge d'une richesse rare et d'un remaniement bienvenu, la révolution annoncée et reconnue est tout de même usurpée. Cette nouvelle génération déçoit donc en ce qu'elle ne tient pas les promesses miroitées depuis le début du projet. Même si le plaisir de retrouver de nouveaux pokémons, de crouler sous les possibilités et les opportunités est bien présent, quelque part, le titre ne se montre pas à la hauteur de l'inconnu qu'il nous promettait. Assise sur des acquis solides, se projeter dans un univers complètement nouveau et novateur en la matière rendaient les perspectives et les théories terriblement excitantes. Mais rien de ce que nous propose cet opus ne peut être à la hauteur d'une révolution digne de ce nom. Un merveilleuse évolution sans aucun conteste, mais rien de plus.

Sur le même sujet