Uncharted 3, la consécration de Drake

Tandis la série débutait timidement avec la Playstation 3, elle concrétise aujourd'hui des espoirs, des promesses et d'intéressantes perspectives...
9

Le critère le plus défavorable qui pesait sur Uncharted 2 à l’époque était l’euphorie de la presse spécialisée qui, à force de rivaliser de superlatifs, avait un peu oublié de garder les pieds sur terre. Ainsi donc, l’appréhension du nouvel opus de la saga justifiait amplement la peur de se retrouver confronté une nouvelle fois au contraste entre l’impression renvoyée des éloges et la réalité du jeu. Et, effectivement, cette frayeur était toute motivée, mise à part que, dans le cas de l'Illusion de Drake, aucun mot ne saurait décrire l’excellence de cet ultime volet. Car Uncharted 3 n’est rien moins qu’une ode à l’aventure qui dépasse les frontières du jeu vidéo. Plongé au cœur de cette essence qui a vu naître des références incontestées comme Indiana Jones, Naughty Dog renvoie Tomb Raider au rang de momie et nous propose une expérience suprême, une de celle qui parvient à superposer l’œuvre au 7ème Art.

L’histoire d’un coup de fouet

Uncharted 3 : L'Illusion de Drake ne pouvait pas clôturer la série de plus belle manière. Aboutissement dans toute sa splendeur, dans tous les domaines du jeu, les joueurs ont enfin l’occasion d’approcher un vrai chef d’œuvre comme il est rare d’en connaître. Il n’y est peut-être pas question de poésie ou de sensibilité japonaise, mais il s’agit peut-être bien de la première fois, où une aventure suggère une telle immersion et une telle implication du joueur que le domaine du jeu vidéo est littéralement dépassé pour permettre de vivre une expérience cinématique interactive par héros interposé. Puisque le tour de force de l’équipe de développement est d’être parvenu à vous placer au centre d’un film qui se déroule au fur et à mesure de votre progression. Au fil des épisodes, la série s’est forgée une âme autour de son personnage principal emblématique. Sont venus s’y greffer personnalités, relations complexes, histoires passées, évènements, situations, rebondissements… Autant d’éléments qui participent de concert à l’intégration du joueur (même indirecte) dans l’intrigue. Tout est rassemblé, du niveau technique aux mécanismes de jeu, pour atteindre ce summum.

Le coup du chapeau

Le mot mis à l’honneur et déjà cité plusieurs fois depuis le début de cet article est ‘Aventure’ avec tout ce que cela implique d’énigmes, d’environnements dépaysants et de situations variées. Rien de bien nouveau en ce qui concerne les rouages de la série Uncharted si ce n’est le soin apporté pour faire prendre part à une quête plutôt que de jouer à un titre d’action-aventure. Dans le fond, rien de révolutionnaire, mais plutôt un perfectionnement à l’image des phases de combat au corps-à-corps améliorées par rapport à l’épisode précédent. Si agréables au passage qu’elles obtiennent facilement les faveurs de l’affrontement quand les occasions le permettent, surtout qu’un soupçon d’infiltration vient encourager les rapprochements physiques. La progression de son côté reste fidèle à la tradition de plus en plus aérienne de la série. Mais il faut aussi désormais compter sur ces moments de poursuites qui pimentent encore un peu plus un rythme déjà bien fourni. Sans compter sur le soin apporté aux environnements qui défilent sous nos yeux dont la beauté nous invite à nous attarder sur ces tableaux somptueux et parfois nous livrer à une petite pointe touristique. L’ensemble orchestré par une bande sonore qui se fond parfaitement dans les décors. Sans compter sur un mode multijoueur qui saura prolonger le plaisir des gunfights à travers les modes mis en avant, dont la possibilité de la coopération qui avalera vos nuits beaucoup trop vite. Tout s’imbrique correctement. Tous les rouages s’adaptent à merveille, s’entraînant les uns les autres pour représenter une machine hallucinante d’efficacité.

Au sommet de son art

Uncharted 3 est l’aboutissement de deux épisodes de prise de marques. Le résultat est tellement impressionnant qu’il replace un titre comme Heavy Rain au rang d’expérimentation plutôt que de phénomène. La force de ce troisième opus s’est acquise sur le long terme, sur l’expérience avec le but aujourd’hui avoué de partager une expérience sans commune mesure, jamais atteinte de proposer une aventure digne des plus grandes histoires connues à ce jour, tout domaine confondu. Difficile de ne pas parler de la filiation entre Nathan Drake et Indiana Jones face à un héros qui en a l’étoffe et un charisme tout aussi marquant. Tout se déroule à cent à l’heure. Les décors, les situations se succèdent sans temps mort. L’ennui est impossible dans ce qui caractérise l’apogée du savoir-faire du studio Naughty Dog et du flaire de Sony Computer Entertainment qui s’accapare une exclusivité qui justifie allègrement, à elle seule, l’achat d’une Playstation 3.

Un aperçu en vidéo ? Cliquez ici ou

Sur le même sujet