Jean Louis Borloo : un politicien pas comme les autres

Jean-Louis Borloo est le meilleur candidat du centre pour l'élection présidentielle de 2012. Un sondage Ifop pour le JDD l'a révélé, il gagne 13 points.

L’ancien ministre de l’Ecologie a gagné 13 points depuis la dernière enquête d’opinion de novembre 2010. Une forte percée rendue possible par une irrésistible envie d’indépendance.

« Je quitte l’UMP ! » Cette déclaration était pressentie depuis plusieurs jours. Jean-Louis Borloo a décidé de mettre fin à son alliance avec le parti de la majorité. Une rupture qui s’ajoute à son départ du gouvernement après le remaniement ministérielle en novembre 2010. Ces deux actes permettent à Jean-Louis Borloo de s’éloigner de Nicolas Sarkozy et de sa politique.

Une franchise surprenante

Il aura fallu attendre jeudi soir pour voir l’ancien ministre de l’Ecologie prendre des initiatives. Il s’en est directement pris au projet du chef de l’Etat et de son gouvernement. « L’immigration et l’insécurité ne sont pas l’essentiels des problèmes des Français », a-t-il affirmé sur France 2. Par cette démarche, Jean-Louis Borloo souhaite montrer qu’il prend ses distances.

Ce n'est pas la première fois de sa carrière politique que Jean-Louis Borloo agit ainsi de manière directe. Au soir des résultats du premier tour des élections législatives le 10 juin 2007, il se retrouve confronté à Laurent Fabius, un des leaders du Parti Socialiste. Ce dernier l’interpelle sur l’éventualité d’une TVA sociale. Alors ministre de l’Ecologie, Jean-Louis Borloo choisi de ne pas nier et confirme l’information. Une franchise surprenante en politique. Là où beaucoup auraient menti, il préfère dire la vérité. Une stratégie appréciée par les associations écologiques. Les membres de la majorité se montrent réticents sur cette tactique. Mais Nicolas Sarkozy confirme Jean-Louis Borloo à son poste. Rapidement, la popularité du ministre se révèle.

Un homme de tous les fronts

Si certains ont une spécialité, lui est multitâche. Cette idée le fait rire. « J’ai l’impression de revivre le même film, mal coiffé ou trop bien coiffé. Je n’ai pas la tête de l’emploi » , ironise-t-il pour résumer ses années de ministre. Mais, cet homme a de l’ambition et s’acharne jusqu’à obtenir ce qu’il veut. Dans sa jeunesse, il doit se débrouiller seul. Il travaille alors que d’autres n’ont pas de problèmes à financer leurs études. Jean-Louis Borloo a obtenu sa double licence en droit et en philosophie en travaillant comme pompiste. Il enchaîne avec une licence d’histoire et sciences économiques. Rien à voir avec la formation des hommes politiques sortant de l’ENA.

Un politicien à part

Il est indépendant jusque dans son travail au ministère de l’Ecologie. Il aime organiser des réunions avec des organisations divergentes : écologistes, ONG, patronat, salariés, collectivités territoriales. Cette capacité à réunir n’est pas donné à beaucoup d’hommes politiques. Peu oseraient le faire. Une volonté de bien faire qui lui correspond. C’est un moyen pour lui de se démarquer. Ceux qui le connaissent sont d’accord. « Jean-Louis Borloo, c'est une éponge qui absorbe ce qu'il entend, fait le tri et quand il fait la synthèse, apporte un plus d'intelligence pratique et d'humanisme. »

Sur le même sujet