Louer une petite amie avec Facebook

Pas de petite amie ? Si t'as Facebook, plus de problèmes !

Depuis peu, le site créé par Mark Zuckerberg permet de louer sa petite amie au jour, à la semaine ou au mois. Pour 5$, la demoiselle en question se fera un plaisir de poster un maximum de messages langoureux sur le mur de l’internaute concerné. Immersion totale dans le monde virtuel.

Voyage dans les méandres du Net

On croyait tout avoir vu sur la toile, mais le monde virtuel nous réserve encore bien des surprises. Après Myspace , site créé pour lancer les musiciens, mais qui permet surtout l’achat de robots demandant le maximum d’amis en toute simplicité, Facebook qui permet d’avoir des milliers d’amis, même et surtout si on ne connaît personne, Rent a Friend qui permet de se dégoter un meilleur ami en quelques heures ou encore Biobble , site somme toute, relativement sérieux qui consent de rédiger ou faire rédiger sa biographie et la rendre visible sur le net, à vie, voici l’arrivée, attendue ou non de Fiverr , site de location de petite amie.

Attention, toutefois à bien interpréter le sens de la phrase ; il n’est pas possible de louer sa propre petite amie.

C’est virtuel, mais c’est pas cher

Fiverr s’utilise aujourd’hui avec Facebook, et permet à quelques âmes en peine d’afficher fièrement, durant un laps de temps déterminé à l’avance, une pseudo copine, aux formes généreuses et au visage angélique, le tout restant, bien évidemment virtuel sans aucune chance de rentrer en contact avec la personne se trouvant sur la photo. Pour 5$ soit, environ 3,93 €, l’utilisateur Facebook peut enorgueillir son mur à l’aide de croustillants messages provenant de créatures dont la moins jolie ferait pâlir les Miss France de ces vingt dernières années. Il semble pourtant que le phénomène n’ait pas encore atteint nos frontières.

Escroquerie ou coup médiatique ?

Bien que rien ne puisse l’affirmer, il ne serait guère étonnant d’y voir, ici, l’œuvre de quelques habiles bonimenteurs profitant de la détresse et de la solitude de certains pour se remplir les poches. Quant au côté publicitaire, il est évident que Facebook n’a pas vraiment besoin de ce genre de concept pour perdurer.

Et pourquoi s’arrêter là ?

C’est vrai, pourquoi s’inventer, seulement une petite amie alors qu’Internet autorise tout aujourd’hui. Pour quelques dollars de plus, l’internaute pourrait même se concevoir une vie et en mettre plein les yeux (ou plein les murs) de ses petits camarades.

Exemples

  • Mensonge classique (10 $) : "J’ai rencontré cette fille sur le Trocadéro".
  • Mensonge travaillé (25 $) : "Lors de mon voyage aux States, nous nous sommes croisés et sommes tombés fous amoureux".
  • Le pack complet (100 $): "On m’a proposé, au vu de mes compétences, un poste de directeur adjoint chez (partie à compléter par l’internaute). J’y ai rencontré (partie à compléter par l’internaute) et nous vivons depuis dans notre pavillon, à Beverly Hills et comptons avoir beaucoup d’enfants".

Est-ce bien raisonnable ?

La conclusion s’impose d’elle-même et amène une question : si l’on passait moins de temps devant son ordinateur, peut-être aurions-nous moins de mal à trouver une compagne, non ?

Sur le même sujet