Bruce Geller, l'homme qui créa "Mission impossible"

Auteur, producteur et réalisateur, il fût aussi à l'origine de la série TV « Mannix » avec Mike Connors.
18

Quand on regarde la série « Mission impossible » connue pour son inventivité et ses scénarios et histoires sans temps morts, on demande qui est à l’origine de tout ça. Et bien il s’agit de Bruce Geller, producteur, scénariste et réalisateur de télévision américain, né le 13 octobre 1930 à New York, USA. Pendant sa scolarité, Bruce Geller étudie la psychologie et la sociologie et s’implique dans des activités théâtrales. En 1952, après voir reçu son baccalauréat d’Arts à l’Université de Yale à New Haven, dans le Connecticut, il rejoint le Société américaine des Composeurs, Auteurs et Editeurs (American Society of Composers, Authors and Publishers). Bruce Geller devient parolier pour des comédies musicales off-Broadway. Il écrit les musiques de « Living the life » (1957) et All in love » (1961).

Le succès grâce à la télévision

Bruce Geller quitte New-York pour Hollywood, et commence à écrire des scénarios pour plusieurs séries TV comme « Inside Detective», « Flash Gordon». En 1964, il devient co-producteur exécutif de la série « Rawhide » avec le jeune Clint Eastwood. Mais il est congédié à la fin de la saison car le président de CBS n’apprécie pas son travail. En 1966, Geller va alors croiser la route d’une petite société de production en plein essor : Desilu. Pour cette société, il développe le concept de la série qui va s’appeler « Mission impossible ». Pour la distribution, il choisit les acteur Steven Hill (pour jouer le rôle du chef des agents de l’IMF), Martin Landau, le spécialiste des masques et autres prothèses, Peter Lupus, le monsieur muscle de l’équipe et enfin la belle Barbara Bain est choisie pour sa classe et son élégance.

Le "phénomène" Mission impossible

Le pilote est diffusé le 17 septembre 1966. Mais le succès n’est pas au rendez-vous et la chaîne songe même à arrêter la série. Il faut dire que la série à un coût très élevé. Par ailleurs, les producteurs rencontrent des problèmes avec l’acteur principal Steven Hill, qui a un caractère difficile et refuse de tourner certaines scènes. L’acteur est progressivement mis de côté jusqu’à son renvoi à la fin de la première saison. Il sera remplacé par Peter Graves. Pendant ce temps, il crée une nouvelle série « Mannix » avec Mike Connors. Durant l’été, Paramount Pictures rachète la société Desilu qui devient donc Paramount Télévision. Le 25 mars 1967, le travail de Bruce Geller est enfin récompensé. Il remporte l’Emmy Award du meilleur scénario pour l’épisode pilote de la série intitulé « Complot à Santa Costa » lors de la cérémonie des récompenses de la télévision à Los Angeles. Barbara Bain remporte elle l’Emmy Award de la meilleur actrice pour son rôle dans la série. La saison suivante, « Mission impossible » désormais emmenée par Peter Graves alias Jim Phelps connaît un succès grandissant et devient un phénomène dans le monde entier. La série durera sept saisons.

De nouveaux projets pour Bruce Geller

Homme extrêmement créatif et dynamique, Bruce Geller sait communiquer son énergie dans son travail. Mais lors de la cinquième saison de « Mission impossible » Geller est remercié en raison de divergences artistiques avec la production. Il quitte la chaîne CBS et entre à la MGM et se lance alors dans de nouveaux projets. Il produit le téléfilm « Corky » en 1972, avant de produire et réaliser ce qui sera son unique film «La loi selon Harry » (Harry in your pocket) avec James Coburn et Walter Pidgeon, où les deux acteurs forment un duos de voleurs à la tire très efficace. Geller toujours aussi actif continue son chemin dans la production avec d'autres séries moins notoires comme « Bronk » (1975) ou Jigsaw John (1976), et plusieurs téléfilms. Cette même année, il réalise le téléfilm « Quand les abeilles attaqueront » (The Savage Bees) qui raconte l’attaque d’un essaim d’abeilles venu d’Afrique et qui s’en prend aux habitants de la Nouvelle Orléans.

Une passion pour l'aviation

Le succès mondial de « Mission impossible » permet en tout cas à son créateur de vivre confortablement. Il peut ainsi se permettre de ralentir sa cadence de travail. On le voît cependant dans le téléfilm « Fear and trial » (1975), inspiré de sa vie et dans lequel il interprète le rôle de son père Abraham. Au générique de ce téléfilm figure George C. Scott et William Devane. Sa dernière production sera « Mother, Juggs and Speed » (1978) réalisé par John Rich, avec notamment un jeun acteur prometteur : Joe Penny. Lorsqu’il n’est pas sur les plateaux, Bruce Geller adore voler. Il a en effet une passion pour les avions. C’est en exerçant sa passion qu’il trouva la mort le dimanche 28 mai 1978. Ce jour-là, il effectue un vol en compagnie de Steve Gentry, le programmateur de la chaîne ABC. Mais les conditions méteo sont très mauvaises et l’avion : un Cessna 337 D Skymaster percute le haut d’une montagne dans le Canyon de Buena Vista, près de Santa Barbara, en Californie. Ce jour-là, Bruce Geller avait enfreint toutes les règles de sécurité qu’il prônait d’habitude. Disparu prématurément à l’âge de 47 ans, Bruce Geller restera à jamais le créateur mythique de la série « Mission impossible »...

Tags:

Sur le même sujet