Yves Mourousi, un visionnaire de l'info

Le journaliste a révolutionné le journal télévisé de TF1 grâce à ses directs en extérieur dans le monde entier.
10

Yves Stanislas Jean Benoît Marie Mourousi est né le 20 juillet 1942 à Suresnes (Hauts-de-Seine). Sa mère est une princesse Russe. Le jeune Yves fait ses études au lycée Lakanal de Sceaux. Il rentre ensuite à la Faculté de Droit de Paris et l’Ecole Nationale de Langues orientales vivantes. En 1966, Yves Mourousi rentre à l’ORTF comme journaliste. Il est ensuite rédacteur et rédacteur en chef d’ « Inter Actualités » magazine sur France Inter. Deux ans plus tard, il réalise sa première interview télévisée avec Alain Peyrefitte : nous sommes en mai 1968.

Yves Mourousi, la star de l’info sur TF1

Après l’explosion de l’ORTF, Yves Mourousi rentre à TF1 où il présente le journal de 13h00 de TF1 à partir de 1975. Au fils du temps Yves Mourousi sera accompagné successivement de Claude Pierrard, Michel Denisot, Jean-Pierre Pernault et Marie-Laure Augry. Le journaliste devient rapidement célèbre grâce à son fameux « Bonjour » lancé en ouverture du journal. Son style direct et son professionnalisme sont unanimement reconnus. C’est le premier journaliste à faire des extérieurs pour le journal télévisé et il sera également le premier à faire un direct depuis la Place de Moscou, en URSS. Yves Mourousi multiplie les directs exceptionnels : on le verra ainsi en direct du stade Geoffroy Guichard, à Saint-Etienne, le jour de la demi-finale de coupe d’Europe de Football opposant Saint-Etienne à l’équipe du Bayern Munich. On le verra ensuite aussi bien dans un sous-marin que sur un porte-avions ou même à bord du fameux avion supersonique « Concorde ». Très à l’aise devant les caméras, son journal et son style plaisent aux télespectateurs auprès des quels il apporte une touche de modernité et d’innovation. Yves Mourousi ne manque pas d’être provocateur quand il le faut. Ainsi un jour en ouverture du journal il est vêtu d’un imperméable et de lunettes noires pour marqué l’arrivée à Paris du général Polonais Wojciech Jarulzelski.

L’autre Yves Mourousi

En dehors de ses activités journalistiques, Yves Mourousi est un grand fêtard. C’est un homme de la nuit. Il est un habitué de la boîte de nuit « Le Palace » à Paris. L’homme ne dort que quatre heures par nuit, mais il est toujours au fait de l’actualité. Incapable de rester inactif, il multiplie les fonctions en dehors de son journal. Ainsi en 1975, il persuade le président de la République Valéry Giscard D’Estaing de faire passer le tour de France cycliste, sur les Champs Elysées. Ce sera l’une de ses plus grandes idées. L’année suivante, il crée avec Jacques Plaine, le président de la Fédération Française des syndicats de libraires, la fête du livre aux Jardins des Tuileries. En 1978, il devient le « Monsieur Moto » auprès du Ministre chargé de la jeunesse et des sports. Par la suite, il organise des spectacles : « Barnum » ou « La nuit de l’Armée ». Le 31 août 1978, il échappe de peu à la mort suite à un attentat. Son appartement situé dans le 16e arrondissement est plastiqué. L’ attentat est revendiqué par un certain « Front uni arabe », une organisation qui n'a en fait jamais existé. Un mystère entoure toujours cette affaire : qui était réellement visé par l'attentat ? Yves Mourousi ou l'un de ses proches amis, Eric Yung, qui avant d'être journaliste et écrivain était dans un service de la police judiciaire du 36 quai des Orfèvres.

Yves Mourousi qui ne manque pas d’humour ira même jusqu’à s’auto-parodier dans une émission de Patrick Sébastien avec sa co-présentatrice et amie Marie-Laure Augry. Dans ce sketch, il est déguisé en punk et présente un journal totalement décalé.

La provocation de trop ?

Yves Mourousi, célibataire aimant faire la fête, se marie avec Véronique d’Alançon, une jeune journaliste de 24 ans. La cérémonie très médiatisée a lieu en septembre 1985 à Nîmes dans le Gard. De nombreuses personnalités du show-biz sont présentes lors de ce mariage. une petite fille Sophie nait de leur union, l’année suivante. Yves Mourousi et sa femme sont aux anges. Mais au début de l’année1988 les choses ont changé sur sa chaîne de prédilection. En effet, TF1 a été rachetée quelques mois plutôt par la société Bouygues. Et les remarques et provocations d’Yves Mourousi au sujet de la société ne plaisent pas à la direction. Le journaliste est remercié et remplacé par son assistant Jean-Pierre Pernaut à parti du 22 février 1988. C’est la fin de l’ère Mourousi, mais aussi la fin d’une époque. S’en suit une période difficile, loin des projecteurs et du succès. Le journaliste devient cependant rédacteur en chef de la station de radio RMC, puis il participe à « Télé Zèbre » une émission de Thierry Ardisson. En 1992, il est marqué par la mort soudaine de sa femme à seulement 31 ans. Yves Mourousi se retrouve alors seul avec sa fille Sophie. En 1996, Jean Tibéri, le maire de Paris le nomme responsable de la mission chargée d’organiser les festivités de l’An 2000. Malgré le temps et les années qui passent, le journaliste continue de faire la fête le soir à Paris. C’est sans doute son style de vie qui sera à l’origine de sa mort. Le 7 avril 1998, il est victime d’une crise cardiaque à son domicile à Paris. Yves Mourousi meurt à l’âge de 55 ans, laissant sa fille de douze ans orpheline. En quinze ans de présence à l’antenne de TF1, le journaliste aura laissé une trace indélébile dans l’histoire de la télévision grâce à sa créative et son innovation.

Tags:

Sur le même sujet