Roland Garros : Monfils aura fort à faire face à Ferrer

Gaël Monfils se heurte, après trois tours moyens, au redoutable David Ferrer, très en verve lors de cette première semaine à Roland Garros.

Gaël Monfils va devoir changer de cadence s’il souhaite passer le cut des huitièmes de finale. Après avoir affronté des adversaires qu'on qualifiera de «second couteaux» - Phau, 145e mondial, Rufin, 253e à l’ATP et Darcis, 135e -, il s’attaque à l’un des favoris du tournoi, David Ferrer, 7e mondial. L’Espagnol a réalisé une première semaine impressionnante, encaissant seulement 21 jeux (!) en trois matches, dans le sillage d’une préparation idoine: le mois dernier, il a atteint la finale à Monte Carlo et à Barcelone (battu par Nadal), avant de se hisser jusqu'en quart à Madrid, après avoir pris un set à l’effrayant Djokovic. Ayant fait le plein de confiance, il aborde ce huitième en toute sérénité.

Pourquoi peut-il gagner?

Dans le même temps, le Français a singulièrement manqué de constance dans ses trois premiers matches, passant par exemple complètement à côté de la deuxième manche (1-6) face à Guillaume Rufin. Mais le demi-finaliste 2008 est tellement atypique qu’il peut créer la surprise, dans la mesure où il se transcende chez lui, à Paris, et pourra compter sur le soutien indéfectible du public. Si sa préparation n’a pas été idéale, ces trois premiers matches lui ont en tout cas permis d’emmagasiner un peu de confiance, ce qui ne sera pas de trop face à David Ferrer.

La Coupe Davis...

Le Français devra se montrer très précis face un adversaire remettant tout dans le court et ne commettant que de très rares fautes directes (41 seulement depuis le début du tournoi). À ce propos, Julien Benneteau déclarait dans L’Equipe du 26 mai que Ferrer ne «lâche jamais rien, ne fait pas une faute et est vraiment super complet». Monfils devra donc s’appuyer sur ses formidables qualités de défenseur, sans pour autant rester perpétuellement dans cette filière de jeu. Ce que corrobore d’ailleurs l’intéressé: «Question purement jeu, je ne contrôle pas tant que ça. C’est bizarre. Pendant cinq minutes, il va y avoir des séquences vraiment bonnes où je vais servir et taper fort et puis après, je mets les voiles derrière et j’attend plus la faute. J’ai quand même un gros jeu de défense sur lequel c’est tentant de se reposer.» (L’Equipe du 26 mai).

Il faudra au joueur de 24 ans trouver un bon compromis entre filière offensive et filière défensive, tout en s'appuyant sur une première balle efficiente, afin de s'octroyer des points gratuits. Rappelons également que lors du 2e tour de la Coupe Davis 2010, Monfils n’était pas favori face à David Ferrer. Et pourtant, c’est bien le Français qui s’était imposé en cinq sets….

Sur le même sujet