Top 14 - Le Stade Rochelais va t-il se maintenir?

Le Stade Rochelais, défait avec les honneurs (19-22) face à Toulouse vendredi, peut se maintenir, à condition d'améliorer ses points faibles. Analyse.

La plupart des observateurs louent la qualité de jeu et d'engagement des Rochelais depuis le début de la saison, que ce soit Philippe Saint-André, à l'issue du match face au RC Toulon (victoire des Toulonnais 13-15), ou bien Jean-Baptiste Élissalde, déclarant ainsi avant le match contre le Stade Toulousain, que "les Rochelais jouent beaucoup mieux au rugby que les Agenais"( Le Courrier de l'Ouest ). Ces derniers, également promus, constituent la principale menace maritime en vue du maintien - Bourgoin étant condamné et Brive semblant un ton au-dessus de ces deux équipes. Si l'ensemble des acteurs du rugby s'accordent sur ce postulat (sauf peut-être les Agenais...), à savoir que les protégés de Serge Milhas méritent amplement leur maintien, pourquoi ne parviennent-ils pas à s'extirper de la zone rouge? Avant d'analyser les points faibles rochelais, petit retour en arrière.

Un début de saison tonitruant

Premier match de la saison dans un Marcel-Deflandre gonflé à bloc et... première victoire (22-17). Le début de saison a commencé sur les chapeaux de roues pour les Maritimes, remportant une victoire probante face aux Castrais, pourtant auteurs d'un excellent exercice précédent. Puis, La Rochelle résiste 50 minutes lors de la deuxième journée, sur le terrain du Stade Français (20-19, 52'), avant de couler en fin de match. Nouvelle victoire à domicile contre Bourgoin la semaine suivante avant que les Toulonnais ne brisent - non sans mal - l'hégémonie jaune et noire à domicile (13-15, quatrième journée). Un constat s'impose alors: il faut non seulement du talent pour aller gagner à Marcel-Deflandre, mais plus sûrement, un énorme coeur.

Les hommes de David Darricarère vont ensuite connaître un trou d'air avec cinq défaites d'affilée (mais quatre matches à l'extérieur) avant de s'imposer à domicile devant Agen, laissant le bonus défensif à leurs adversaires. Depuis la 15e journée, les Rochelais ont à chaque fois glané au moins un point (nul face au Stade Français, victoire bonifiée à Bourgoin, bonus défensifs à Toulon et devant le ST). Et souvent, ils ont l'occasion de remporter le match... sans pour autant y parvenir. Pourquoi?

Manque de discipline

Lors de la troisième journée, les Maritimes résistent face aux Parisiens. Mais Benjamin Ferrou, actuellement blessé, prend un carton jaune. Ses coéquipiers encaissent trois essais en son absence... En fait, les Rochelais figurent en première position des équipes les plus pénalisées (14 cartons jaunes et un rouge, soit une moyenne de quasiment un carton par match). Contre Toulouse , Rabeni s'est fait sortir dix minutes de façon stupide, alors que son équipe était dans le match. Heureusement pour La Rochelle, Lamerat a pris la même sanction, plus sévère toutefois, dans la foulée. Cette absence de discipline coûtera en revanche beaucoup plus cher à la 79e minute, lorsque le pillier Barès sera signalé hors-jeu. Sanction immédiate. Pénalité de Bézy et victoire du Stade Toulousain. Pourtant, les locaux avaient eu la possibilié de tuer le match avant, sans succès.

Déficit cruel de réalisme

Face aux Toulousains encore, l'ASR campe dans le camp adverse en seconde période (19-19). Par trois fois, ses joueurs ont la possibilié de scorer mais ne profitent pas de leur supériorité territoriale. Cette difficulté à concrétiser les temps forts est symbolisée par Goosen, qui n'a pas su convertir ses pénalités face aux Toulousains. Plus globalement, il manque aux Maritimes un buteur capable de convertir leurs temps forts au tableau d'affichage. A contrario, les Toulousains, par l'intermédiaire d'Heymans ou bien de Bézy en fin de match, ont su scorer aux moments opportuns. C'est ainsi que les partenaires de Grobler sont 12e au classement des réalisations, avec 65,93% de réussite au pied, après 16 matche, alors que les Agenais figurent en première position ( source )... Manque d'expérience en Top 14, absence de vrai buteur ou fragilité mentale? Difficile de répondre. Toujours est-il que le nombre de points laissés en route pourrait se payer cash en fin de saison.

Des raisons d'y croire

Si les Rochelais parviennent à gommer leurs points faibles, le maintien ne sera sûrement pas loin. Car leurs atouts sont aussi pléthoriques: public extraordinaire, combativité exceptionnelle, jeu attrayant (10e au classement de l'attaque avec 30 essais marqués). C'est bien ce soutien populaire qui pourraient permettre aux Jaunes et Noirs de se maintenir, dans la mesure où le stade Marcel-Deflandre sera le théâtre de cinq des huits derniers matches de la saison. Et quand on sait qu’ils ont glané 75% de leurs points à domicile (21 sur 28)…

Sur le même sujet