F1 2011 - Bruno Senna tient sa chance chez Lotus-Renaut GP

Le Brésilien remplace Nick Heidfeld à partir du Grand Prix de Belgique. Un Senna au casque jaune dans une Lotus-Renault noir et or : souvenirs, souvenirs...

En 1985 et 1986, Ayrton Senna brillait au volant d'une Lotus-Renault à moteur turbo. Le V8 atmosphérique a aujourd'hui remplacé le V6 suralimenté mais pour le reste, on croirait avoir fait un bond dans le temps. 25 ans plus tard, Bruno Senna, le neveu du triple champion du monde brésilien, va lui aussi prendre place dans une Formule 1 estampillée Lotus-Renault. C'est le retour du mythique casque jaune dans un baquet noir et or!

Une décision logique

Eric Boullier avait hésité à lancer Bruno Senna dans le grand bain dès le début de la saison. Lorsque Robert Kubica a eu son grave accident au mois de février, le directeur de l'équipe Lotus-Renault avait préféré l'expérience de Nick Heidfeld. Dix courses plus tard, il s'est ravisé. Nick Heidfeld n'a pas répondu aux attentes de l'équipe. La situation s'est empiré avec ses contre-performances aux Grands Prix d'Allemagne et de Hongrie.

Sur le circuit du Hungaroring, Boullier avait d'ailleurs mis la pression sur le pilote allemand en laissant Bruno Senna prendre son baquet pour la première séance d'essais libres. Et le Brésilien a fait du bon boulot. Il a réalisé le 15e chrono, à 8 dixième de son coéquipier Vitaly Petrov. Comme il découvrait le DRS et les pneus Pirelli, ce n'est pas si mal. Maintenant, d'autres arguments que son talent semblent lui avoir ouvert la porte des Grands Prix.

Talent ou argent?

Casquette bleu vissée sur la tête, Bruno Senna ressemble beaucoup à Ayrton. Embratel a aujourd'hui remplacé le mythique sponsor Nacional sur la tête du successeur d'Ayrton Senna. Même s'il n'a pas le talent de son oncle, il a quand même de sérieux arguments à faire valoir. Dans les catégories amenant à la Formule 1, le jeune Senna a réussi des performances prometteuses. Troisième du championnat de Formule 3 britannique en 2006, il a aussi terminé vice-champion en GP2 en 2008. Cette année-là, c'est sa victoire sur le circuit de Monaco qui reste son plus haut fait d'armes. Sa saison 2010 au volant de la très modeste HRT est à oublier, puisque la monoplace n'avait pas le potentiel d'aller plus haut que la dernière ligne de la grille de départ.

On ne peut pourtant pas nier que sans le soutien d'importants sponsors brésiliens, Bruno Senna ne serait sans doute jamais arrivé au plus haut niveau. C'est d'ailleurs ce que Pierre Van Vliet met en avant sur le site Toile F1 : " ( . ..) D’autant plus que le groupe Genii Capital de Gérard Lopez ( qui détient l'écurie Lotus-Renault NDLR ) s’est récemment associé avec la société brésilienne WWI pour gérer d’importants fonds dans ce pays émergent à la croissance spectaculaire en ces temps de crise. Nul doute que ce partenariat aura vraisemblablement permis de trouver un financement bienvenu pour assurer la promotion de Bruno en F1. C’est d’autant plus probable que Senna serait assuré du volant jusqu’à la fin de la saison, soit pour les huit derniers Grands Prix, sachant que la finale se déroulera le 27 novembre à Sao Paulo (...) "

Il reste maintenant à Bruno Senna de prouver que l'argent ne fait pas tout. Même s'il ne pourra sans doute pas réaliser des miracles au volant d'une R31 qui n'est pas au top de sa forme.

Première réponse ce week-end lors du Grand Prix de Belgique qui se déroule sur le circuit de Spa-Francorchamps.

Sur le même sujet