F1 2011 - Grand Prix de Belgique: Vettel mate la rébellion

Sebastian Vettel remporte sa première victoire depuis la fin juin. Le titre de champion lui semble promis, alors que ses rivaux semblent s'être résignés.
11

Neuvième pole position, septième victoire, dixième podium... Sebastian Vettel a confirmé sa main-mise sur le championnat du monde 2011 ce week-end en remportant le Grand Prix de Belgique. Après avoir laissé les trois dernières courses à Fernando Alonso, Lewis Hamilton et Jenson Button, le champion du monde 2010 a repris sa marche en avant. Et avec la manière.

Première victoire en Belgique

Le toboggan des Ardennes est connu pour voir les plus grands pilotes s'imposer. Michael Schumacher (6 victoires), Ayrton Senna (5 victoires), Kimi Raikkonen et Jim Clark (4 victoires) donnent du poids au palmarès du Grand Prix de Belgique disputé sur le circuit de Spa-Francorchamps. Les conditions climatiques changeantes caractéristiques de la région donnent régulièrement des courses folles. Gagner sur ce tracé est un gage du talent du pilote, car les gros coeurs semblent s'en donner à coeur joie. En 1992, Michael Schumacher avait dominé les terribles Williams-Renault au volant d'une modeste Benetton-Ford. En 2004, Kimi Raikkonen avait dominé l'invicible Ferrari F2004 de Schumacher au volant d'une Mclaren-Mercedes ratée.

La victoire de Vettel ce week-end n'est pas à la hauteur de ces exploits. Mais elle démontre, si besoin en était, que le jeune pilote de 24 ans est bourré de talent. Le Vettel crû 2011 est impressionnant. Là où en 2010 il commettait trop d'erreurs de jeunesse, il a cette année gagné en maturité. Bien sûr, la RB7 conçue par Adrian Newey est un véritable petit bijou. Mais Mark Webber a entre les mains la même voiture que Vettel. Et pourtant, il n'arrive pas à la cheville de son coéquipier, contrairement à 2010. Sept victoires à zéro, c'est un véritable gouffre entre deux coéquipiers.

Champion du monde 2011?

Le plus impressionnant reste encore les tours de qualifications de Vettel. Le dernier en date, en Belgique, l'a propulsé en pole position avec quatre dixièmes d'avance sur Hamilton, alors que cette place semblait acquise au Britannique. En course, il s'est montré intraitable, dominant de la tête et des épaules. En portant son avance au championnat à 92 points sur son coéquipier Webber à sept manches de la fin de la saison, il a fait un pas de géant vers le titre. Il faudra que Webber s'impose à quatre reprises sans que Vettel ne marque de point pour que l'Australien refasse son retard. Compte tenu de la fiabilité de la Red Bull-Renault et du mental de l'Allemand, c'est mission impossible.

Derrière, Alonso, Hamilton et Button vont se partager les points et Vettel n'aura plus qu'à gérer en cas de faiblesse de sa monoplace. Ils sont d'ailleurs résignés. Morceaux choisis: "Tout le monde peut oublier le titre maintenant, car personne n’arrivera à battre Vettel ", s'exaspère Lewis Hamilton. " Il y a des voitures normales et une autre qui est un vrai missile. Au plus tôt nous commencerons à travailler sur la voiture de l’année prochaine et au mieux ce sera ", lâche Fernando Alonso. Dites bonjour au champion du monde 2011. A moins d'un incroyable retournement de situation.

Les pneus Pirelli refont parler d'eux

A l'arrivée du Grand Prix de Belgique, Adrian Newey, directeur technique de Red Bull-Renault, avait les larmes aux yeux. Pas que ce nouveau doublé Red Bull-Renault l'ait ému plus qu'à l'accoutumée. C'est surtout à cause des graves problèmes de pneus qu'ont connu ses voitures en début de course. Webber est passé à son stand au quatrième tour, Vettel au cinquième, suite à des cloques apparues sur leurs pneus. Lewis Hamilton a lui aussi vu ses pneus se dégrader rapidement, surtout sur le flanc intérieur. Une nouvelle fois, ce sont les pneus qui ont une part déterminante dans le déroulement du Grand Prix.

Sur l'antenne de la RTBF, Jacky Ickx a parlé de son incompréhension des règles actuelles. On ne peut pas lui en vouloir. De son temps, on avait tendance à faire des pneus les plus résistants possibles alors qu'aujourd'hui la dure loi du spectacle impose à Pirelli de créer des gommes friables. Audimat quand tu nous tiens...

A suivre dès le Grand Prix d'Italie qui se disputera sur un autre circuit mythique, Monza.

Sur le même sujet