F1 2011 - Grand Prix d'Italie: Sebastian Vettel chronophage

Il n'attendra pas que ses adversaires reviennent. En triomphant à Monza, Vettel dévore le temps qui le sépare de sa deuxième couronne de champion.
11

Avant ce week-end, l'écurie Red Bull n'était jamais parvenue à grimper sur le podium du Grand Prix d'Italie. Vettel a remédié à cette erreur de la nature en remportant une victoire probante sur le territoire des Ferrari. Décidément, rien ne semble pouvoir arrêter le pilote allemand dans sa folle course vers un deuxième titre de champion du monde des pilotes. Les circuits de Belgique et d'Italie étaient censés moins convenir à la RB7 motorisée par Renault qu'à ses concurrentes. Alors soit les prédicteurs se sont magistralement trompé, soit Sebastian Vettel fait preuve d'une communion avec sa monoplace qui lui permet de renverser des montagnes.

Seul au monde

Fernando Alonso a tout tenté. Auteur d'un excellent départ, il s'est retrouvé en tête de la course dès le premier virage. Pendant quatre tours, il a tenté de contenir la diabolique Red Bull-Renault derrière lui. Mais rien à faire. Sebastian Vettel est trop fort cette saison. La bataille a été courte mais rude. Vettel a même mis deux roues dans l'herbe au moment de prendre le meilleur sur la Ferrari au freinage de la chicane Roggia. " Nous n'avons rien à perdre dans nos bagarres avec Vettel (...) donc nous pouvons être plus rudes avec lui ", soufflera le pilote espagnol à l'arrivée. Le problème, c'est que l'Allemand n'a pas peur du contact. Il l'a une nouvelle fois prouvé avec sa manoeuvre sur Alonso.

Le reste a été une simple formalité pour le champion du monde 2010. Les Mclaren-Mercedes coincées derrière Schumacher, Alonso incapable de suivre le rythme, Vettel a facilement décroché sa huitième victoire de la saison. Avec 112 points d'avance sur son dauphin Fernando Alonso, il se dirige tout droit vers un second titre d'affilée.

Schumacher à l'ancienne

Le duel qui a retenu toutes les attentions était bien loin de Sebastian Vettel. Lewis Hamilton et Michael Schumacher se sont livrés une âpre bataille pour la quatrième place pendant 37 tours. Bloqué derrière une Mercedes à la vitesse de pointe incroyable, Hamilton a mis très longtemps à trouver l'ouverture. Surtout que Schumacher s'est battu comme un lion, utilisant toutes les arcanes du septuple champion du monde qu'il est. A la limite du correct, son équipe lui rappelant à plusieurs reprises de ne pas changer deux fois de ligne pour bloquer la Mclaren-Mercedes. Une belle bagarre qui a réduit les espoirs de victoire du Britannique à néant, le meilleur tour en course étant une bien maigre consolation.

A noter que Bruno Senna, le neveu de qui vous savez, a marqué ses premiers points en terminant à la neuvième place au volant de sa Lotus-Renault. Le pilote brésilien semble sur la pente ascendante et Eric Boullier attend maintenant de lui qu'il prenne la mesure de son coéquipier Vitaly Petrov.

A suivre dans deux semaines, au Grand Prix de Singapour.

Sur le même sujet