F1 - Grand Prix de Grande Bretagne 2011: Alonso remercie le sort

Grâce à un problème aux stands pour Sebastian Vettel, Fernando Alonso remporte sa première victoire cette saison. Ferrari se rapproche de Red Bull.
11

À force de persévérance, on finit par être payé. Cette adage a été une nouvelle fois confirmé ce dimanche avec la victoire de Fernando Alonso. Les Ferrari ont beau être moins performantes que les Red Bull, et les chances de l'Espagnol au championnat compromises, celui-ci continue à y croire. Maintenir la pression sur l'écurie autrichienne est la seule chose que ses adversaires peuvent faire aujourd'hui. Au Canada, Sebastian Vettel avait cédé la victoire à Jenson Button dans le dernier tour. En Angleterre, un écrou récalcitrant a bloqué Sebastian Vettel aux stands. Un coup du sort qui, ajouté à un bel effort d'Hamilton pour contenir le champion du monde derrière lui, a permis à Alonso de remporter sa première victoire de la saison.

Alonso et Hamilton s'allient... involontairement

Trois choses ont permis à Fernando Alonso de remporter le Grand Prix de Grande-Bretagne 2011. Évidemment, l'incident qu'a connu Sebastian Vettel aux stands n'y est pas étranger. Forcément, la rapidité retrouvée de la Ferrari F150 Italia, qui n'était qu'à un dixième des Red Bull en qualifications, n'est pas à négliger. Mais sans Lewis Hamilton, Fernando Alonso n'aurait peut-être pas gagné aussi facilement.

Après une séance de qualifications ratée, le Britannique a pris le départ de la course le couteau entre les dents. Parti dixième, il s'est retrouvé en seconde place au 38e tour, juste devant Sebastian Vettel. Avec une Mclaren-Mercedes bien moins efficace que la Red Bull-Renault sur le tracé britannique, Hamilton a réussi le tour de force de garder Vettel derrière lui pendant sept tours. En délicatesse avec ses pneus, il a pris d'énormes risques dans l'enchaînement mythique Maggots, Becketts, Chapel pour distancer la Red Bull. Il a fait preuve une nouvelle fois de son courage et a été mal récompensé suite à une consommation d'essence qui l'a obligé à lever le pied en fin de course. Pendant ce temps, Fernando Alonso s'est mis tranquillement à l'abri en enchaînant les meilleurs tours. Après le dernier arrêt aux stands, il repart avec une large avance sur Sebastian Vettel. Il n'a plus qu'à franchir la ligne d'arrivée pour remporter sa première victoire de la saison.

Une belle manière de célébrer les soixante ans de la première victoire de la Scuderia remporté le 14 juillet 1951 par José Froilan Gonzalez sur ce même circuit. Alonso avait prévenu tout le monde: "Silverstone est ma dernière chance. Après, le championnat sera fini." Ses chances sont-elles relancées? Première réponse dans deux semaines au Grand Prix d'Allemagne qui se dispute sur le circuit du Nürburgring.

Sur le même sujet