user_images/152166_fr_moisalon2.jpg

RADOUANE BNOU-NOUÇAIR

Publié dans : Les articles Santé & Médecine de Radouane Bnou-Nouçair

L'obésité, une maladie civilisationnelle

Parmi toutes les maladies graves sévissant dans le monde, l'obésité est celle qui est la plus visible à l'œil nu.

Mais ce n’est pas sa seule originalité puisque sa guérison, contrairement aux autres maladies, ne nécessitent pas obligatoirement des médicaments.

Pour se débarrasser de cette maladie, l’individu doit faire un grand effort sur lui-même pour adopter une hygiène de vie irréprochable et s’imposer une discipline contraignante, notamment en matière alimentaire.

L’obésité au Canada et au Québec

Cette maladie tue 25.000 canadiens par an et affecte 25% de la population. Elle est à l’origine de 60% de toutes les maladies chroniques.

Par ailleurs, cette maladie coûte cher à l’État. Ses coûts sont estimés à 6 milliards de dollars par an au Canada et à 30 milliards par an lorsqu’on inclut les conséquences indirectes comme les retraites anticipées, les maladies résultantes de l’obésité, les problèmes psychologiques, etc.

Aujourd’hui, 14 millions d’adultes canadiens et 2 millions d’enfants souffrent d’un excès de poids ou d’obésité plus ou moins grave.

En 2010, le Québec comptait près d'un million d’obèses. Les nombreux cas de surplus de poids génèrent une forte augmentation du diabète. C’est ainsi que depuis les années 2000, il y a 50 % plus de personnes souffrant de diabète, sans tenir compte du vieillissement de la population.

Par ailleurs, 500.000 Québécois, environ, souffrent du diabète qui occasionne 4400 hospitalisations et 1500 décès par année.

L’obésité dans le monde

L’organisation mondiale de la santé(OMS) estime à plus d’un milliard le nombre de personnes souffrantes d’un excès de poids dans le monde, parmi lesquelles 300 millions sont obèses.

Pour cette organisation, l’obésité est une véritable pandémie et elle fait partie des principaux problèmes de santé menaçant l’humanité.

Les pays riches de l’Occident sont les plus concernés par cette maladie civilisationnelle, bien qu’elle existe partout dans le monde. C’est ainsi que le taux de progression de ce fléau, entre 1995 et 2005, est énorme dans certains pays comme la Grande Bretagne (200%), les États-Unis (70%) et le Canada (50%).

Par ailleurs, entre 10 à 20% de la population est touchée par l’obésité au Canada, en Europe et en Amérique du Sud. Aux États-Unis, plus de 20% de la population est concernée.

Les principales causes de l’obésité

L’obésité est principalement due au stockage excessif de graisse dans le corps. Cet excès résulte de deux facteurs essentiellement : une alimentation trop riche en calories et une faible activité physique.

Il existe d’autres facteurs qui sont de moindre importance comme : l’hérédité, l’abus de médicaments, les problèmes psychologiques ou un brusque arrêt de fumer.

Comment mesurer l’obésité

Deux indicateurs sont actuellement universellement reconnus pour mesurer l’obésité chez l’individu : l’Indice de masse corporel(IMC) et le tour de taille.

L’IMC est égal à : (poids en kg) / (taille en mètre, élevée au carré)

Cet indice ne permet pas de déterminer les quantités exactes de graisse dans le corps mais c’est un outil qui offre la possibilité d’évaluer les risques liés à la santé.

C’est ainsi que Santé Canada a établi une classification du risque pour la santé en fonction de l’IMC :

Classification ............Catégorie de l’IMC........... Risque pour la santé

Poids insuffisant ......... < 18.5 --............................... Accru

Poids normal ............... 18.5 – 24.9 ..........................Moindre

Excès de poids............ 25 – 29.9............................... Accru

Obésité – classe 1....... 30 – 34.9 --.......................... Élevé

Obésité – classe 2 .....35 – 39.9 --......................... Très élevé

Obésité – classe 3 -...... >= 40 -........................ Extrêmement élevé

Une accumulation de graisse au niveau de l’abdomen (ventre) amène plus de risques qu’au niveau des autres parties du corps, notamment les cuisses et les fesses.

Selon Santé Canada, pour les hommes, un tour de taille supérieur à 102 cm représente un risque accru et pour les femmes, c’est au-delà de 88 cm que les risques commencent.

Sources :

  1. Comprendre en 5 minutes : obésité, l’humanité est menacée, le journal de Montréal
  2. Pierre Pelchat,«Obésité au Québec : alarmant», Le Soleil, 30 nov. 2011
  3. Marie Allard, «Une coalition contre l’obésité», La Presse, jeudi 28 avril 2011
  4. Isabelle Huot, «Défi Diète : un nouveau mode de vie», le journal de Montréal, lundi premier février 2010

À propos de l'auteur

user_images/152166_fr_moisalon2.jpg

RADOUANE BNOU-NOUÇAIR

Radouane Bnou-Nouçair Ingénieur diplômé de l'École nationale des travaux
  • 46

    Articles
  • 9

    Séries
  • 1

    Abonnés
  • 0

    Abonnements

Poursuivez la discussion!