Des footballeurs français héros du FLN

Le football maghrébin est une fierté pour le sport africain et arabe, non seulement par ses exploits sportifs mais aussi par ses positions politiques.

Un exemple de ses positions courageuses, c'est-à-dire, un des faits d’armes du football maghrébin, date de l'année 1958.

Cette année est marquée par deux événements importants qui se chevauchent:

  1. L’Algérie est le seul pays maghrébin encore colonisé par la France, ce qui permet à la sélection française de football de recruter les meilleurs joueurs algériens;
  2. La France participe à la Coupe du monde en Suède et à ce titre, mise beaucoup sur les potentialités algériennes, notamment sur deux joueurs, en particulier: le défenseur central, Mustapha Zitouni et l’attaquant «qui avait les yeux derrière la tête», Rachid Mekhloufi.

La création de la sélection du FLN

C’est cette année-là, et plus précisément le 14 avril 1958, que le FLN (Front de Libération Nationale) algérien décide de mettre en application une idée qui a germé en 1957: mettre sur pied une sélection de football du FLN à des fins de propagande.

Le rôle de cette équipe serait surtout psychologique pour montrer aux Français de métropole que même les footballeurs professionnels étaient impliqués dans la guerre de libération de l’Algérie et ce, malgré leur statut de stars sportives.

Tous les joueurs d’origine algérienne évoluant dans des clubs professionnels français furent contactés par le FLN qui leur demanda de quitter leurs clubs respectifs pour se retrouver à Tunis, lieu de la création de l’équipe du FLN.

Dès le lendemain, pas moins de 10 joueurs quittent la France, en catimini. Parmi eux, les deux internationaux Zitouni et Mekhloufi.

La France est consternée et sa sélection est décapitée, à deux mois du Mondial. Les supporters sont cois et ne comprennent pas comment des joueurs adulés, mariés pour la plupart à des Françaises et menant la vie insouciante de stars puissent, du jour au lendemain, changer ainsi de statut.

Le 15 avril 1958, le FLN officialise cette action par une déclaration et, jusqu’en 1962, cette sélection d’une nation sans État va servir de porte-voix au gouvernement provisoire de la République algérienne. Devenue outil de propagande, l’équipe a eu l’occasion de populariser l’insurrection algérienne partout dans le monde.

Les matches disputés et l’équipe-type

Entre mai 1958 et juin 1962, en dépit des pressions de la France et des interdictions de la FIFA, les joueurs du FLN ont disputé 58 matches, avec 44 victoires, 10 nuls et 4 défaites.

Les nations qui n’ont pas suivi l’interdiction sont: l’URSS, la Bulgarie, la Yougoslavie, la Tchécoslovaquie, la Roumanie, la Hongrie, la Chine, le Nord Vietnam, le Maroc, la Tunisie, la Libye, l’Irak et la Jordanie.

La plupart du temps, la sélection du FLN affrontait des clubs, souvent les plus prestigieux et il lui arrivait parfois d’affronter des sélections nationales.

L’équipe-type était composée de:

Gardien: Boubeker (Monaco)

Défense: Defnoun (Alès), Zitouni (Monaco), Bekhloufi (Monaco), Arribi (Lens)

Milieu: Rouai (Angers), Mekhloufi (St-Étienne), Ben Tifour (Monaco)

Attaque: Kermali (Lyon), Brahimi (Toulouse), Bouchouk (Toulouse)

L’Indépendance

Cet article, sous forme d’hommage rendu à ces footballeurs devenus héros de leur pays, est une manière de souhaiter une bonne fête de l’Indépendance (5 juillet 1962) à tous les Algériens dans le monde.

Sur le même sujet