Mohammed, le dernier des prophètes

À la veille de la Révélation de la religion islamique au prophète Mohammed, les divisions des tribus arabes constituaient un contexte trés défavorable.
12

La naissance du prophète En 571 de l’ère chrétienne, naquit à la Mecque, en Arabie, un enfant pas comme les autres ; il s’appelle Mohammed. Son père, Abdallah, mourut avant sa naissance. Sa mère, Âmina, le confia à une nourrice, comme il était de coutume, chez les arabes de l’époque. Sa nourrice s’appelait Hâlima ; elle vivait dans une tribu pauvre, victime de disettes . Mais, comme par miracle, dès qu’elle prit en charge le petit Mohammed, elle eut beaucoup de Baraka puisque sa tribu connut quatre années de prospérité et d’abondance.

La mère de Mohammed mourut lorsqu’il avait 6 ans.

C'est son oncle Abû Taleb qui le recueillit chez lui.

L’enfance du prophète

Muhammed a connu une enfance pénible, marqué par la pauvreté. Il s'occupa de troupeaux , il a été berger. Lorsqu'il emmenait paitre les bêtes, il voyait la grandeur de la nature et cela l'amenait à réfléchir sur la puissance du Créateur.

Arrivé à l’âge adulte, il entra au service d’une veuve Khadija, de 15 ans son aînée; Elle le chargea de conduire ses caravanes ; il l’épousa par la suite et elle restera son unique épouse jusqu’en 619, date à laquelle elle décéda. Ils eurent plusieurs enfants mais seules les filles survécurent. Avec ce mariage, le prophète Muhammed se trouva libéré des difficultés matérielles immédiates; il continua, après la mort de son épouse à conduire les caravanes.

Les débuts de la prédication

Sur le plan personnel, le prophète se distingue par des prédispositions spirituelles qui le poussaient à des retraites solitaires et aussi par une curiosité intellectuelle qui le conduisait à fréquenter les « détenteurs de savoirs ».

C’est vers 610 que Muhammed reçoit la Révélation : Dieu, par l’intermédiaire de l’ange Gabriel, lui annonce qu’Il l’a choisi pour diffuser Son dernier message.

Il aimait, en particulier, se retirer dans la grotte de Hira, située sur un monticule de la région.

En 611, pendant une de ses retraites, il reçoit la visite de l’ange Gabriel qui lui demande de lire des signes en arabe brodés sur une longue étoffe de soie.« Lis ! », lui demanda-t-il. Le prophète répondit qu’il ne savait pas lire mais l’archange insista « Lis ! » mais Mohammed objecta « Mais je ne suis pas lecteur, car je n’ai pas appris ».

Alors Gabriel lui demanda de répéter après lui : «Lis au nom de Ton Seigneur qui a tout créé, qui a créé l’homme d’un caillot de sang» ; ce fut le premier verset de la Révélation.

Terrorisé par cette apparition, le prophète retourne chez lui et il répéta à son épouse Khadija « Couvrez-moi ! Couvrez-moi ! ». Une sueur froide ruisselait sur tout son corps.

Dans un premier temps, le prophète Mohammed ne se confia qu’à ses proches les plus intimes : Khadija, son épouse qui fut la première musulmane de l’histoire, Ali, son cousin et fils de Abû Taleb, alors âgé de 10 ans, Zayd, esclave affranchi devenu son fils adoptif et Abou Bakr, son meilleur ami et futur premier calife.

L’émigration à Médine

Il commença ensuite à prêcher de manière plus ouverte et gagna quelques adeptes, issus essentiellement de milieux modestes.

À cette époque, La Mecque est idolâtre et ses habitants vénèrent plusieurs divinités païennes, comme Al’Ozza ou Al-Lât . Le Prophète Mohammed évolue dans un milieu naturellement hostile à l’idée même de monothéisme. Les notables mecquois commencent à s’inquiéter de l’ascendance que prend Mohammed sur la communauté. Certains tentent de le dissuader tandis que d’autres menacent de le tuer.

La situation devint tellement difficile pour les fidèles que certains vont émigrer en Éthiopie.

Les révélations se poursuivent et le Prophète collecte le Coran, le texte qui lui est révélé par morceaux, de manière discontinue.

En parallèle, la pression des Mecquois se fait de plus en plus menaçante. Sa vie est en danger. De plus, les décès successifs et peu espacés de sa femme Khadija puis d’Abû Taleb le plongent dans la tristesse. Il décide d’émigrer, avec ses fidèles à l’oasis de Yathrib où la plupart des habitants se sont déjà convertis à l’Islam et y attendent le prophète dans la liesse.

Le début de l’Hégire

C’est le début de l’ère musulmane ou Hégire (traduction du mot hijra , émigration). L’année 622 coïncidera avec la première année du calendrier musulman.

Yathrib devint Médine, « La ville du Prophète ». Il y eut deux types de fidèles : les habitants de Médine, les Ansar (les supporters) et les Mouhajirounes , moins nombreux, venus de la Mecque avec le Prophète.

Plus de 28 batailles contre les infidèles mecquois et contre les polythéistes sont menées depuis Médine. Les plus célèbres : Badr (624), Ohoud (625) et Alkhandak (le fossé) ont demandé beaucoup de sacrifices à la jeune communauté musulmane. Ces batailles et les expéditions punitives ont occupé la dernière tranche de la vie du Prophète.

La consécration de l’Islam

En l’an 8 de l’Hégire (630), Le Prophète Mohammed décide d’en finir avec les polythéistes de la Mecque. Pour cela, Il réunit une armée de 10.000 hommes. Abou Sofiane, patriarche de la Mecque, pour éviter la défaite certaine, se convertit sur le champ et le Prophète rentre en conquérant à la Mecque. Après avoir détruit les idoles, symboles du polythéisme, Il consacre l’Islam comme seule religion de la péninsule arabique.

Sur le même sujet