Socrates : le footballeur révolutionnaire

Quant un grand footballeur nous quitte, il emporte nécessairement avec lui, une partie de nous même.

Car ces merveilleux artistes, par leur virtuosité, élèvent le sport le plus populaire du monde vers des cimes de plus en plus difficiles à atteindre.

Socrates : l’artiste

Milieu de terrain longiligne et élégant, reconnaissable sur le terrain à sa barbe, il était doté d'une grande technique et possédait une si parfaite vision du jeu qu’il ne regardait que rarement et furtivement le ballon car ses yeux scrutaient en permanence l’espace du terrain pour prendre la meilleure décision et optimiser son action.

Des joueurs qui ont anobli le football

Le football international restera redevable à des joueurs comme Socrates , non seulement d’avoir illustré le volet artistique de ce sport aimé des foules mais, également de lui avoir donné des lettres de noblesse. En effet, le football a été longtemps considéré comme un sport pratiqué par des voyous, des paumés ou des jeunes en échec scolaire. Socrates, un des plus grands footballeurs de l’histoire était titulaire d’un doctorat en médecine. Mieux, Il a essayé de révolutionner la gestion du football comme sa belle expérience de l’autogestion du club des Corinthiens de Sao Paolo.

La "Démocratie corinthiane"

C’est une expérience d’autogestion que tenta Socrates, lorsqu’il prit la tête du club des Corinthiens de Sao Paolo.

Entre 1981 et 1985, Socrates et quelques uns de ses coéquipiers, en pleine junte militaire, mirent en place une originale expérience d'autogestion qui permettait aux joueurs de prendre collectivement toutes les décisions concernant la vie, y compris sportive, du club: ils adoptèrent un système d'intéressement aux bénéfices pour tous les employés. Ils prenaient également toutes les décisions concernant le mode d'entraînement et le système de jeu, et même le choix de l'entraîneur ou des recrues.

Cette expérience fut non seulement un succès sportif (avec deux titres de champions de Sao Paolo en 1982 et 1983) mais aussi politique puisqu’elle fut l’expression d’un mouvement d'opposition à la dictature militaire de l’époque.

Sa carrière en bref

Sócrates a débuté sa carrière dans le club de Riberão Preto en 1974. En 1978, il rejoint les SC Corinthiens, où il fera l'essentiel de sa carrière. De 1984 à 1986, il évolue en Italie au Fiorentina et termine sa carrière avec Botafogo (en 1989) après un détour à Santos (1988) puis au Flamengo de Rio de Janeiro (1986-87).

Avec l’équipe nationale, Sócrates a marqué 22 buts entre 1979 et 1986, en 60 sélections. Il a disputé en tant que capitaine les coupes du monde 1982 et 1986 qui se sont soldées par des échecs puisque le Brésil n’atteindra pas les demi-finales de ces deux compétitions. Il aidera cependant son pays à atteindre la finale de la Copa America en 1983.

Son décès

Le 20 août 2011, il est admis en soins intensifs à l'hôpital de Sao Paulo dont il sort le 29 août 2011. Suite à cette première crise, il avoue son alcoolisme. Il est de nouveau admis à l’hôpital le 6 septembre 2011. Le 4 décembre 2011, Sócrates décède à l'âge de 57 ans, suite à une infection intestinale.

Sources :

1- SoFoot , «Socrates et l’alcool», 29 août 2011

2 - Le Monde , «Socrates : le romantique et le révolutionnaire», 4 déc. 2011

3- Wikipedia

Sur le même sujet