Voir la vie en rose au Maroc

Le Maroc est un pays qui, tout en cherchant la modernité, reste attaché à ses traditions comme l'atteste l'organisation annuelle de la fête des roses.
32

Chaque année, au mois de mai, les habitants de Kelaat M’gouna, une petite ville du Dadès, à 90 kms d’Ouarzazate (sud du Maroc), accueillent leurs visiteurs nationaux et internationaux avec des roses. C’est ainsi que de petits enfants, à l’entrée de la ville, proposent des colliers de roses à ceux qui viennent découvrir les beautés de la région et assister aux différents spectacles de la fête des roses.

La fête des roses

Une fête dite des Roses (Mawssim al wouroud en arabe, lfichta n lord en berbère) est organisée au mois de mai de chaque année. D’une durée de deux jours, elle permet de fêter l'éclosion des roses des vallées de Dades et Mgoun.

Durant ce moussem, El Kelâa M'gouna double de population grâce aux marocains habitants les autres villes du royaume venus découvrir une région connue pour ses parfums et produits cosmétiques à base de l'eau de rose.

La fête est aussi l'occasion pour les visiteurs d'EL Kelâa M'gouna de découvrir les produits artisanaux et agricoles de la région.

Les danses folkloriques des Ahidous

Parmi les spectacles les plus attrayants figurent les danses folkloriques de la troupe «Ahidous Mgouna» ; cette troupe, composée de 8 femmes et 8 hommes dont le chef, est connue mondialement. Parmi ses danses les plus célèbres, on peut citer la danse de l’Abeille (Tizouit), dont voici une brève description: Les femmes sont debout ,la main dans la main et constituent une rangée en face d’une autre constituée par les hommes tenant une sorte de tambourins ‘Taganza’. La danse commence avec un rythme très rapide et une parfaite maîtrise des déplacements faisant rapprocher et éloigner les deux

rangées, ensuite chaque rangée est divisée en deux sur un signe discret du chef et chaque moitié se retrouve en face d’une autre moitié de sexe opposée. Les deux ensembles opèrent des rotations très harmonieuses avant de se rassembler autour du Chef qui se déplace avec une fierté telle ‘Yassoub’, la reine des abeilles.

L’élection de Miss «Rose»

Durant la fête, une cérémonie d’élection de la Miss «Rose» met en scène les jeunes filles de la région. L’originalité de cette manifestation réside dans l’exceptionnelle authenticité de l’habillement de la reine. En effet, La reine se présente avec une belle coiffure, une coupe roulée sur le front ‘Taounza’ avec deux nattes ‘Tidlalin’ qui couvrent les oreilles et descendent jusqu’aux épaules. Deux foulards couvrent le centre et l’arrière de la tête, le premier est en soie rouge ou jaune appelée ‘Ktib’, le second est noir ‘Tasbnit’ , des fils multicolores ‘Tachraft’ entourent la tête et une couronne ‘Tikhlalin’ est posée au dessus.

L’habillement est composé d’une belle robe ‘Akidour’, de deux draps ‘Tachtat’ l’un blanc, l’autre noir, chacun est attaché à une épaule et traverse le tronc diagonalement pour retrouver la hanche du coté opposée, une ceinture en fils multicolores très épaisse ‘Tassamart’ est attachée au niveau des hanches, les pieds sont chaussés par des babouches en soie ‘Ikrbyine’.

En ce qui concerne les bijoux, un collier d’une vingtaine de perles jaunes de plus de 5 cm de diamètre ‘Loubane’ et une chaîne épaisse contenant des pièces en argent ‘Isansar’ sont posé.s au niveau de la poitrine, deux autres chaînes, une longue ‘Tazra’, l’autre courte ‘Tamhanaqt’ entourent le cou et dans chaque main on retrouve deux bracelets épais en argent.

Commercialisation de produits dérivés

À l’occasion de la fête, la ville fait distiller plusieurs tonnes de pétales de roses; moisson et distillation sont réalisées avec beaucoup d’amour, donnant ainsi à ces différents produits, une grande qualité.

Sont fabriquées également de l'eau de rose, de la crème de rose, de l'huile essentielle de rose...et de nombreux autres produits...délicatement parfumés qui sont commercialisés dans le monde entier.

Le jour de cet évènement, un souk prend naissance de long de la rue principale de Kelaâ, avec abondance de musique et de nombreuses danses folkloriques (ahidouss timnadines...).

Finalement, ceux qui aimeraient voir la vie en rose n’ont qu’à rendre visite à Kelaat M’gouna, deux jours par semaine durant le mois de mai.

Sur le même sujet