Livre numérique : la France adopte le prix unique

Avec cette loi, le pays des Lumières engage un nouveau bras de fer contre les géants de la distribution d'ebooks, Google, Amazon Apple. Et contre Bruxelles.
2

Le Sénat en fera l'annonce officielle ce soir. Le texte sera présenté à l'Assemblée Nationale le 17 mai, mais a été approuvé par une commission mixte paritaire (CMP) constituée de sept sénateurs et sept députés. Cette loi assurera le contrôle du prix de vente des ebooks aux éditeurs. Ce pour tous les livres numériques vendus en France, depuis l'étranger ou non. Ce qui ne réjouit évidemment pas les distributeurs d'ebooks. En effet, depuis que le livre numérique existe, ceux-ci avaient gagé son succès sur une politique de petit prix. Un choix payant, vu l'explosion du secteur, outre-Atlantique tout du moins.

Les éditeurs à la trappe?

Une conduite qui avait même poussé à croire que dans le nouveau monde des bibliothèques virtuelles, les éditeurs ne seraient pas les bienvenus. C'est une réelle guerre qui s'est engagée. Évidemment, les monstres français ne sont pas restés cois, Hachette plantant la première banderille. Le groupe français est, avec Apple, à l'origine du contrat d'agence. Une entente selon laquelle l'éditeur fixe le prix du livre, et la société à la pomme le vend tel quel sur l'iBookstore. Mieux, impossible pour les autres distributeurs d'en changer le prix. À l'époque, Waterstone' s, Tesco, WH Smith, The Book Depository et Amazon s'étaient un temps révoltés, arrêtant tout bonnement de vendre les livres Hachette.

5 euros à New York?

Nouveau coup dur donc, et nouvelle possibilité offerte à Amazon de prouver sa propension à la révolte. La question qui se pose : comment faire respecter le prix unique ? Celui-ci sera effectif pour les acheteurs situés en France, mais non pour ceux à l'étranger. Pour exemple, un ebook pourra être vendu 15euros à destination de Paris, et 5euros à destination de New York. Une loi de plus qui pousse au téléchargement illégal.

Avis de tempête à Bruxelles

En outre d'irriter les distributeurs d'ebooks, la France s'expose au courroux de Bruxelles, étant donné le caractère extra territorial de la loi. Il s'agit en effet d'étendre le champ d'application de la loi française en dehors des frontières. Alors que le livre numérique est beaucoup moins développé sur le vieux Continent qu'aux États-Unis, c'est un signal fort envoyé aux instances européennes. Qui nous promet des épisodes mouvementés, digne de ceux vécus lors de la loi Lang sur le prix unique du livre (papier) dans les années 1990.

Sur le même sujet