Jason Lamy-Chappuis, le champion volant

En tête de la Coupe du Monde de combiné nordique, le champion olympique en titre veut encore gagner.
12

Après l’étape qui lui tenait le plus à cœur, celle de Chaux-Neuve en Franche-Comté disputée les 22 et 23 janvier 2011, « Jez » confirme qu’il est en grande forme et toujours avide de gagner, malgré ses victoires accumulées. En ligne de mire, les prochains JO d’hiver de Sotchi en Russie, où il remettra son titre en jeu.

" Flying Jason ", un palmarès déjà impressionnant

Né en 1986 à Missoula, dans l’état américain du Montana, d’une mère américaine et d’un père français, ce jeune franco-américain de 25 ans a déjà remporté quantité de victoires dans sa discipline de prédilection, le combiné nordique. Depuis ses débuts en coupe du monde en 2004 (à Oslo), il affiche 15 victoires aux différentes étapes de la compétition, entre Sapporo en 2006 et tout récemment Chaux-Neuve. Outre le fait qu’il ait raflé deux médailles de bronze aux Mondiaux de Liberec en 2009, le Globe de cristal de la Coupe du monde 2010 et, son titre le plus prestigieux, la médaille d’or olympique à Vancouver en 2010, il a été champion de France en 2006, 2007, 2008 et 2009. Et l’issue de la saison 2010-2011 s’annonce belle, puisqu’il est actuellement en tête de la Coupe du monde.

Ses chances pour le Globe de Cristal 2011

Pour réitérer l’exploit de la saison passée et remporter cette Coupe du monde 2011, Jason Lamy-Chappuis doit conserver une avance chèrement acquise. Sur les 7 étapes que compte l’épreuve, il en a déjà remporté 3 (la première fin novembre 2010 à Kuusamo en Finlande, la deuxième début décembre à Lillehammer en Norvège et la troisième à Chaux-Neuve, chez lui). Après une contre-performance due à une angine lors de la quatrième étape de Schonach en Allemagne début janvier 2011, qui lui a temporairement fait perdre son dossard de numéro un, Jason Lamy-Chapuis s’est bien repris les 15 et 16 janvier à Seefeld en Autriche, en remportant facilement l’épreuve de saut à ski – il a établi au passage un nouveau record du tremplin de Seefeld – et en terminant finalement deuxième derrière Magnus Moan à l’issue du 10km de ski de fond.

Grâce à ses 7 podiums, il a creusé l’écart avec 789 points. Ses adversaires les plus féroces sont le Norvégien Mikko Kokslien (609 points), l’Autrichien Felix Gottwald (556 points). L’autre Autrichien, Mario Stecher, régresse à la quatrième place. Sachant qu’il ne reste plus qu’une étape, celle de lahti en Finlande, et donc 200 points à gagner au maximum, Jèz est quasi certain de finir en tête.

Les grands rendez-vous à venir : d’Oslo à Sotchi

Sa victoire aux JO de Vancouver en 2010 a pu déstabiliser un temps le jeune champion, resté modeste mais très sollicité par les médias. De son propre aveu : « ça [lui] a pris du temps pour [s]e remotiver ». Mais pas trop tout de même, car dès le début de la saison, Flying Jason a donné le meilleur de lui-même. Et il compte bien se battre comme un beau diable pour accrocher la seule breloque qui lui manque dorénavant en individuel : la médaille de champion du monde. Ce sera peut-être chose faite lors des Championnats du monde de ski nordique qui se dérouleront à Oslo – la ville où il a remporté l’une de ses premières victoires – du 24 février au 06 mars 2011. Avec quatre épreuves, deux en individuel et deux par équipes, sur petit et grand tremplin, le Français volant pourra exprimer tout son talent.

Il est aussi très motivé par la compétition par équipes : « J’ai envie de partager ma joie avec mes coéquipiers. Je veux gagner par équipes ! ». Déjà deux fois quatrièmes (aux Mondiaux 2009 et aux JO 2010), François Braud, Maxime Laheurte, Sébastien Lacroix et Jason Lamy-Chappuis ont le potentiel et, avertit leur entraîneur Etienne Gouy, « ils partent à la bagarre pour la médaille ». Qu’on se le dise.

Des résultats de ces championnats du monde d’Oslo dépendront le moral pour la préparation à une autre consécration, en ligne de mire : les JO 2014 de Sotchi en Russie. D’ici-là, notre champion aura le temps de travailler à sa petite faiblesse : son manque de puissance en ski de fond.

Sur le même sujet