Les conseillers politiques d'Henry VIII, roi d'Angleterre

Wolsey, Cranmer, More et Cromwell, les quatre hommes de confiance du roi Tudor s'appelaient tous Thomas. Histoire et influence.
27

Si l’histoire se souvient d’Henry VIII, ce n’est heureusement pas uniquement pour ses frasques conjugales , mais aussi pour ses décisions politiques majeures, qui changèrent la face de l’Angleterre. Le monarque possédait, à défaut d’une vision politique éclairée, la capacité de s’entourer d’hommes intelligents et avisés. Roi capricieux, il était tout aussi rapide pour s’en débarrasser.

Exit les conseillers de son père

L’une des premières décisions politiques du jeune souverain à son accession au trône d’Angleterre en 1509 fut de se débarrasser brutalement des conseillers d’ Henry VII . Intelligents mais impopulaires, ils présentaient l’inconvénient majeur de jeter un voile sur la popularité d’un roi aimé du peuple. Richard Empson et Edmund Dudley furent donc exécutés à la hâte sans autre forme de procès et remplacés par un jeune homme de Dieu. Avec lui commença l’avènement des Thomas aux côtés d’Henry VIII.

Thomas Wolsey, l’homme qui voulait être pape

Fils d’un boucher d’Ipswich, Thomas Wolsey choisit d’intégrer l’Eglise catholique romaine. Il devint rapidement lord Chancellor et le conseiller le plus rusé du roi, qui lui faisait entière confiance. Plein d’ambition, Wolsey fut bientôt élevé au rang d’archevêque d’York, puis de cardinal. Extrêmement talentueux dans l’art de convaincre, Wolsey fit beaucoup pour que les désirs de gouvernement centralisé d’Henry soient exaucés. Mais l’arrogance du personnage et son amour ostentatoire du luxe ne plaisaient pas au sein de l’élite du royaume, qui jalousait son influence sur le Roi.

Incapable de satisfaire Henry dans l’obtention de son divorce d’avec Catherine d’Aragon, Wolsey connut une disgrâce aussi rapide que son ascension.

Thomas Cranmer, l’artisan de la Réforme

Le chapelain de la famille Boleyn entra dans les bonnes grâces d’Henry VIII quand ce dernier fit sa cour à Anne Boleyn. Malin, Cranmer lui suggéra de consulter les universitaires européens sur le divorce, afin d’obtenir un consensus en sa faveur. Figure majeure de l’élite protestante, Cranmer fut nommé ambassadeur auprès du Saint-Empire romain, puis archevêque de Canterbury en 1533. Il encouragea Henry à établir son Acte de Suprématie (en 1534), par lequel le Roi reniait la pouvoir du pape et se proclamait chef de l’Eglise d’Angleterre. La Réforme avait eu lieu.

Thomas More, dévoué à Dieu plus qu’à son Roi

Intellectuel de premier ordre et ami intime d’Erasme, Thomas More, l’ami et confident d’Henry, remplaça Wolsey au poste de Lord Chancellor. Dévoué à son Roi, More fut avant tout un homme de conscience et de foi. Fidèle à ses opinions, il refusa d’approuver le divorce du Roi et de l’accepter comme chef de l’Eglise, malgré les menaces qui pesèrent sur sa vie. Il fut donc enfermé à la Tour de Londres . Malgré une défense habile lors de son procès, il fut condamné à mort et exécuté en 1535.

Si Henry VIII fut excommunié par le pape, Thomas More, lui, fut sanctifié.

Thomas Cromwell, habile homme de l’ombre

Thomas Cromwell hérita du siège de Lord Chancellor, laissé vacant par Thomas More. Ce fils de maréchal-ferrant devenu avocat entama sa carrière au temps de la toute-puissance du cardinal Wolsey. Extrêmement intelligent, bourré d’ambition et peu encombré des principes qui firent tant de tort à son prédécesseur, Cromwell sut rester dans l’ombre des grands jusqu’à son avènement. On se souvient de lui comme de celui qui convainquit Henry VIII de faire exécuter une Anne Boleyn devenue encombrante. Pourtant, en dix ans, Cromwell œuvra aussi à une totale réforme de l’administration de l’Etat. Il fut également l’artisan de la dissolution des monastères. Une erreur lui fut néanmoins fatale: il arrangea le mariage du Roi avec Anne de Clèves pour renforcer l’alliance avec les protestants hollandais. Mais la rencontre fut un désastre total et Cromwell envoyé à la Tour de Londres , puis décapité en 1540.

Sources:

Peter Brimacombe, Tudor England , Pitkin

David Starke, Six Wives , Vintage Books

Sur le même sujet