Biodiversité: classification phylogénétique des Lignophytes

Le dernier groupe de plantes continentales correspond aux Lignophytes. Quels sont les divers embranchements issus de ce groupe et quels sont leurs parentés?
15

Les Embryophytes regroupent l'ensemble des plantes continentales . L'évolution des plantes continentales a engendré des groupes de végétaux de plus en plus complexes issus de groupes apparus plus tôt et partageant donc des caractéristiques communes avec ces dernières. Des plantes à plusieurs sporanges (Polysporangiophytes) dérivent les plantes à vaisseaux imparfaits (Eutrachéophytes) d'où se rattachent les groupes de plantes à feuilles véritables (Euphyllophytes) et des Lycophytes. Les Euphyllophytes se subdivisent eux-mêmes en deux embranchements: les Monilophytes et enfin les Lignophytes (plantes renfermant de la lignine), sujet principal de cet article.

Des Lignophytes aux Spermatophytes

Les Lignophytes possèdent la particularité de contenir de la lignine dans leurs tissus. Cette substance, en quantité variable selon les espèces, permet d’assurer leur maintien général. Ils sont également dotés d’un cambium (dans l'arbre, partie comprise entre l’écorce et le bois proprement dit ou liber) bifacial : le xylème et le phloème. Le groupe des Spermatophytes (plantes à graines) est le seul représentant vivant des Lignophytes. Les Spermatophytes possèdent un ovule à tissus diploïde (stade sporophytique) et haploïde (stade gamétophytique femelle). Les Spermatophytes engendrent cinq lignées de plantes actuelles dont les liens de parenté sont encore discutés : les Cycadophytes (Cycas), Gingkophytes (Gingkos), Gnétophytes, Coniférophytes (plantes à cônes comme le pin etc.) et Angiospermes (plantes à fleurs).

Des Spermatophytes aux Cycadophytes et Gingkophytes

Les Cycadophytes rassembent une centaine d’espèces. Ils montrent des feuilles très modifiées qui portent les ovules, des spermatozoïdes mobiles et des graines contenues dans des strobiles (cônes). Les Gingkophytes possèdent des feuilles caduques en forme d’éventail. Contrairement aux anglo-saxons, certains botanistes ne considèrent pas les Cycadophytes et Gingkophytes comme des plantes à graines véritables.

Des Spermatophytes aux Coniférophytes, Angiospermes et Gnétophytes

Les Coniférophytes développent des cônes à écailles où sont enfermées les graines. Les ovules se situent soit sur la face supérieure soit dans des sacs polliniques sur la face inférieure des cônes. Leurs feuilles persistantes sont en forme d’aiguilles, d’écailles ou de lanières. Les Angiospermes se distinguent par une double fécondation, des graines contenues dans des fruits, des vaisseaux véritables dans le xylème, des tubes criblés et des cellules compagnes dans le phloème. Enfin, les Gnétophytes (Lianes, Ephèdres etc.) qui forment un groupe particulier après avoir été longtemps rattaché à l’embranchement des Angiospermes.

Une classification qui évolue avec les progrès de la recherche

Des botanistes sont parfois tentés de regrouper des certains embranchements des Spermatophytes. On peut, par exemple, rapprocher les Gingkophytes et Coniférophytes qui possèdent tout deux des trachéïdes sans vaisseaux (vaisseaux imparfaits). Certaines Gnétophytes sont, en effet, dotées de vaisseaux parfaits et de nervures dans les feuilles, d'étamines et de carpelles protégées par des substituts de pétales (bractées ou feuilles en forme de fleurs) ou encore présentent une ébauche de double fécondation comme les Angiospermes. Mais ces regroupements sont encore âprement discutés.

Pour en savoir plus :

Lecointre G. & Le Guyader Hervé. Classification phylogénétique du vivant . Belin, 2001.

Le Guyader G. Classification et Evolution . Belin, 2003

Classification phylogénétique des végétaux

Classification phylogénétique des plantes continentales

Sur le même sujet