Génie écologique et réhabilitation des berges des cours d'eau

Le génie écologique intervient fréquemment dans l'aménagement des cours d'eau. Comment la réhabilitation des berges des cours d'eau est-elle envisagée?
30

Très sensibles aux aléas naturels et aux activités humaines, les cours d’eau sont aujourd’hui l’objet d’une attention particulière en matière d’aménagement. Dans la plupart des cas, selon les conditions locales (climat, type de substrat, pente, hauteur de berge, débit du cours d’eau, etc.), le génie écologique représente une solution remarquable pour la réhabilitation des berges des cours d’eau. Plus respectueux des écosystèmes et moins onéreux pour la société, les principes et techniques proposées par le génie écologique conviennent tout à fait à ces milieux très fragiles.

Gestion de la ripisylve et maintien des prairies inondables

Les ripisylves jouent un rôle majeur dans l'évolution des berges des cours d'eau en diminuant les effets de l'érosion. Si le cours d’eau côtoie des boisements, il est nécessaire que la ripisylve soit entretenue de façon à réduire les chutes de branches dans le cours d’eau, et à maintenir une luminosité et une vision suffisante de l’eau. La conservation de prairies inondables permet non seulement de contenir les crues en amont mais également de favoriser la biodiversité.

Le fascinage

Plusieurs techniques sont utilisées contre l’érosion des berges des cours d’eau. Le fascinage consiste à disposer horizontalement, le long des berges dégradées, des fagots (d'environ cinquante centimètres de diamètre) de branches vivantes de saules retenus par des pieux. Cette opération permet ainsi le développement de racines et de branchages propices à renforcer les berges.

Le tressage

Le tressage est une technique utilisée pour renforcer les berges taillées en falaise ou à forte pente. Entre des pieux régulièrement espacés, on dispose différents rameaux à rejet de saules ou d’aulnes tressés à l’aide de branches minces et souples de saules.

Le marcottage

Le marcottage est une technique consistant à planter des fragments de tiges ou de branches de certaines espèces végétales susceptibles de prendre racine. Cette plantation permet ainsi d'étendre une formation végétale sur un talus.

Les pieux vivants

Pour renforcer les berges d’un cours d’eau, on peut aussi utiliser des pieux vivants. Sur des berges sableuses ou graveleuses, on place un géotextile avant d’y étendre de la terre. On peut ensuite planter les rameaux d’aulnes et de saules (d'environ un mètre cinquante de longueur et de trois à cinq centimètres de diamètre) en les espaçant de trois mètres.

Toutes ces techniques permettent l’édification de véritables murs végétaux, autant de digues naturelles protégeant de l’érosion, d’habitats pour la faune sauvage et de paysages attrayants.

Pour en savoir plus :

Fischesser Bernard, Dupuis-Tate Marie-France, 2007. Le guide illustré de l’écologie . Éditions de la Martinière, 350 p.

Génie écologique, cours d'eau et zones humides

Génie écologique ou comment aménage t-on avec la nature?

Sur le même sujet