Le blocus de Berlin ouest (1948-1949)

Le 24 juin 1948, l'URSS décide d'isoler Berlin ouest. Pourquoi et quelles sont les conséquences pour l'Europe et le monde.
83

Le 24 juin 1948, Joseph Staline, dirigeant de l' URSS décide le blocus de Berlin ouest. Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les rapports entre l' URSS et l'Occident sont de plus en plus tendus jusqu'à la rupture avec ses anciens alliés. Le blocus de Berlin ouest révèle au monde la naissance de deux blocs politiques antagonistes et la perspective de tensions internationales qui vont marquer l'histoire du monde pendant de nombreuses années.

La partition de l'Allemagne

Bien avant la fin de la Seconde Guerre mondiale, les alliés américains, britanniques, français et russes souhaitent s'entendre sur le sort de l'Allemagne vaincue et de l'Europe. La Conférence de Yalta (4-11 février 1945) réunissant Joseph Staline (URSS), Franklin D. Roosevelt (Etas-Unis) et Winston S. Churchill (Royaume Uni) aboutit à la partition de l'Allemagne. La partie occidentale est divisée en trois zones britannique, américaine et française. La partie orientale est contrôlée par l' URSS Berlin, la capitale, enclavée dans la partie orientale de l'Allemagne est elle-même partagée en une zone pro-occidentale à l'ouest et en une zone soviétique à l'est.

La rupture entre l' URSS et l' Occident

En 1947, une grave crise économique et sociale touche l'Europe. L' URSS favorise l'accession au pouvoir des leaders communistes en Europe de l'est. L'Organisation des Nations Unies (O.N.U.) est bloquée par l'URSS qui utilise systématiquement son droit de veto. Les États-Unis retardent le paiement des réparations allemandes en faveur de l' URSS et promettent une aide aux pays de l'est refusant la doctrine communiste (politique du containment) . Le Plan Marshall (5 juin 1947) américain, destiné à relancer l'économie en Europe, est refusée par l' URSS qui ne tarde pas à créer le Kominform chargé de coordonner les politiques des pays communistes européens.

L'Union soviétique isole Berlin ouest

Pour relancer l'économie exsangue de l'Allemagne de l'ouest, les alliés souhaitent mettre en place une réforme monétaire visant le remplacement du Reich Mark par le Deutsch Mark. Le 24 juin 1948, mécontent de ne pas avoir été consulté, Joseph Staline décide de couper toutes les voies terrestres, fluviales et ferroviaires de Berlin ouest. La ville se trouve totalement isolée et manque rapidement de tout (vivres, électricité, chauffage etc.).

Le pont aérien

Le 26 juin, les États-Unis organisent un gigantesque pont aérien que dirige le général Lucius D. Clay. Durant près d'un an, plus de 270000 vols apporteront 13000 tonnes de marchandises aux habitants de Berlin ouest, qui devient ainsi le symbole de la liberté pour l'Occident. Conscient de l'échec du blocus, le chef d'État de l' URSS rétablit toutes les communications le12 mai 1949.

Le début de la "guerre froide"

L' URSS sous estimait les capacités d'organisation des États-Unis. Assuré que ces derniers ne s'engageront pas dans une nouvelle guerre, Joseph Staline espérait le retrait de ses anciens alliés de la capitale allemande pour la placer sous le joug communiste. La réponse des Américains qui exclue toute confrontation directe face aux provocations soviétiques marque le début d'une guerre sans conflit armé direct, la "guerre froide".

Les cons équences du blocus de Berlin en Allemagne et en Europe

Cette crise détermine le sort de l'Allemagne qui, restera, tout comme sa capitale Berlin, divisée en deux états distincts (République Fédérale Allemande à l'ouest et République Démocratique allemande à l'est) durant plus de quarante ans. Le blocus de Berlin ouest favorise également la signature du Pacte Atlantique (4 avril 1949) et un an plus tard la création de l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord (Otan) unifiant les moyens militaires des alliés occidentaux. Cet évènement accélère aussi le réarmement de l'Allemagne de l'ouest et la construction de la future Europe.

Pour en savoir plus:

André Fontaine, La Guerre froide 1917-1991 , Le Seuil, coll. Point Histoire, 272 p.

Les relations internationales de 1945 à 1970.

Reconstruire et penser la paix en 1945.

Sur le même sujet