Médecine: l'insecte médicinal en occident

Prisé pendant très longtemps comme principal remède, les insectes ont disparu un temps de la médecine occidentale avant de réapparaître aujourd'hui.
60

Apparus sur Terre il y a environ 400 millions d’années, les insectes figurent parmi les animaux les plus nombreux de la planète. Depuis l’Antiquité, les insectes sont largement utilisés dans un but thérapeutique. À la fin du XVIIIe siècle, les progrès de la chimie occidentale ont sonné le glas des remèdes aux extraits d’insectes. L’image des insectes s’est peu à peu dégradée dans l’esprit des occidentaux. Il a fallu attendre la seconde moitié du XXe siècle pour que la médecine occidentale redécouvre et s’intéresse de nouveau aux propriétés curatives de substances sécrétées par certains insectes.

Un intérêt thérapeutique ancien

Très tôt, les insectes se sont révélés être des alliés privilégiés de la médecine. Dès l’Antiquité et jusqu’à nos jours, ils sont couramment utilisés en médecine chinoise. Les Grecs connaissaient déjà les vertus aphrodisiaques d’un coléoptère : Lytta vesicatoria (cantharide officinale). Au Moyen Âge, ce même coléoptère était utilisé contre les maux de poitrine. À l’instar de la saignée, la mouche de Milan (terme impropre car il s’agit d’un coléoptère) ou cantharide officinale directement appliquée sur la peau du malade produisait des brûlures susceptibles de faire sortir le mal du corps. À la même époque, Lucanus cervus (Lucane ou Cerf-volant), renfermant de nombreuses propriétés thérapeutiques, était non seulement un excellent diurétique mais traitait aussi l’hydropisie, les rhumatismes, la goutte, de nombreuse maladies rénales, les convulsions, l’épilepsie, les accouchements difficiles, les otites et même la surdité !

Une image progressivement dépréciée

En Occident, longtemps les insectes furent largement utilisés dans le traitement de nombreuses maladies. Ce n’est qu’à la fin du XVIIIe siècle, avec les progrès de la chimie, que ceux-ci disparaissent progressivement de la pharmacopée occidentale.

Souvent considéré comme de la vermine, associé à la saleté, à la maladie et à la mort, l’insecte acquiert peu à peu une image repoussante. L’image de l'insecte malfaisant s’insinue largement dans les esprits. Au XXe siècle, cette réputation est encore renforcée par le cinéma fantastique. Par contre, dans d’autres civilisations (Afrique, Asie, Amérique du Sud, Océanie), les insectes sont toujours perçus comme des animaux comme les autres. Dans certaines sociétés animistes, ceux-ci possèdent autant de valeurs curatives que magiques comme chez les Mofous du Cameroun. Dans de nombreux pays, les insectes demeurent même des mets de choix.

Redécouverte des "insectes médicaments"

Très utilisés depuis l’Antiquité, les remèdes à base d’insectes sont, en occident, tombés dans l’oubli durant presque deux siècles. Dans les années 60, le docteur Balazuc, médecin et entomologiste français, s’intéresse aux pirocoïdés, en particulier une espèce emblématique, Pirocoris apterus (gendarme). De cet insecte aux couleurs vives, il parvient à isoler une substance apte à détruire les cellules cancéreuses. En France, le docteur Balazuc apparaît donc comme le principal artisan qui relance véritablement la recherche de médicaments ayant pour source les insectes.

Pour en savoir plus:

Lupoli Roland, 2010. L’insecte médicinal . Éditions Ancyrosoma, 290p.

Thomas Jacqueline M.C., Motte-Florac Elisabeth, 2004. Les insectes dans la tradition orale . Éditions Peeters Bilingual, coll. Selaf, 633p.

Médicaments de demain: des insectes aux molécules de synthèse

Ces insectes qui nous soignent

Insectes et médicaments

Sur le même sujet