Pays émergents et PMA : des villes aux multiples contrastes

Les villes des pays émergents et pays moins avancés montrent de nombreux contrastes. Quartiers, ségrégation et fonctions dualistes, qu'en est-il exactement?

Les villes des pays émergents et des pays moins avancés (P.M.A.) présentent des contrastes encore plus saisissants que ceux observables dans les villes américaines ou les villes d'Europe occidentale. Ces contrastes apparaissent tant au niveau de l'aspect des quartiers qu' au niveau de la distribution spatiale des habitants ou encore des différentes activités économiques.

Les quartiers anciens

Comme en Europe occidentale, les quartiers anciens se dressent dans le centre des villes. La vieille ville, composée de monuments et de maisons traditionnelles, rassemble les fonctions résidentielle, artisanale et commerciale. C'est le cas par exemple des médinas arabes ou des maisons à un ou deux étages des villes indiennes et d'extrême orient.

Les quartiers d' affaires

Autour des vieilles villes se développent les quartiers d'affaires issus de l'époque coloniale ou du développement économique récent. Ces quartiers sont dominés par des immeubles de type occidental, victorien (Inde, Pakistan etc.) ou encore néo arabe (Tunis, Alger, Casablanca etc.). Ceux-ci ont parfois remplacés d'anciens quartiers démolis (Alep, Pékin, Le Caire etc.). Cependant, depuis quelques décennies, la tendance s'oriente vers une réhabilitation des vieux quartiers (Salvador de Bahia, Singapour etc.).

Les quartiers aisés

À la périphérie des quartiers d'affaires s'étendent les quartiers aisés très marqués par la colonisation. Ici domine la maison entourée de jardins (villas hollandaises de Djakarta en Indonésie, villas européennes du Maroc etc.) qui tranche avec les immeubles de luxe ou l' habitat à loyer modéré (H.L.M.) situé près des quartiers industriels.

Les quartiers pauvres

Dans les centres comme en périphérie, sur les terrains les moins chers (pente élevée, exposition défavorable, propriété incertaine ou collective etc.) s' étend l' habitat précaire. Il s'agit de maisons de type rural construites en matériau traditionnel comme par exemple Potopoto à Brazzaville ou de bidonvilles constitués de matériaux de récupération tels les favellas de Rio de Janeiro, barriados de Lima ou encore alogados de Salvador de Bahia etc.

Ces différents quartiers dénotent l'existence d'une ségrégation souvent imposée, parfois désirée.

Une ségrégation sociale

Même au sein de pays émergents à l'économie plus dynamique subsiste avec plus ou moins de nuances d'importants contrastes sociaux. D'un côté, la société intégrée aux circuits économiques et au niveau de vie élevée qui adopte le mode de vie occidental et demeure dans les immeubles luxueux. De l'autre, les populations en voie d'intégration ou complètement marginalisées qui occupent l' habitat précaire des zones de moindre valeur. Mais, dans les pays émergents, apparaît une nouvelle catégorie sociale: la classe moyenne.

Une ségrégation raciale, nationale et religieuse

Partout, les clivages raciaux sont toujours d'actualité. C'est le cas en Afrique du Sud où, malgré la fin de apartheid, noirs et blancs vivent toujours séparés. En Afrique, ce sont les appartenances tribales ou les nationalités qui façonnent les quartiers urbains. En extrême orient, les villes sont divisés en différents quartiers selon la nationalité (malais, chinois, indonésiens etc.). Au Proche Orient, ce sont surtout les clivages religieux qui localisent les populations urbaines (Liban, Syrie, Égypte etc.). Les villes ont des quartiers musulmans, druzes, chrétiens, juifs etc. bien délimités.

Des fonctions dualistes

La particularité des pays émergents et P.M.A. est le dualisme des fonctions. Aux côtés des fonctions politiques, commerciales, culturelles et de santé coexistent des services moins prestigieux qui génèrent une foule de petits métiers : métiers de rue, de magasin, de l'artisanat (réparation, récupération etc.) ou encore petits emplois mal payés des administrations. De même, près d'une production industrielle moderne parfois dépendante de l'occident (métallurgie, tissage, électronique etc.) subsiste un artisanat traditionnel (textile, cuir, métaux précieux etc.). Enfin l'industrie touristique d'inspiration occidentale avec ses grands hôtels côtoie les loisirs indigènes,chants, danses, concerts, spectacles de rue etc. (Bali, Marrakech, Mexico etc.).

Pour en savoir plus:

Pelletier Jean et Delfante Charles, 2000. Villes et urbanisme dans le monde. Edition Armand Colin, collection U, 194p.

Bret Bernard, 2006. Le Tiers Monde: croissance, développement et inégalités . Edition Ellipse, collection Histège, 3e édition révisée et actualisée, 222p.

Collectif, 2011. Tiers Monde . Dynamique foncière des villes du Sud. Edition Armand Colin, collection Revue, n°206, 02/2011.

Burgel Guy, 2000. Du Tiers Monde aux Tiers Mondes . Edition Dunod, collection Les Topos, 122p.

Shanghai

Mexico, mégapole du Tiers Monde

Paysages urbains de la nouvelle Afrique du Sud

Sur les bidonvilles

Sur le même sujet