Sexe et cinéma: quelques visions des cinéastes

Le sexe est un thème relativement peu abordé dans le cinéma d' auteur. Il y est souvent lié à l'amour, plus rarement associé à la perversion ou à la mort
26

Mis à part le « cinéma » pornographique aux scénarios et dialogues souvent rudimentaires et où prévalent les gros plans de sexes en pleine action, peu de cinéastes ont exposé leur vision du sexe . Parmi ceux-ci, certains se sont interroger sur les rapports entre le sexe et l'amour. D’autres ont évoqué les dérives du sexe à travers la perversion. D’autres enfin ont exposé les liens qui unissent le sexe et la mort.

Sexe et amour, un lien évident?

Les sentiments amoureux débouchent souvent sur la relation sexuelle. Mais, l’amour est-il compatible avec la liberté sexuelle? Lorsque le sexe est le thème principal de leur film, les cinéastes traitent plus souvent des liens éventuels entre l'amour et le sexe. Parmi ceux-ci, nous retrouvons La maman et la putain (1973) de Jean Eustache qui s’interroge sur les relations d’un jeune homme complexé (Jean- Pierre Léaud) avec ses deux maîtresses (Bernadette Laffont et Françoise Lebrun). Jean Eustache montre qu'il est impossible de concilier sentiments amoureux et liberté sexuelle. Le jeune homme finira par choisir l'amour en dépit des courants de pensée du moment. Dans le même registre d’idée Romance (1999) de Catherine Breillat traite du déchirement d'une jeune fille, Marie, partagée entre la recherche du plaisir sexuel et les sentiments amoureux. Enfin, en 2008, avec Septième ciel , Andreas Dresen considère un thème encore tabou, le sexe et l’amour après soixante ans.

Sexe, plaisir et douleur

La perversion sexuelle consiste à détourner l’acte sexuel par des pratiques particulières : sadisme, sado-masochisme, voyeurisme, fétichisme etc. Dans Maîtresse (1976), Barbet Shroëder expose les pratiques sado-masochistes. Un jeune cambrioleur (Gérard Depardieu) découvre par hasard la double vie d’une femme rangée (Bulle Ogier). Piettro Pasolini, cinéaste italien qui se déclare à la fois chrétien, marxiste et homosexuel signe plusieurs films controversés : Le Décaméron (1971), Les contes de Canterburry (1972), Milles et une nuits (1974) et surtout Salo ou les 120 journées de Sodome (1975) relatant crûment les viols, tortures et exécutions de jeunes hommes et de jeunes femmes par des notables fascistes durant la République de Salo. Dans un registre plus feutré, Luis Buñuel a relaté dans plusieurs de ces films comme dans Belle de Jour en 1967 ou encore dans Cet obscur objet du désir en 1977 les comportements sado-masochistes et ses implications sexuelles.

Sexe, plaisir et mort

La dernière femme (1976) de Marco Ferreri évoque la prise de conscience d’un homme (Gérard Depardieu) vis-à-vis de sa dépendance au sexe. Celle-ci aboutira inexorablement à l’automutilation et à la mort. L’empire des sens (1976) de Nagisa Oshima relate la passion charnelle entre un homme et sa jeune maîtresse poussée jusqu’à son paroxysme, la castration finale du héros par cette dernière. En 1972, Bernardo Bertolucci réalise Dernier tango à Paris dans lequel un homme mûr (Marlon Brando), désespéré par le suicide de sa femme, se réfugie dans une relation sexuelle effrénée avec une jeune inconnue ( Maria schneider ). Le cinéaste conclu que le sexe dépourvu de tout sentiment amoureux conduit à la mort. Bien que les scènes soient nullement pornographiques, le film fit surtout scandale à cause des propos des protagonistes rejetant les valeurs traditionnelles (amour, mariage, famille etc.). Dans l’Italie catholique et puritaine, le film vaudra à son réalisateur un procès retentissant et même quelques semaines de prison. Plus récemment le film de Virginie Despentes Baise-moi (2000) raconte l’odyssée de jeunes filles droguées, alcooliques et à la gâchette facile mélangeant sexe et violence à la limite du sadisme.

Pour en savoir plus, quelques sources bibliographiques:

Jullier Laurent, 2008. Interdit aux moins de dix-huit ans: morale, sexe et violence au cinéma. Ed. Armand Colin, Coll. AC Universitaire, 253p.

Lenne Gérald, 1998. Erotisme et Cinéma. Ed.La Musardine, Coll. Grands formats, 351p.

Vasse David, 2004. Catherine Breillat: un cinéma de la transgression. Ed. Complexe, 250p.

Liens internet:

Le sexe au cinéma: un sujet toujours controversé.

Maria Schneider,alias Jeanne dans "Dernier tango à Paris".

Jean Eustache, un cinéaste issu de la "Nouvelle Vague".

Sur le même sujet