Toponymes créés au Moyen-Âge en France:régime féodal et religion

Dans la France du Moyen-Âge, de nouveaux noms de lieux apparaissent. Certains toponymes reflètent le vocabulaire du régime féodal et de la religion.

Encore très divisée mais en majorité christianisée, la France du Moyen-Âge est fortement marquée par le pouvoir des seigneurs et de la religion. Il n’est donc pas étonnant que leur influence s’exprime jusque dans la toponymie.

Régime féodal et toponymie

À travers son vocabulaire, le régime féodal a généré de nombreux noms de lieux. Parmi les plus fréquents figurent l’aleu, le condominium et le fief. L’aleu est un terme du droit médiéval s’appliquant aux domaines héréditaires exempts de redevances. Les toponymes issus de ce terme diffèrent selon les régions : les allouds à Vaulnaveys-le-Bas (Isère), Lalœuf à Thaumiers (Cher), Les Élus à Clairy-Saint-André (Loiret) etc.

Le condominium correspondait aux terres seigneuriales entourant le château. Les toponymes tirés du condominium montrent plusieurs formes : La Condemaine à Esbarres (Côte d’Or), Condamine (Ain), Les Contamines-Monjoie (Haute-Savoie) etc.

Fief vient du francique fehu qui signifie « bétail » pris dans le sens de « propriété acquise contre une rente perpétuelle ». Le terme a donné son nom à plusieurs toponymes comme Le Fied (Jura), Fieux (Lot-et-Garonne), Fiefs (Pas-de-Calais) etc.

Religion et toponymie

La France abonde en toponymes liés au christianisme : noms d’établissement séculiers, monastiques, d’ordres militaires, de sépultures ou de saints. Les noms d’établissements séculiers sont nombreux. Le plus connu, Ecclesia « Église »a généré une variété de toponymes comme Neuf- Église (Puy-de-Dôme), Glisolles (Eure), Laguiole (Aveyron) etc.

Parmi les établissements monastiques, le monastère ( monasterium en latin) est celui qui se retrouve le plus souvent dans la toponymie française. Selon les régions, les toponymes peuvent prendre des formes très différentes : Montreuil-sur-Mer (Pas-de-Calais), Montier-en-Der (haute-Marne), Le Moutoir (Morbihan) etc.

Au Moyen-Âge, les ordres militaires (liés à la religion) jouent un rôle important : ordres du Temple, Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem et leurs commanderies etc. Le toponyme Le Temple est présent dans nombres de départements français (Loir-et-Cher, Deux-Sèvres, Gironde etc.). Il en est de même pour les toponymes dérivés d' hôpital comme, par exemple, L’Hôpital d’Orion (Pyrénées Atlantiques). Les commanderies ont donné, entre autres, Sainte-Colombe-la-Commanderie (Eure) ou Lacommande (Pyrénées Atlantiques). Parfois, la Commanderie évolue en Cavalerie ou Villejésus comme dans La Cavalerie (Aveyron) ou Villejésus (Charente).

Certains toponymes proviennent de noms de sépultures. Du plus courant, martyrium « martyre » émanent des toponymes aux formes diverses comme Martres (Aude, Dordogne, Gironde, Haute-Garonne, Lot, Puy-de-Dôme etc.), Marteray ou Martelet (Haute-Savoie) etc.

Enfin, en France, les toponymes d’origine religieuse les plus nombreux sont ceux évoquant les noms de saints. Certains sont formés sur dominus « seigneur » tel Dompierre (Ain, Allier, Cher, Oise, Orne, Vosges etc.) ou Dammarie (Loiret, Meuse). D’autres, majoritaires, reprennent simplement le terme saint suivi du nom comme par exemple Saint-Martin (Alpes de Haute-Provence, Meurthe-et-Moselle, Gers etc.) ou Sainte-Colombe (Aude, Charente, Hautes-Alpes etc.).

Sources et pour en savoir plus :

Gendron Stéphane, 2003. L’origine des noms de lieux en France. Essai de Toponymie. Éditions Errance, 2e édition, Paris, coll. Hespérides, 340p.

Toponymie et géographie

Toponymes d'origine celtique ou gauloise

Toponymes d'origine gallo-romaine: les autres formes

Toponymes d'origine gallo-romaine, formes hybrides et suffixées

Toponymes d'origine féodale: les noms de construction

Toponymes d'origine médiévale:les noms de personnes

Sur le même sujet