Toponymes créés en France au Moyen-Âge: les noms de personnes

En France, au Moyen-Âge, les noms de lieux issus de noms de personnes connaissent un développement sans précédent. Comment se forment-ils ?
63

Après les toponymes issus des noms de constructions, du vocabulaire lié au régime féodal et à la religion, la France médiévale montre une augmentation importante des toponymes formés à partir de noms de personnes. Les principales causes sont une relative poussée démographique et un développement de l’habitat dispersé (hameaux, ferme isolées). Ces toponymes prennent cinq formes principales: les noms de personnes employés comme déterminant, ceux précédés d’un article défini au sens démonstratif, les noms de personnes suffixés, ceux précédés d’une préposition et, enfin, les noms de personnes seuls ou avec un article.

Noms de personnes employés comme déterminant

Les noms de personnes employés comme déterminant sont associés à un nom commun jouant le rôle de déterminé. Parmi les nombreux exemples figurent Château-Thierry (Aisne), Pontgoin (Eure-et-Loir) ou Camenbert (Orne) de « Champ de Mainbert ».

Noms de personnes précédés d’un article défini au sens démonstratif

Ces toponymes comprennent un article défini au sens démonstratif le ou la comme par exemples Azay-le-Rideau (Indre-et-Loire) de Ridel d’Azay seigneur du lieu ou Fontaine-la-Louvet (Eure) « la fontaine de Louvet ». Parfois l’article est relié au nom tel Montigny-Lencoup (Seine-et-Marne).

Noms de personnes suffixés en -aie, -erie, -ie et ière

Les toponymes comprenant un nom de personne suffixée en –aie ou –ais sont surtout représentés dans l’ouest de la France comme dans Le Hamonnais à Rougé (Loire-Atlantique). Ceux se terminant en –erie sont très fréquents sur l’ensemble du territoire français tel La Christopherie à Léon (Landes) alors que les toponymes suffixés en –ie se rencontrent surtout dans le sud de la France comme La Bachelerie (Dordogne). Le suffixe –ière a d’abord été attaché aux noms communs avant de s’agglutiner aux noms de personnes tel La Jubaudière (Maine-et-Loire).

Noms de personnes précédés d’une préposition

Plusieurs prépositions sont employées avec des noms de personnes. La plus fréquente « chez » aurait été utilisée à partir du XIVe siècle. « Chez » signifie « dans la demeure de » comme dans le toponyme Chez Foucher à Brux (Vienne). Dominus « seigneur » est aussi employé avec des noms de la noblesse comme dans Damrémont (Haute-Marne) « seigneur Raymond ». Dans le Midi de la France, « en » se présente dans plusieurs toponymes dont Laroque-Engalin (Gers).

Noms de personnes employés seul ou avec un article

Certains toponymes sont construits avec l’article « les » comme Les Huguets à Sérigny (Vienne). Parfois « les » devient « le » comme par exemple Le Poinçonnet (Indre). Les noms de personnes précédés de l'article « Le » sont, de loin, les plus fréquents comme Le Guislain (Manche). Dans certains cas, le nom de personne déterminait un nom commun disparu tel La Bohalle (Maine-et-Loire) anciennement « La chapelle de Bohalle ». Enfin, nombre de toponymes sont des noms de personnes utilisés seuls comme Hamelin (Manche), un surnom, la soudure de deux noms de famille ou de deux parties de noms de propriétaires.

Sources et pour en savoir plus :

Gendron Stéphane, 2003. L’origine des noms de lieux en France. Essai de Toponymie. Éditions Errance, 2e édition, Paris, coll. Hespérides, 340p.

Toponymie et géographie

Toponymes d'origine médiévale: les noms de construction

Toponymes créés au Moyen-Âge: régime féodal et religion

Sur le même sujet