Toponymes d'origine féodale en France: les noms de constructions

En France, la période féodale a engendré des toponymes parfois tirés de noms de constructions que représentent les ouvrages défensifs et les habitations...
63

En France, la période féodale demeure riche en création de toponymes. Comme lors des époques précédentes, les noms de lieux viennent souvent de domaines variés parmi lesquels figurent les constructions. Celles-ci recouvrent surtout les ouvrages de défense et les habitations.

Les toponymes émanant des noms d’ouvrages de défense

Le Moyen-Âge est souvent perçue comme une période d’insécurité favorisant la construction d’ouvrages défensifs. Ces nombreuses constructions, propriétés de seigneurs , ont parfois donné leur nom à des noms de lieux. Parmi les plus fréquents apparaissent la bastide, le château et la ferté.

Du XIIIe au XIVe siècle, dans le sud de la France, sont érigés de nombreux villages fortifiés : les bastides. Beaucoup d’entre-elles portent le nom qui les caractérise tel Labastide-de-Lévis (Tarn) attachée au nom d’un de ses seigneurs Philippe De Lévis (1297).

De même, le château-fort « nourrit » largement la toponymie de l’époque. Les noms les plus fréquents s’y rapportant sont bien sûr « château » (du latin castellum ) et « roche » (du latin rocca ). Selon les régions de France, ils peuvent l’un et l’autre prendre des formes différentes. Château est le terme le plus utilisé. Certains sont associés à un adjectif comme Châteauredon (Alpes-de-Haute-Provence) où redon signifie rond, à un nom de personne comme Château-Renault (Indre-et-Loire), à un nom de rivière ou de région comme château-du-Loir (Sarthe), d’autres constituent des diminutifs tel Castillon (Calvados), Castels (Dordogne), Le Caylar (Hérault) etc. Les toponymes tirés de « roche » sont également nombreux en France parmi lesquels La Roche-Bernard (Morbihan), Roquebrune (Alpes-Maritime, Gers, Gironde, Var), Roquefort-des-Corbières (Aude) etc.

Le nom ferté (du latin firmus « ferme », « solide ») désigne des lieux fortifiés. Ferté est utilisé seul comme La Ferté (Jura). Il est plus fréquemment lié à un nom de personne tel La Ferté-Macé (Orne).

Les noms de lieux issus des noms d’habitation

Les toponymes créés à partir des noms d’habitations sont aussi fournis que ceux émanant des ouvrages défensifs. Parmi les multiples formes qui se sont développées en France, on peut citer des toponymes comme les noms de lieux en –ville, les dérivés du latin mansus qui signifie « ferme » ou « maison rurale » et enfin, mansionem « maison ». Ces noms de lieux ne peuvent être distingués des formations romanes que par l’archéologie.

Certains noms de lieux en –ville sont des créations du Moyen-Âge. C’est le cas de plusieurs toponymes du genre Villeneuve comme par exemple Villeneuve à Réclainville (Eure-et-Loir). Les toponymes composés avec Villefranche ne sont pas rares, notamment dans le sud de la France, tel Villefranche-d’Albigeois (Tarn).

D’une région à l’autre, mansus prend des formes diverses (mé, mes, mey, meix, mai, may etc.) comme par exemple Meys (Rhône). Parfois, il peut se lier à un adjectif comme dans Beaumetz-lès-Loges, Beaumetz-lès-Aire et Beaumetz-lès-Cambrai (Pas-de-Calais) ou à un patronyme tel Médavid à Combres (Eure-et-Loir). Dans le sud de la France, mansus devient mas dans Le Mas à Froges (Isère), Le Mas-Grenier (Tarn-et-Garonne) avec un nom de personne ou Mas-Blanc des Alpilles (Bouches du Rhône) avec un adjectif.

Enfin, plusieurs noms de lieux formés à partir du latin mansionem datent également de cette époque. Ainsi, Neuve-Maison (Aisne) et des dérivés comme Maisoncelles sont présents dans plusieurs départements français (Haute-Marne, Mayenne, Calvados, Sarthe, Seine-et-Marne).

Sources et pour en savoir plus :

Gendron Stéphane, 2003. L’origine des noms de lieux en France. Essai de Toponymie. Éditions Errance, 2e édition, Paris, coll. Hespérides, 340p.

Toponymie et géographie

Toponymes d'origine celtique ou gauloise

Toponymes d'origine gallo-romaine: les autres formes

Toponymes d'origine gallo-romaine, formes hybrides et suffixées

Toponymes d'origine médiévale:les noms de personnes

Toponymes du Moyen-Âge:régime féodal et religion

Sur le même sujet