Toponymes français d'origine gallo-romaine : les autres formes

Les toponymes français d'origine gallo-romaine sont aussi formés à partir de noms de personnes, de termes géographiques, religieux ou d'activités humaines..
111

En France métropolitaine, après les toponymes hybrides et ceux suffixés en - acum , - anum et - anicum , les noms de lieux d'origine gallo-romaine peuvent recouvrir des formes variées: des noms de propriétaires de domaines aux noms inspirés des activités humaines en passant par les termes géographiques ou religieux...

Des noms de propriétaires aux termes géographiques

Certains toponymes d’origine gallo-romaine sont tirés de noms de personnes fondatrices et propriétaires d’un domaine. C’est le cas d’Albi (Tarn) qui vient d’ A lbius , de Provins (Seine-et-Marne) fondée par Probinus ou encore d’Elne (Pyrénées-Orientales) du nom de la mère de l’Empereur Constantin, Helenae .

Plusieurs toponymes sont inspirés de termes géographiques. Certains sont liés à l’eau (hydronymes et stations thermales). Ainsi, le nom latin confluentes « confluent » a donné Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), Confolens (Charente), Confolent-Port-Dieu (Corrèze) etc. Des stations thermales connues dès l’Antiquité ont donné leur nom à de multiples toponymes fondés sur aquis , « aux eaux » qui, par exemple, ont donné Aix et ses nombreuses variantes : Aix-Les-Bains (Savoye), Aix-en-Provence (Bouches du Rhône) etc.

Toponymes et religion

Un certain nombre de noms de lieux d’origine gallo-romaine sont en rapport avec la religion. Ainsi f anum « lieu consacré », « temple » a donné Montfa (Tarn), Faon, hameau de Merchet (Indre) etc. Des toponymes pourraient se rapporter à des divinités même si peu d’entre eux ont été validés par des fouilles archéologiques. Mercure se retrouverait dans de nombreux toponymes tels Mercœur à Ardes (Puy-de-Dôme), Mercurol (Drôme) ou Mercuès (Lot). Minerve (Hérault), Ménerbes (Vaucluse) et Menesble (Côte d’Or) viendraient de la célèbre déesse romaine Minerve. Jupiter serait à l’origine de Gioux (Creuse) ou de Jouy-en-Argonne (Meuse). Le dieu Mars et le nom latin templum « temple » auraient donné Templemars (Nord) etc.,

Les noms de lieux liés aux activités humaines

Beaucoup de toponymes d’origine gallo-romaine sont en rapport avec les activités humaines : voies de circulation, activités commerciales, constructions privées ou publiques. Certains toponymes dérivent de c ompendium « raccourci » tels Compains (Puy-de-Dôme) ou Compiègne (Oise). D’autres encore expriment le relais. Ainsi, Maisons (Aude) ou Maison-Laffite (Yvelines) ont pour origine mansio(n) « gîte d’étape » ou « relais ». Pontem « pont » a engendré des toponymes comme Pontoise (Val d’Oise) de Pontem Hisarae « pont sur l’Oise » ou Escaupont (Nord) de Pontes Caldis « pont sur l’Escaut ». Quelques toponymes peuvent provenir d’activités commerciales ou de lieux habités. Forum Julii « Marché de Jules » a donné Fréjus (Var).Vic La Gardiole (Hérault) ou Vic-sur- Seille (Moselle) viennent de vicus « ensemble d’habitations ». Plusieurs toponymes rappellent le camp fortifié du latin castrum comme Castres (Tarn) ou Châtres-la-Forêt (Mayenne). De même, Morchain (Somme) ou Morsan (Eure) dérivent de murocinctus « ceint de murs ». Enfin, certains toponymes sont directement tirés du nom oppidum « cité fortifiée » ou « place forte » tels Oppède (Vaucluse), Oppedette (Alpes de Haute-Provence) etc.

Sources et pour en savoir plus :

Gendron Stéphane, 2003. L’origine des noms de lieux en France. Essai de Toponymie. Éditions Errance, 2e édition, Paris, coll. Hespérides, 340p.

Toponymes d'origine gallo-romaine, formes hybrides et suffixées

Toponymes d'origine celtique ou gauloise

Toponymie et géographie

Sur le même sujet