Types d'inondations : les formes d'inondations lentes

On dénombre deux formes principales d'inondations lentes. Quelles sont leurs origines et leurs principaux aspects?
140

Les effets des inondations sont largement liés à la vitesse d'écoulement de l'eau. Il existe plusieurs types d’inondations. On peut les classer dans trois types principaux : les inondations lentes, les inondations rapides et les submersions marines d’origines diverses. Cet article concerne les inondations lentes. Les inondations rapides et les submersions marines seront évoquées dans de prochains articles.

Les inondations lentes

Les inondations lentes se caractérisent par une montée du niveau de l' eau relativement longue (plusieurs jours à plusieurs semaines). Ce type d’inondation est le plus prévisible et donc, de loin, le moins dangereux . Ce type d'inondation est fréquent dans les régions à climat océanique. En France, le débordement du cours inférieur de la Loire constitue un exemple de ce type d'inondation. Les inondations lentes regroupent les inondations de plaine et les débordements de nappes souterraines.

Les inondations de plaine

Dans le monde, les inondations de plaine sont les inondations les plus courantes. Elles sont dues au débordement du lit mineur (lit habituel) dans le lit majeur ou plaine alluviale des cours d’eau. Ces inondations surviennent après une période de précipitations de longue durée allant de plusieurs jours à plusieurs semaines. Elles concernent surtout la partie moyenne et inférieure (aval) du bassin versant. La vitesse de montée des eaux varie selon l’intensité des pluies (hauteur/temps) en amont, la forme du bassin versant et la localisation. Dans les zones côtières, les marées de coefficient élevé et les tempêtes peuvent retarder l'écoulement des cours d'eau et provoquer également des inondations. La prévention des crues tient compte de l’intervalle de temps entre les précipitations en amont et le débit (volume d’eau écoulée/temps) en aval.

Les débordements de nappes souterraines

Les débordements de nappes souterraines accompagnent souvent les inondations de plaine. Les nappes d’eau souterraines sont souvent assimilées à des lacs souterrains que l’on rencontre parfois dans les karsts. Mais, la plupart des nappes souterraines ont une toute autre forme. L’eau occupe les interstices (les espaces vides: fissures, fractures, espaces intergranulaires etc.) de la roche. Ces nappes proches de la surface sont appelées nappes phréatiques. Les débordements de nappes apparaissent après un long épisode pluvieux. Elle touche évidemment les points les plus bas du relief. En mars et avril 2001, après un cumul de précipitations remarquable depuis octobre 2000 (plus de 1000mm à Boulogne-sur-Mer), les régions françaises du Nord-Pas-De-Calais et de Picardie sont ainsi soumises à des débordements de nappes phréatiques .

Pour en savoir plus:

Chamley Hervé, 2002. Environnements géologiques et activités humaines. Éditions Vuibert, 512p.

Scarwell Helga-Jane, Laganier Richard et Romi Raphaël, 2004. Risque d’inondation et aménagement durable des territoires. Éditions des Presses Universitaires du Septentrion, coll. Environnement et Société.

L'inondation, un risque prévisible

Effets des inondations

Les inondations de plaine

Les inondations par remontée de nappe

Sur le même sujet