Villes d'Europe au Moyen-Âge : origine et essor

Au Moyen-Âge, les villes d'Europe sont de plus en plus nombreuses comme leur nombre d'habitants. Quelles sont l'origine et l'ampleur de cet essor urbain ?
249

En Europe, le développement des villes n’est réellement significatif qu’à partir du XIe siècle (Bas Moyen-Âge). Le regain démographique du Moyen-Âge explique en partie cet essor urbain. Qu’elles soient d’anciennes cités romaines ou des créations médiévales, ces villes européennes croissent en nombre et/ou en population.

L’essor démographique du Moyen-Âge en Europe

Le développement des villes européennes est directement lié à un pic démographique médiéval. Les causes de cette croissance démographique sont à rechercher dans les progrès techniques et de l’ agriculture (outils en fer, emploi conjoint de l’attelage d’épaule et de la charrue, herse, utilisation de la force motrice du vent et de l’eau dans les moulins etc.) accompagnés d’un réchauffement climatique relatif (optimum médiéval) particulièrement favorable. Les surplus agricoles permettent de mieux nourrir une population sans cesse grandissante. La relative stabilité politique et sociale s’ajoute aux innovations techniques pour favoriser l’augmentation de la population rurale encore majoritaire à cette période. Par ses richesses, ses sources d’activités multiples et, parfois, ses perspectives de liberté , la ville attire alors de plus en plus les populations des campagnes.

Des villes de plus en plus nombreuses et peuplées

En Allemagne, au Xe siècle, le nombre des villes s’élève à quarante. Il y en a plus de 300 à la fin du XIe siècle et plus de 1000 au XIIIe siècle. Au XVe siècle, à l’Est du continent européen, on dénombre soixante villes. Dès le XIe siècle, Kiev (Ukraine) rassemble plus de 20000 habitants. Au XIIIe siècle, la population des plus grandes villes d’Europe telles Paris, Venise, Milan, Gênes s’approche de 100000 habitants. Au XIVe siècle, Florence compte environ 100000 âmes. Toutefois, si les villes sont de plus en plus nombreuses, la majorité d'entre-elles demeurent modestes.

Les anciennes cités romaines

De la fin de l’Empire romain au XIe siècle, les anciennes cités romaines d’Europe déclinent en raison des invasions barbares et vikings. À partir du XIe siècle, la population de ces anciennes cités s’accroît considérablement (Londres, Cologne, Mayence, Florence, Milan, Venise, Nimègues, Orléans, Paris, Lyon, Léòn, Tarragone, Saragosse etc.). Beaucoup d’ habitants de ces villes s’installent à proximité des portes constituant les premiers faubourgs .

Les nouvelles villes médiévales

Certaines villes médiévales sont construites de toute pièce souvent au milieu de régions rurales. En Scandinavie, Trondheim (997), Oslo et Bergen (1048) font partie de ces villes bâties ex nihilo. C’est également le cas de nombreuses villes allemandes comme Lübeck (1143), Dresde (1216), Berlin (1235), ou néerlandaises telle Amsterdam (XIIIe S.). En Pologne, on assiste également à la création spontanée de villes telles Cracovie et Poznan (XIIe s.), Varsovie (XIVe s.) ou encore Gdànsk (VIIIe s.). Plus à l’Est, de nouvelles villes apparaissent comme Riga (1201), capitale de l’actuelle Lettonie, et Revel (1270), future Tallin, actuelle capitale de l’Estonie.

Pour en savoir plus :

Dutour Thierry, 2003. La ville médiévale. Éditions Odile Jacob, coll. Histoire et Documents, 256p.

Heers Jacques, 1990. La ville au Moyen-Âge en Occident. Éditions Fayard, 550p.

Roux Simone, 2004. Le monde des villes au Moyen-Âge (XI-XVe s.). Éditions Hachette, 2e édition revue et augmentée, Coll. Carré Histoire, 210p.

Essor démographique du Moyen-Âge

L'Occident du X au XVe siècle

Villes du Moyen-Âge

Villes de l'Europe médiévale

Les citadins au Moyen-Âge

Florence, ville du Moyen-Âge

Rome, civilisation urbaine

Sur le même sujet