La face cachée de Winston Churchill

Premier Ministre anglais emblématique, grand défenseur de la Démocratie pendant la Seconde Guerre mondiale, Churchill était aussi un homme raciste et brutal
43

On a tous entendu parler, au moins une fois dans sa vie, de Winston Churchill. On sait qu’il a été Premier Ministre en Angleterre durant la Seconde Guerre mondiale, qu’il a été l’un des grands défenseurs de la démocratie durant ce conflit et on le revoit sur des photographies aux côtés de Staline et du président étasunien Franklin D. Roosevelt lors de la conférence de Yalta. Mais, que sait-on vraiment de lui?

L’historien britannique Richard Toye, dans son livre intitulé L’Empire de Churchill, le monde qui l’a fait et le monde qu’il a fait , trace un tout autre portrait du héros national britannique. Il nous fait découvrir – ou redécouvrir d’un point de vue différent – la face cachée de cet officier de l’Empire colonial britannique. Loin de faire un énième éloge de l’homme au cigare haut en couleurs, il décrit un homme raciste et d’une grande violence.

L'Empire britannique contre-attaque

Influencé entre autres par le darwinisme, il conclut que la vie est une lutte sans merci où seuls les plus forts survivent. Et c’est en Inde qu’il mit en pratique cet enseignement, détruisant des villages entiers en comblant les points d’eau et en brulant les champs.

Ce même homme qui, ayant mis fin à la terreur nazie, prôna l’établissement de camps de concentration en Afrique du Sud, suite à la guerre des Boers de 1899. Ce même homme qui, un an plus tard, élu au parlement dans les rangs des Conservateurs, appela à plus de conquêtes de la part de la «race aryenne», destinée à triompher. Outre les nombreux témoignages de son racisme, qui passèrent inaperçus dans le contexte colonial européen, il appuya l’emploi des gaz toxiques contre les Kurdes en Irak, et justifia l’usage de la torture au Kenya. Tout cela semble être normal pour celui qui lors d’un discours en 1942 disait: «Je ne suis pas devenu le Premier Ministre du Roi pour présider la liquidation de l'Empire britannique.»

Un homme toujours entre grâce et disgrâce

Il est normal que cette facette de Churchill soit mal connue, voire méconnue, étant donné que lui-même disait que: "l’Histoire me sera indulgente, car j'ai l'intention de l'écrire." Et c’est ce qu’il a fait. Mais l’Histoire ne s’écrit plus d’une seule et unique façon, et ces quelques exemples de la face cachée de Churchill ne sont pas tombés aux oubliettes pour tout le monde. L'actuel président étasunien Barack Obama, dont le grand-père a été l’une des victimes de la torture au Kenya, quant à lui, n'a pas oublier et a fait retirer son portrait du Bureau Ovale.

Bien qu’il ne faille pas croire au pied de la lettre les nombreuses hagiographies qui encombrent les librairies et Internet, il ne faut pas non plus oublier que, malgré tout cela, Churchill a été un grand homme politique qui a su prendre de grandes décisions, contestables mais parfois nécessaires, dans les sombres moments de l’histoire anglaise, européenne et mondiale.

"La responsabilité est le prix du succès à payer." Winston Churchill

Sur le même sujet