Les Bleus en blanc face aux All Blacks !

A défaut de modifier le XV de départ, le staff tricolore a choisi de changer de maillot pour défier les Kiwis en finale de la Coupe du monde de rugby.
30

Marc Lièvremont a tranché. Le sélectionneur du XV de France a reconduit pour la finale les quinze titulaires victorieux du Pays de Galles. Pas de surprise donc même si la prestation de l’équipe n’avait pas convaincu la plupart des observateurs. Mais comme l’indique Jean-Pierre Rives, capitaine historique du quinze Tricolore : «On ne va pas faire les fines gueules…».

Heymans en tribune, Traille sur le banc

Marc Lièvremont avait aussi promis aux joueurs que le groupe changerait peu durant les phases finales. Il y a pourtant eu un petit changement à l’annonce des remplaçants. Exit le Toulousain Cédric Heymans, le gaucher, c’est le Biarrot Damien Traille, le droitier, qui aura le privilège de quitter le costume cravate et de s’asseoir sur le banc aux côtés de Szarzewski, Barcella, Pierre, Ouedraogo, Doussain et Trinh-Duc.

Les Bleus en blanc

Dernière controverse après la victoire amère face aux Gallois et la sortie nocturne des «sales gosses», la décision du staff Tricolore à l’issu du tirage au sort n’a pas fait l’unanimité chez les principaux observateurs. Pourtant vainqueur du tirage au sort, Jo Maso, Marc Lièvremont et le capitaine Thierry Dusautoir ont finalement choisi de laisser les Néo-zélandais jouer la finale en noir. Les Bleus joueront donc avec le maillot blanc. «Il fallait remercier tout le peuple néo-zélandais qui nous a si bien reçu, se justifie Jo Maso, le manager du XV de France, sur TF1. Ça s’appelle un geste de classe et d’élégance. Ce n’est pas la couleur du maillot qui nous fera gagner ou perdre dimanche».

La victoire sinon rien

Dans son jeu comme dans ses choix, jamais une équipe de France de rugby n’a été aussi décrié dans les médias. Ironie du sort, elle est en finale de la Coupe du monde. Et certains se l’accordent, totalement décomplexée avant d’affronter les All Blacks, elle n’a également jamais été aussi proche d’un sacre mondial. Il faudra toutefois un exploit pour que les Bleus reviennent du bout du monde avec la satisfaction du devoir accompli. Trop d’imperfections résument jusque là le parcours des Français.

Face à l’ogre néo zélandais, les supporters tricolores pourront peut-être pardonner une défaite. Mais ils attendent surtout que le XV de France leur rende leur fierté et offre à tous le meilleur pour la fin. Avant de partir vers le long nuage blanc, les Bleus avaient promis le feu. Il n'y a pas encore eu d'étincelle. En conférence de presse, le trois-quart-aile Vincent Clerc a finalement trouvé les mots pour rassurer les médias et les supporters: «C’est maintenant que ça compte!». Enfin !

XV de départ : Médard - Clerc, Rougerie, Mermoz, Palisson - Parra (o), Yachvili (m) - Bonnaire, Harinordoquy, Dusautoir (cap) - Nallet, Papé - Mas, Servat, Poux.

Sur le même sujet