L'essai de l'Audi A6 3,0 TDi 204 ch. (2011)

L'une des vedettes du segment des routières, l'Audi A6, fait peau neuve : nouveau look, nouveaux moteurs et nouvelles technologies. Essai.
15

Il y a d'abord eu la Classe E , revue et corrigée par Mercedes voici deux ans. Puis la Série 5 , dont la nouvelle version, présentée par BMW l'an dernier, constitue une sérieuse référence sur le segment des berlines routières. Cette année, c'est logiquement au tour d'Audi, de mettre sur les routes une A6 de nouvelle génération . Il faut dire que le constructeur aux anneaux n'a pas l'intention de voir sa routière jouer la simple rivale, mais entend bien la placer en haut de la catégorie. Laquelle, jusqu'alors dominée par le trio allemand, a vu apparaître en 2011 une sérieuse prétendante, forte d'une ligne au goût du jour et d'une grande homogénéité : la Peugeot 508.

Lifting léger

Pour reconquérir son trône, Audi a apporté quelques traits nouveaux à sa voiture. Pas grand chose, d'apparence : de nouvelles optiques dotées d'une joyeuse et caractérielle rangée de led à l'avant, et une poupe légèrement redessinée, notamment au niveaux des phares. Mais il serait grossier d'oublier que ce nouveau faciès cache un empattement allongé de 7 cm par rapport à l'ancienne version : si la longueur du véhicule reste à 4,92 m, l'espace entre les essieux, lui, atteint désormais les 2,91 m.

Ce détail n'est pas insignifiant. En effet, dans l'habitacle, le confort déjà grand sur l'ancienne génération d'A6 s'en trouve renforcé : à l'arrière, les passagers disposent ainsi d'un espace aux jambes tout à fait correct. A l'avant, le confort est aussi de mise. Les sièges en cuir et le réglage électrique du volant y participent, bien entendu. De fait, l'habitacle s'impose comme une référence en termes de qualité et d'agrément intérieur. Console centrale, accoudoirs et instruments, l'ergonomie et la simplicité sont de mise, et c'est un compliment : le visuel est agréable. L'Audi A6 2011 est, plus que jamais, une routière haut de gamme ! Et pour le conducteur, c'est une première étape vers la perfection que de s'asseoir derrière le volant.

Moteurs plus efficaces

Dans ce même souci de montée de gamme, le constructeur s'est également attaché à faire évoluer sa gamme de motorisations. Toujours le même refrain : moins polluants, moins gourmands , et si possible davantage d'agrément. C'est la moindre des choses, certes. Mais le résultat s'avère malgré tout réussi. Ainsi, l'ancien V6 2,7 TDI de 190 chevaux devient un 3,0 TDI développant 204 chevaux . Avec ses 400 Nm de coupe, ce moteur diesel convient parfaitement à l'A6. D'une part parce qu'il se contente de moins de 6 litres aux cent kilomètres, en moyenne (soit 137 grammes de CO2 par kilomètre). D'autre part, parce qu'il offre une douceur et une souplesse des plus appréciables, mais aussi des performances remarquables : un 0 à 100 km/h exécuté en 7,2 secondes, et une vitesse maximale pointant à 240 km/h.

Au delà des performances, il convient de souligner l'excellent travail réalisé par la boite de vitesse automatique à sept rapports, à la fois douce et réactive. Pour couronner le tableau, une insonorisation exceptionnelle , à des lieues de celle d'une Renault Latitude V6 dCi. De quoi rendre un long trajet vraiment plaisant. Du moins à ce niveau là.

Dynamisme plutôt que confort routier

Sur la route, tout est question de point de vue. L'Audi A6 de 2011 a manifestement pris le parti opposé à ses concurrentes directes, nommées BMW Série 5 et Mercedes Classe E. Si celles-ci jouent le confort, la routière aux anneaux préfère le dynamisme . Même sans son châssis sport, elle montre des réglages de suspensions fermes qui lui confèrent un dynamisme supérieur aux deux autres allemandes. Au prix d'un confort moindre sur route cabossée, au contraire d'une Série 5 qui semble tout bonnement avaler les dos d'ânes. Cette rigidité offre cela dit un meilleur agrément de conduite, toutefois quelque peu entaché par une transmission aux roues avant facilement prise à défaut lorsque l'état de la route n'est pas excellent. La faute au couple et à la puissance du modèle.

Avec sa liste d'options à rallonge ( cf. catalogue ), l'Audi A6 en offre pour tous les goûts. Pas pour toutes les bourses, en dépit d'une entrée de gamme (TDi 177 chevaux) disponible à partir de 39 900 euros.

Sur le même sujet