L'offre de Citroën monte en gamme

C4 et C5 d'un côté, DS3, DS4, et DS5 de l'autre... Les modèles du constructeur aux chevrons, Citroën, montent en gamme.

Décidément, Citroën ne s'arrête pas. Certes, le constructeur aux chevrons avait annoncé d'entrée de jeu une gamme enrichie de nouveaux modèles dits premium, regroupés au sein d'une nomination DS. Rapport à la légendaire Déesse d'antan qui symbolisait tout un savoir faire automobile. Néanmoins, l'évolution n'en demeure pas moins rapide, avec les arrivées successives depuis deux ans de la DS3, plus récemment de la DS4 et maintenant de la DS5, présentée cet été au salon de Francfort.

La C5, première montée en gamme

Cette montée de gamme de l'offre Citroën a débuté un peu plus tôt, en 2008 : le constructeur avait alors présenté une C5 revue et corrigée, au design nettement plus abouti et prêt à affronter les réalisations allemandes avec ses lignes racées. Avec sa finition de qualité et ses prestations routières, la C5 s'est rapidement imposée comme la familiale française la plus aboutie. Mieux : peu après son lancement, le modèle s'est vu attribuer un moteur turbo-diesel 3.0 HDI de 240 chevaux : le plus puissant jamais conçu par PSA. De quoi permettre à la C5 de venir jouer les troubles fêtes sur le haut du segment, que se partagent surtout Audi, BMW et Mercedes.

Cette année, dans sa gamme de berlines grand public, le constructeur aux chevrons a révélé une autre concrétisation de sa volonté de monter en gamme. Sa C4, fer de lance du segment concurrentiel des compactes, s'est en effet doté d'arguments lui permettant de regarder de haut, du moins d'égal, ses concurrents premium : Moteurs diesel THP et essence VTi aboutis, fabrication sans défaut, look sobre mais élégant, à l'allemande, enterrant le trop classique et désormais vieillot dessin consensuel de l'ancienne génération, nouvelles technologies et équipements plus riches.

Trois modèles badgés DS

Parallèlement, Citroën poursuit l'extension de sa gamme DS, qui incarne, selon le constructeur, "la nouvelle vision du luxe à la française." Le troisième modèle, à savoir la DS5, a ainsi été présenté au cours de l'été. Mi crossover, mi monospace compact, ce modèle premium se caractérise notamment par une ligne des plus réussies, tout en fluidité. L'habitacle, évidemment, reprend, lui, les ingrédients du succès des autres modèles de la gamme et notamment des matériaux flatteurs. Un essai prochain s'attardera sur son comportement routier.

Cette DS5 fait suite au lancement de la DS4 qui, derrière son look nouveau, illustre sur le segment des compactes le nouveau savoir faire de Citroën. Elle aussi équipée des nouveaux moteurs, et notamment du performant THP 200, la DS4 s'impose comme une alternative non seulement originale, mais en plus très aboutie, aux modèles premium traditionnels badgés Audi ou BMW. Déjà, la DS3 avait annoncé la couleur. La citadine chic, au delà de son aspect des plus élégants, a notamment révélé dès ses premiers tours de roues un comportement routier tout à fait à la hauteur grâce à un châssis dynamique. Pour marquer son côté chic, à l'instar de la Mini, la DS3 avait offert la possibilité d'une conception sur mesure, en tout cas d'une personnalisation, possible à l'aide d'un configurateur sur son site internet, permettant de choisir les couleurs du pavillon, des jantes, etc.

La C6 à la retraite

Ces développements, s'ils s'avèrent être de réels succès commerciaux, ne cachent pas pour autant la disparition du modèle routier haut de gamme de Citroën, la C6. En dépit de son confort, celle-ci n'a jamais rencontré le succès et ses ventes, comparées à celles des Classe E, A6 et Série 5, ont toujours été ridicules. Raison pour laquelle le constructeur a fait le choix de lui donner sa retraite.

Sur le même sujet