user_images/235457_fr_rlcotonou.jpg

ROSELYNE LESNE

Publié dans : Les articles Culture de Roselyne Lesne

Art et Bible : rencontre de Jésus et de la Samaritaine

La Samaritaine : le récit de la rencontre de cette femme avec le Christ a inspiré de très nombreux artistes, dans tous les arts et à toutes les époques.

Pour nombre de personnes, la Samaritaine est l’enseigne de ce grand magasin parisien, créé en 1869 par Ernest Cognacq et fermé depuis.2008 pour travaux. Il tire son nom d'une pompe qui se trouvait sur le Pont-Neuf et qui était ornée d'une représentation d'une scène de la vie du Christ : sa rencontre avec la Samaritaine au puits de Jacob.

Cet événement a donné lieu à de nombreuses représentations artistiques. Il est relaté dans l'évangile de Saint Jean (4,4-21)

L’événement

L’évangéliste raconte que Jésus était arrivé en Samarie et se reposait auprès du «puits de Jacob». Arrive une femme. Il lui demande de puiser de l'eau pour lui donner à boire. Il faut préciser que les habitants de la province de Samarie étaient méprisés par les Juifs de Judée ou de Galilée, ces autres provinces de la Palestine. Cet antagonisme trouvait son origine dans le fait que les Samaritains s'étaient éloignés de la religion juive pour adopter les idoles de l'occupant assyrien, quelques 700 ans auparavant.

La femme s'étonne donc doublement : un Juif pieux ne s'adresse pas à une femme inconnue, qui plus est à une Samaritaine.

S'engage une conversation que St Jean nous relate en ces termes :

« ''Comment ? Toi, un Juif, tu me demandes à boire à moi, une femme samaritaine !'' ... Jésus lui répondit : ''Si tu connaissais le don de Dieu et qui est celui qui te dit : 'Donne-moi à boire', c'est toi qui aurais demandé et il t'aurait donné de l'eau vive. La femme lui dit : ''Seigneur, tu n'as même pas un seau et le puits est profond ; d'où la tiens-tu donc cette eau vive ? Serais-tu plus grand, toi, que notre père Jacob qui nous a donné le puits et qui, lui-même, y a bu ainsi que ses fils et ses bêtes ?'' Jésus lui répondit : ''Quiconque boit de cette eau-ci aura encore soif ; mais celui qui boira de l'eau que je lui donnerai n'aura plus jamais soif; au contraire, l'eau que je lui donnerai deviendra en lui une source jaillissant en vie éternelle.'' La femme lui dit : ''Seigneur, donne-moi cette eau pour que je n'aie plus soif et que je n'aie plus à venir puiser ici.''

La femme n'a pas vraiment compris de quelle eau parlait le Christ, mais elle le croit sur parole. Et quand Il lui dévoile ce qu'il sait d'elle alors qu'il ne l'avait jamais vue, elle est encore plus surprise :

Jésus lui dit : ''Va, appelle ton mari et reviens ici.'' La femme lui répondit : ''Je n'ai pas de mari.'' Jésus lui dit : ''Tu dis bien : 'Je n'ai pas de mari' ; tu en as eu cinq et l'homme que tu as n'est pas ton mari. En cela tu as dit vrai. Seigneur, lui dit la femme, je vois que tu es un prophète. »

Cette conversation a marqué la théologie chrétienne, le puits de Jacob est toujours lieu de pèlerinage. Elle a inspiré un certain nombre d'artistes : peintures, vitraux, sculptures.

La rencontre dans l’art

Si on n’a pas de très grands tableaux comme ont pu en inspiré le Sacrifice d'Abraham ou le drame de Caen et Abel, on trouve des miniatures du Moyen-âge, de vitraux, des peintures, des sculptures, et des œuvres littéraires et musicales

Au XVIe siècle, Le Pérugin a réalisé un tableau sur bois (entre 1500 et 1505) qui se trouve actuellement à l’Art institute de Chicago : œuvre aérée qui donne une impression de sérénité.

Chez Philippe de Champaigne (1648 – Musée des Beaux-arts de Caen), la femme semble sur le point de partir - chercher son mari?

Parmi les œuvres les plus célèbres, citons une eau-forte de Rembrandt, sur fond de ruines et de rochers, comme les affectionnait l’artiste, dont un exemplaire a été vendu aux enchères en 2011

Gustave Doré, dans sa Bible illustrée (1865) a également représenté la scène.

En littérature, Edmond Rostand a écrit une pièce de théâtre: « Évangile en trois tableaux, en vers », représenté pour la première fois en 1897 et qui a servi de livret à un opéra de Max d’Ollone, mais moins célèbre que son Aiglon ou Cyrano de Bergerac.

Donc, peu d'œuvres très célèbres, mais une présence récurrente dans tous les arts.

En savoir plus

Illustrations

  • Le Christ et la Samaritaine au puits (Angelika Kauffman 1741-1807, Pinacothèque de Munich)
  • Le Pont-Neuf, la Samaritaine et la Pointe de la Cité ( J.B. Raguenet 1715-1793, Musée du Carnavalet - Paris)

À propos de l'auteur

user_images/235457_fr_rlcotonou.jpg

ROSELYNE LESNE

Une carrière dans des secteurs variés, mais toujours liée
  • 86

    Articles
  • 18

    Séries
  • 0

    Abonnés
  • 0

    Abonnements

Poursuivez la discussion!