Bible et peinture : que racontent les tableaux sur Adam et Eve ?

De nombreuses œuvres d'art sont inspirées par la Bible. C'est le cas de la tentation d'Eve et Adam par le Serpent au Paradis terrestre et de leur chute.
41

Presque tous les peintres et sculpteurs ont représenté des scènes tirées des mythologies grecque et romaine et de la Bible. Si c'est particulièrement vrai jusqu’à l’apparition de l'impressionisme au 19ème siècle, les artistes plus récents ont continué à puiser à cette source (Chagall, Gauguin, Paul Klee etc.). A notre époque, l’enseignement faisant souvent l’impasse sur ces textes, les visiteurs de musées et expositions ne comprennent pas toujours ce que représentent les œuvres devant lesquelles ils se trouvent.

Adam et Eve

Masaccio, Cranach, Michel-Ange, Dürer, Rubens, Gauguin…. La tentation d’Adam et Eve et leur expulsion du Paradis terrestre ou Jardin d’Eden a inspiré de très nombreux artistes.

Le récit de la Genèse, c'est-à-dire le livre de la Bible consacré à la création du monde est un texte fondateur pour les Juifs comme pour les Chrétiens, il est également repris par le Coran.

L’histoire

La Genèse raconte donc que Dieu, ayant fini de créer l’univers, dit “Faisons un être à notre image ». Il pétrit de la glaise, souffla dessus et l’Homme , ou Adam, fut créé. Il le mit dans un jardin en Eden – pays non identifié, mais qui signifierait en Hébreux « jouissance », « paradis » - où poussait tout ce dont il pouvait avoir besoin. Il lui donna pouvoir sur les plantes et les animaux, mais lui recommanda : « Tu pourras manger de tout arbre du jardin, mais tu ne mangeras pas de l’arbre de la connaissance de ce qui est bon ou mauvais car, du jour où tu en mangeras, tu devras mourir ».

Puis, Dieu jugea qu’il fallait une compagne à Adam. La Bible raconte que, pendant qu’Adam dormait, il lui retira une côte à partir de laquelle il modela la femme, Eve. Adam et Eve vivaient donc heureux au Paradis terrestre.

Cependant, parmi les animaux l’un était jaloux et rusé : le serpent. Il vint trouver Eve et lui demanda pourquoi elle ne goûtait pas aux fruits de l’arbre qui était au milieu du jardin. Eve lui indiqua l’interdiction de Dieu au risque de mourir. Le Serpent lui répliqua : « Non, vous ne mourrez pas, mais Dieu sait que le jour où vous en mangerez, vous yeux s’ouvriront et vous serez comme des dieux possédant la connaissance de ce qui est bon ou mauvais. » (Livre 2 de la Genèse).

Eve céda… et proposa à Adam de partager avec elle le fruit défendu.

Ils mangèrent donc et « virent qu’ils étaient nus ». Honteux, ils se firent des pagnes avec des feuilles de figuier et se cachèrent, mais Dieu les trouva et leur demanda des explications. Adam répondit, en jetant la faute sur Eve : c’est elle qui lui avait présenté le fruit défendu. Quant à Eve elle accusa le serpent de l’avoir trompée. Et Dieu les chassa du Paradis en condamnant Adam à devoir « travailler à la sueur de (son) visage » et, Eve, à devoir « enfanter dans la douleur », et le serpent à ramper…malédiction qui retombera sur leurs descendances respectives (Livre 3 de la Genèse).

Les représentations

Cette histoire a donné lieu à plusieurs types de scènes. On peut dire qu'elle a inspiré presque tous les peintres, et de nombreux sculpteurs. Parmi les nombreuses variations sur le thème, on peut citer, en évoquant quelques peintres les plus célèbres,

  • Adam et Eve au Paradis, avant la tentation (Dürer, Bosch),
  • le serpent tentant Eve, Adam n’apparaissant pas (Cranach, Michel-Ange, Rodin, …),
  • beaucoup plus nombreuses : le serpent parlant à Eve, en présence d’Adam, Eve proposant le fruit à Adam, Adam mangeant le fruit donné par Eve (Le Tintoret, Rubens, Raphaël, Rembrandt…),
  • Adam et Eve chassés du Paradis (Masaccio, Michel-Ange, Delacroix, Chagall…).

En amont, on trouve aussi des tableaux représentant la création d’Adam , celle d’Eve (Michel-Ange).

A propos du fruit objet du délit, le langage courant parle de la pomme. Il est effectivement représenté le plus souvent sous la forme d’une pomme alors que rien dans la Bible n’indique qu’il s’agit de ce fruit : l’arbre est celui de « connaissance du Bien et du Mal ». La raison en est peut-être qu’en Latin, le fruit en général se dit pomus.

Et la suite de l’histoire d’Adam et Eve, au travers de leurs enfants, inspirera aussi les peintres avec le meurtre d’Abel par Caïn.

"Bible et art", lire aussi :

  • Le jugement de Salomon
  • Cain et Abel ; de la peinture à la poésie
  • Le sacrifice d'Abraham ou sacrifice d'Isaac
  • Samson et Dalila, une chevelure convoitée
  • L'adoration des mages ou Epiphanie

Sur le même sujet